Nostalgeek

Par Myriam Carle

L’année 2015 fut occupée pour le geek moyen : Ant-ManAvengers 2, les remakes Jurrasic World, Terminator et Mad Max et enfin le très attendu Star Wars VII, récemment sacré film le plus rentable de l'histoire. Mais une dizaine d'années plus tôt, porter un chandail Yoda t'identifiait automatiquement comme un nerd et personne ne savait ce qu'était l'agence SHIELD. Que s'est-il passé pour que la planète devienne geek

Comme dans Mean Girls...

Vous vous souvenez de vos films d'ado préférés? Ceux vraiment quétaines qui se passaient au secondaire, avec les différentes cliques? Il y avait les filles populaires, les sportifs, les marginaux et finalement les losers.

Ceux-ci  regroupaient, en plus des protagonistes de l'histoire, les nerds et les geeks. Attention à la distinction : tout geek n'est pas nécessairement nerd et vice-versa. Si le nerd était plus académiquement enclin, le geek s'intéressait plus à Spiderman et à Donjons et Dragons qu'aux maths. Le point est que les deux étaient rejetés de tous et les plus affectés statistiquement par le problème wedgie.

Maintenant

Pourtant, aujourd'hui, la culture geek, la culture de loser, est omniprésente. On a exploré les jeux vidéo dans Wreck-It Ralph. Les séries fantastiques du style Game of Thrones ont la cote. On refait les films de science-fiction comme Star Trek. Mais surtout, les superhéros sont partout.

Nous ne sommes plus au début du millénaire avec les adaptations boiteuses comme X-Men. Depuis la sortie d'Iron Man de la compagnie de BD Marvel en 2008, les films de superhéros ont gagné en qualité et en popularité. Devant l'engouement général, Marvel et leurs rivaux, DC, ont échafaudé les plans d'un méga-univers dont les événements, à l'image de leurs BD, s'entrecoupent dans les différentes franchises de films, en plus maintenant des séries télévisées.

Comme les incidents du premier film Avengers ont eu des répercussions dans la série Jessica Jones, le prochain Captain America aura des conséquences pour Avengers 3 et ainsi de suite. DC, quant à eux, met la table pour Justice Ligue prévu en 2017 avec Batman vs Superman qui sortira en mars. Cela prend une telle ampleur que des films de superhéros sont déjà annoncés jusqu'en 2020.

Une nouvelle génération

Une des raisons expliquant ce phénomène est que les losers des films d'ado ont grandi. Certains d'entre eux travaillent même dans l'industrie du divertissement et peuvent laisser libre cours à leur nostalgie. Pourquoi? Parce que ce sont désormais les geeks qui composent la société consommatrice. Le geek, ça vend, donc on en produit.

C'est une valeur sûre en cette époque de stagnation artistique : on revoit sans cesse les mêmes intrigues. Quand l'audacieux ne paie plus, on se rabat sur la sécurité. Prenez des histoires déjà populaires, ayant déjà reçu du feedback (les BD), reproduisez-les fidèlement avec beaucoup d'effets spéciaux, et voilà! Profit! Même si le résultat se trouve à être décevant, l'image de marque à elle seule garantit une rentrée d'argent. Mais plusieurs de ces films sont plutôt bons, si l'on regarde la dernière année. Et si 2015 est un quelconque indice, 2016 est partie pour être une année geek record!


Partager cette publication