10-4, quoi?

Par Andréanne Beaudry

Le 29 juillet dernier, j’ai eu la chance de participer à un défi physique et très mental avec d’autres amateurs de la course à pied, soit le Relais 10-4 du Mont-Bellevue. Pourquoi 10-4? Tout simplement parce que les participants doivent effectuer le plus de tours possibles autour du Mont-Bellevue, en équipe, d’une distance de 4 km avec un délai de 10 heures. L’évènement regroupait autant de débutants que de coureurs qui se mesurent habituellement sur un circuit de niveau national. Tout ce beau monde se rassemblait dans l’unique but de vivre une expérience unique tout en amassant des fonds pour la Fondation des pompiers de Sherbrooke, afin de les soutenir pour leur campagne de jouets (CJPS).

Pour quelle raison est-ce que j’ai participé à cet évènement? D’une part, parce que mon amie participait à la course avec l’équipe de son copain, qui est d’ailleurs pompier. D’autre part, il manquait un coureur. Les équipes doivent se composer d’un minimum de deux coureurs et d’un maximum de six. Nous étions finalement six dans notre équipe. Si vous souhaitez à un moment donné tenter l’expérience, et bien je vous suggère fortement d’avoir plusieurs coéquipiers avec vous puisque sinon, votre tour viendra bien assez vite! En intégrant l’équipe Des Pas Vites (ouin, ce n’est pas vraiment le meilleur nom d’équipe du siècle, mais nous nous sommes promis de le changer pour l’année prochaine. Surtout que nous n’avions pas été si lents que cela; septième sur trente participants, ce n’est tout de même pas si mal!), j’ai pu connaitre trois nouvelles personnes qui se sont révélées comme étant des coéquipiers formidables. Avec cette belle équipe, j’ai réalisé cinq tours du Mont-Bellevue (un bon 20 km de course) et c’est avec un total de 32 tours (121,6 km) que nous avons terminé le défi.

Des côtes à Sherbrooke?

Que dire du parcours proposé… Et bien je pense que c’est là que (surtout au début) la force mentale est de mise et qu’il faut apprendre à mettre son orgueil de côté. Comme tous coureurs compétitifs, nous sommes prêts à nous défoncer pour remporter la course, mais attention! On doit être prudents, car nous n’avons pas UN tour de 4 km à effectuer, mais plusieurs. De plus, le parcours est assez difficile. Le tout débute avec l’échange de la puce (c’est elle qui nous permet de comptabiliser le nombre de tours effectués) avec son partenaire et se poursuit avec un trajet qui mélange les petits vallons, les côtes et bien évidemment, les faux plats. J’ai vraiment apprécié le parcours, mais après un tour, je peux vous dire que chaque fois, j’avais bien hâte d’être rendue près de la rue Dunant. Cela signifiait que le trajet achevait et qu’il me restait environ huit minutes à courir et parce que la fin était nettement plus facile que le début. Pour ceux qui se disent qu’ils ne seront jamais capables de réaliser un défi comme celui-ci, et bien ils se trompent. Effectivement, je ne vous raconte pas de blague quand je vous dis que le parcours est un peu ardu (même pour une ancienne coureuse de cross-country), mais personne ne vous oblige à courir rapidement. Vous avez bien le droit de réaliser un petit jogging, ou même de marcher par moment. Le but est vraiment de s’amuser et de prendre le temps d’échanger avec les autres participants. Oui, il y a une petite compétition, mais tout se déroule de façon amicale.

Le podium après une chaude lutte…

Je ne vous cacherai pas que pour cette troisième édition, certaines équipes étaient bien motivées à tenter de battre le record de 36 tours, établi par l’équipe du King Hall. Pendant l’évènement, nous avons pu constater une chaude lutte entre l’équipe LeCoureur-Fondation Christian Vachon ainsi que le King Hall Premium. Les deux équipes effectuaient respectivement une moyenne (par tour) de 14:35 et 14:37. Finalement, nous retrouvons LeCoureur-Fondation Christian Vachon en première place avec 41 tours (155,8 km). Le King Hall Premium (41 tours aussi) est deuxième, suivi des Lames Argents avec 36 tours (136,8 km).

Une organisation réussie!

Pendant l’évènement, lorsqu’il restait environ deux heures à notre défi, les organisateurs ont sollicité les participants à répondre à un court sondage. En participant, cela nous donnait la chance de gagner des prix durant la remise des médailles. Bon, je m’écarte un peu du sujet, mais c’était simplement pour vous dire qu’une des questions du sondage m’avait bien embêtée : ce que nous avions le moins apprécié, lors de la journée. Je ne savais pas quoi dire, alors j’ai tout simplement répondu : « Honnêtement, je dirais que tout était parfait! » Pour des évènements de ce type-ci, j’aurais peut-être pu parler des toilettes (il n’y en a pas assez), mais pour une des rares fois, je suis assez satisfaite. Lors d’une course, on attend toujours très longtemps avant d’avoir accès à une toilette. Il y a toujours du monde, surtout aux toilettes des dames, et nous attendons longtemps. Je m’attendais à vivre cela au relais, mais à mon grand étonnement, je n’ai pas attendu une seule fois. Pour vrai, il s’agit d’un très bel évènement bien organisé qui regroupe sport et festivité. En plus du relais, les participants ont eu droit à un massothérapeute sur place, au food truck le Fire Twenty One Smokin’Grill (la poutine est excellente, en passant!), un bar offert par le King Hall (car une bière après-course est toujours bien appréciée), une séance d’étirement avec le studio Enjoy Yoga et de la musique (chaque équipe pouvait proposer une chanson qui les représente. On a même eu le droit à La Poignée de Porte de Normand L’Amour). Après le délai de dix heures, les coureurs étaient conviés à un petit 5@7 bien sympathique. Sirotant une petite bière, nous profitions du spectacle sur place tout en essayant de retrouver nos jambes après une très longue, mais très belle journée!


Crédit Photo © Marc Alain Ferragne

Laisser une réponse

Recommandation