Par Laurence Poulin

Alors que l’année 2016 nous semble déjà loin derrière, pourquoi ne pas jeter un regard sur la manière que l’on a de décrire les 365 jours du calendrier. Cette dernière année fut mouvementée et imprévisible tant sur les plans politique, social, sportif que culturel.

De toute part, journalistes, commentateurs, ou analystes semblaient dire que 2016 avait été de loin la pire année depuis longtemps. Qu’il fallait tout balayer et ne pas passer une pire année en 2017. Bien certainement, chaque année qui passe comporte son lot d’événements tragiques, nous affectant de loin ou de près. Particulièrement cette année. Nul besoin de vous les recenser, les médias de toute part s’en sont lourdement chargés. Ainsi, pourquoi est-ce que l’on ne déciderait pas de se concentrer sur certaines avancées ou nouvelles positives de 2016 pour mieux commencer 2017? Il me semble que ça débuterait l’année sur de meilleures bases, afin de réaliser d’encore plus belles choses dans la prochaine année.

Bien certainement, chaque année qui passe comporte son lot d’événements tragiques, nous affectant de loin ou de près. Particulièrement cette année. Nul besoin de vous les recenser, les médias de toute part s’en sont lourdement chargés.

Allons-y donc en rafale avec des nouvelles qui ont rendu 2016 plus positive dans plusieurs domaines, et ce, grâce à différentes initiatives et expertises et aux différents talents réunis à l’Université de Sherbrooke.

SCIENCE : Une cellule photovoltaïque conçue par le professeur Simon Fafard et ses collègues de l’Institut interdisciplinaire d’innovation figure parmi les 10 découvertes de l’année 2016 selon le magazine Québec Science. Cette puce, qui convertit l’énergie du soleil en électricité, est la plus efficace jamais fabriquée. Le magazine vous encourage à voter pour la meilleure découverte jusqu’au 9 février.

GÉNIE : Marc-André Tétrault, étudiant au doctorat avec les professeurs en génie électrique Réjean Fontaine et Marc-André Pratte, fut récipiendaire d’un prix d’envergure (2016 Radiation Instrumentation Early Carrier Award) lors de la conférence sur les sciences nucléaires et l’imagerie médicale à Strasbourg. Et par le fait même, on apprenait dans la première semaine de janvier que la délégation de Génie de l’Université de Sherbrooke fut déclarée grande gagnante.

SPORT : Afin de contribuer au développement des jeunes joueuses de soccer et de favoriser la rétention du talent à Sherbrooke, une bourse annuelle a été convenue par l’UdeS et Bishop. Cette année, c’est Florence Duval, anciennement avec les Élans du Cégep François-Xavier Garneau, qui en fut la récipiendaire. Elle contribue grandement à l’équipe du Vert & Or depuis son arrivée.

CULTUREL ET SOCIAL : Avec l’initiative de Marie-Dominique Duval, étudiante à la maîtrise et chargée de cours à la FLSH, de Catherine Dussault Frenette, étudiante au doctorat en littérature et de Guillaume Girard, également étudiant au doctorat en littérature, le Colloque Multitudes Queer fut possible au mois d’avril dernier à la Salle du Tremplin. Il fut d’une grande réussite et est venu répondre à un besoin d’information ainsi que pousser encore plus loin les réflexions universitaires.

POLITIQUE : Un premier comité d’Entraide universitaire mondiale Canada (EUMC) a vu le jour à l’Université de Sherbrooke cette année. L’idée est venue de la conjoncture sociale et de la situation des réfugiés relatée dans l’actualité. Le premier étudiant parrainé cette année, en provenance d’un camp de réfugiés du Malawi d’origine burundaise, fut possible grâce à la Fondation FORCE. Il a ainsi pu entamer des études à la Faculté des lettres et sciences humaines en plus de l’apprentissage de la langue française.

Nouvelle année, nouvelle équipe : une métamorphose pour l’équipe du Collectif

Avec l’arrivée de 2017 est venue l’embauche de nouveaux chefs de pupitre aux différentes sections du journal. À la section Campus, vous retrouverez Émilie Lalonde, à la section Sport, Christophe Lachance-Tardif et à la section Culture, Guillaume Marcotte. Également, à la suite du départ de notre directeur général, Charles Allard-Martin assure par intérim la stabilité du journal d’ici l’embauche définitive au poste de direction générale. Les postes de distribution et de responsable web ont également été remplacés par Charles Coupal-Jetté et Rolland Vaillancourt Jr. Avec cette nouvelle équipe, Le Collectif souhaite continuer de couvrir les dossiers importants en lien avec les étudiantes et étudiants de l’UdeS. Également, en fin de session dernière, les postes étudiants sur le conseil d’administration ont été pourvus, ce qui assurera une stabilité accrue pour le journal.

Enfin, les sections anciennement appelées Éditorial se nommeront désormais Agora et seront plutôt sous la forme de chroniques réalisées par les chefs de pupitre. Ces changements font suite au processus de réflexion que notre équipe avait amorcé cet automne.

Nous profitons de l’occasion pour vous rappeler que le Journal est toujours à la recherche de collaboratrices ou collaborateurs qui souhaiteraient se joindre ponctuellement.

De toute l’équipe, meilleurs vœux et une belle année 2017. Que chaque jour vous permette d’atteindre vos objectifs et vos résolutions.


Crédit photo © Gabrielle Gauthier

Partager cette publication