Par Andrée-Anne Roy

Donner et recevoir est définitivement ce qui nous fait le plus penser au temps des fêtes. En fait, nous avons tous nos propres souvenirs par rapport à ce temps festif, qu’ils soient bons ou mauvais. Peu importe les croyances et les traditions familiales, tous peuvent dire que ces deux semaines de congé sont plus que méritées. Si le tout peut être célébré en pyjama une pièce, c’est encore mieux. Profitez-en, car ce temps n’arrive qu’une seule fois par année! (malheureusement)

On le dit souvent, mais l’important c’est de donner peu importe la valeur, que ce soient des denrées non-périssables, de petits cadeaux ou des attentions à ceux qui nous sont chers. Ça peut être aussi banal que de donner un sourire à quelqu’un que vous ne connaissez pas! Mais pensez toujours à vos moyens.

J’ai récemment entendu la conversation de trois jeunes étudiants du secondaire dans l’autobus. Ils discutaient tout bonnement des problèmes financiers de leurs parents et de ceux de leurs amis. L’un expliquait que suite à une baisse de salaire, son père avait demandé à la famille de «faire plus attention». Cette prise de conscience m’a étonné. Il disait justement comprendre que la vie coute bien plus chère qu’on ne pourrait le penser de nos jours. Tous ne sont pas aussi choyés que ces trois étudiants dont l’uniforme trahissait l’aisance monétaire. Ils affirmaient tout de même que leur année scolaire revenait à plus ou moins 5000$! C’est plus qu’une année de deux sessions, voire trois, pour un étudiant universitaire normal! Dites-vous que ce «faire attention» n’est pas le même pour tous et cela vient avec la nuance et la compréhension des gens qui vous entourent. Tout ça pour dire qu’en tant qu’étudiant, votre famille ne s’attend pas nécessairement à un voyage dans le sud! Je me souviens de l’époque où on faisait des chèques cadeaux du style «je ferai la vaisselle 10 fois», «je ferai mon lit 5 fois» et que l’on donnait  cela à nos parents en guise de remerciement comme si ces tâches n’allaient pas de soi!

Ah le bon vieux temps où les cadeaux d’enfants étaient suffisants et que le portefeuille demeurait intact. Dites-vous que les cadeaux DIY sont de plus en plus populaires et surtout bien plus originaux! Je dois aussi avouer adorer les familles qui profitent d’un bon temps pour se réunir sans se donner de cadeaux, car la simple présence de la famille est suffisante.

Le temps des fêtes c’est un temps de rassemblement avant tout. Ce temps pour certains est bien précieux, surtout pour les familles assez disparates et les étudiants étrangers. Pour certains le temps des fêtes, c’est le moment de l’année où l’on pratique un sport d’hiver une seule fois dans l’année, mais que c’est NOTRE journée préférée. Pour d’autres, il s’agit de quelques jours pour rattraper tout ce qu’on a manqué sur Netflix ou tous les livres plus légers que l’on a omis de dépoussiérer dans notre bibliothèque.

Si cette fête, bien trop souvent vue comme commerciale, ne fait que nous rendre le sourire suite à un très long quatre mois étouffant, cela serait déjà suffisant. Celle-ci nous ramène aux sources, à la famille, au repos. C’est un moyen de refocaliser sur soi et sur nos besoins premiers. C’est aussi le temps de vider le frigidaire de vos parents pour vous faire une réserve. Le deux semaines de congé sert surtout à nous préparer à un autre quatre mois de travail acharné, donc si vous vous trouvez bin plate de dormir et de regarder tous vos classiques de Noël dans vos couvertes, dites-vous que vous le méritez!

Le temps des fêtes c’est un moment pour se rassembler et être un tantinet quétaine, mais de s’affirmer. Bon congé et bonne édition spéciale «Temps des fêtes»!

Falalalala lala lala!


© planetefamille

Archives

Partager cette publication