Des initiatives avant-gardistes en mobilité durable pour l’Université de Sherbrooke

Par Gabrielle Comeau

Depuis l’adoption de sa Politique de développement durable de 2005, l’Université de Sherbrooke a mis en place de nombreuses initiatives avant-gardistes en ce qui concerne la mobilité durable. Qu’il soit question d’une carte étudiante polyvalente ou d’un partenariat judicieux, les efforts d’amélioration et d’innovation de l’Université permettent à l’ensemble de sa communauté de bénéficier des avantages d’un campus durable.

Plus qu’une carte étudiante : une première au Québec!

Le programme permettant aux étudiants de l’université d’avoir accès gratuitement au transport en commun de la Société de transport de Sherbrooke avec leur simple carte étudiante a été la première initiative de la sorte offerte par une université québécoise. D’ailleurs, cette initiative a permis à l’Université de Sherbrooke de remporter trois prix, dont le tout premier Prix Guy-Chartrand du développement et de l’amélioration du transport collectif.

Les retombées positives de ce projet sont toujours visibles sur le campus. En effet, l’augmentation du nombre d’étudiants faisant usage du transport en commun a permis de désengorger considérablement les stationnements, si bien qu’une part de ces derniers a pu être transformée en espaces verts.

Entre autres, le cœur campus, un parc de 17 500 m2, a pu être aménagé sur le campus principal entre le pavillon Georges-Cabana et la Faculté des lettres et des sciences humaines. Ce sont 150 espaces de stationnement qui ont cédé leur place à un ensemble de bassins alimentés par l’eau de pluie, à une centaine d’arbres et d’arbustes indigènes, ainsi qu’à un mobilier urbain. En plus de servir d’aire de repos à de nombreux étudiants, cet espace unique sert également à purifier les eaux provenant des rues, des toits et des aires de stationnement restantes.

Quand écologie rime avec économie

Dans sa perspective de mobilité durable, l’Université de Sherbrooke a conclu des ententes avec le transporteur d’autocar Transdev Limocar, afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de permettre d’importantes économies.

En effet, les déplacements entre Montréal et Sherbrooke pour la communauté étudiante et le personnel sont fréquents, d’autant plus qu’environ les trois quarts des étudiants sont originaires de l’extérieur de la région de l’Estrie.

En plus d’offrir gratuitement l’accès à certains stationnements aux différents points d’embarquement tel que le terminus de Sherbrooke, ce partenariat a permis d’offrir à la communauté étudiante d’importants rabais à l’achat de billets d’autobus. Par exemple, à l’automne 2017, le coût d’un aller simple entre Montréal et Sherbrooke coûtait 15,86 $ à un étudiant de l’Université de Sherbrooke à l’achat de dix billets, alors qu’au tarif étudiant ordinaire, il en aurait coûté environ 25 $.

En comparaison, pour un service de covoiturage comme Amigo Express, un étudiant doit débourser environ 15 $ au total pour un aller vers Montréal. Ainsi, pour les amoureux du confort, le transport en autobus interurbain peut s’avérer relativement abordable.

Les membres du personnel de l’université n’ont pas été laissés de côté dans cette entente. En effet, les chargés de cours ainsi qu’une partie des employés peuvent profiter du transport entre Sherbrooke et Montréal sans frais pour leurs déplacements professionnels.

Cette initiative a bel et bien permis de réduire le nombre de déplacements en automobile, puisqu’en 2015-2016, 3 571 trajets ont été effectués grâce à ce programme qui visait à inciter le personnel à choisir le transport en commun.

Faciliter la vie des cyclistes

L’université a mis en place plusieurs infrastructures et services pour les usagers, et ce, sur ses trois campus, afin d’inciter sa communauté à favoriser le transport actif, comme le vélo.

Au campus principal, plus d’une quarantaine de supports à vélo sont disponibles près des entrées principales. De plus, des douches ont été installées dans la plupart des pavillons.

Dans le pavillon E1, les cyclistes peuvent également visiter la coopérative de vélos La Déraille, qui offre notamment des services de réparation de vélos. La Déraille met également sur pied des ateliers de formation ouverts à tous ceux qui désirent en apprendre plus sur la mécanique ou sur le vélo en général.

Les Campus de la santé et de Longueuil s’engagent également à des initiatives écologiques. À Longueuil, une vélostation de 80 places est accessible sur inscription. De plus, le campus offre gratuitement quelques vélos libre-service afin de répondre à des besoins de mobilité de courte durée. Par ailleurs, une station BIXI est également située à proximité.

Le Campus de la santé présente également quelques infrastructures pour faciliter la vie des cyclistes, comme des douches et des abris à vélo sécurisés.

Une nouvelle stratégie en 2018

Avec une nouvelle direction aux reines de l’Université de Sherbrooke, l’heure est venue pour le comité de travail sur la mobilité durable de mettre à jour les initiatives écologiques.  La stratégie de mobilité durable, qui sera en vigueur de 2018 à 2022, est d’ailleurs en cours de production.

Selon Kinouc Patry, officier de sécurité et membre du comité, cette nouvelle version viendra bonifier certains aspects de la stratégie précédente tout en mettant l’accent sur l’augmentation des services. Ce dernier souligne toutefois qu’une stratégie ne garantit pas que des actions seront appliquées.

De ce fait, la stratégie de mobilité durable 2018 -2020 témoignera d’une volonté d’initiatives dans le domaine du transport actif avec, entre autres, des enclos à vélo sécurisés, une quantité accrue de douches et un nouveau réseau cyclable.

Par ailleurs, la stratégie pourrait bien traiter du renouvellement de l’entente pour le transport en commun avec la Société de transport de Sherbrooke. En effet, comme mentionné plus tôt, cette portion de la mobilité durable est l’un des points les plus importants et innovateurs des mesures prises par l’Université de Sherbrooke.

Le comité de mobilité durable public, qui est formé par plusieurs membres de la communauté universitaire, est ouvert à tous et se réunira prochainement pour discuter d’enjeux écologiques. Selon Kinouc Patry, il serait intéressant pour les étudiants d’y participer.

Partager cette publication