Par Mireille Vachon

Le gouvernement du Québec investira 50 M$ supplémentaires pour soutenir le domaine des arts et de la culture en ces temps difficiles. L’aide compensera jusqu’à 75 % des revenus de billetterie qui n’auront pu être encaissés en raison des mesures sanitaires, ont annoncé le premier ministre, François Legault, et la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy.

« Pour moi, la culture québécoise, ç’a toujours été une priorité. Ça fait partie de notre identité, ça fait partie de mon bonheur, ça fait partie de ce que je suis et de ce qu’on est comme Québécois. Je ne voudrais pas que personne ne se pose la question à savoir si c’est une priorité pour nous », a lancé d’emblée M. Legault dans le point de presse du 2 octobre dernier.

« Ça m’arrache le cœur d’être obligé de fermer les salles de spectacles, les théâtres… mais on a n’a pas le choix. Il faut réduire les contacts sociaux. C’est une question de vie ou de mort », a-t-il enchaîné.

L’aide s’échelonnera sur cinq mois, entre le 1er octobre 2020 et le 31 mars 2021. Le gouvernement estime que plus de 500 organismes culturels, qui présentent des spectacles québécois dans les domaines des arts de la scène, de la musique, des variétés, de la littérature et du conte, pourront bénéficier de cette nouvelle mesure temporaire, peut-on lire dans un communiqué.

« L’objectif est à la fois de compenser l’organisation culturelle pour l’annulation de spectacles et de permettre la tenue de spectacles au cours des prochains mois malgré le nombre restreint de spectateurs », a mentionné Mme Roy lors du point de presse.

Sous certaines conditions

Pour avoir droit à l’aide financière, les diffuseurs et les producteurs devront donner leur assurance que tous les travailleurs impliqués dans la production ou le spectacle seront payés, autant les artistes et les artisans que les organismes de création et les techniciens, a-t-elle ajouté.

« Je comprends votre peine, votre déception, et nous la partageons, a exprimé la ministre. Vos efforts au cours des derniers mois ont été remarquables, mais depuis hier, cette maudite pandémie nous force à mettre sur pause les activités culturelles en zone rouge. Pour ne pas perdre tout le travail que vous avez fait, pour ne pas que nous nous retrouvions sans spectacle, sans art de la scène au cours des prochains mois… c’est pour ces raisons que notre gouvernement pose un geste fort », a mentionné Nathalie Roy, ajoutant que l’aide ne s’appliquera pas seulement dans les zones rouges, mais dans toutes les zones.

En effet, la formule de compensation pourra être adaptée selon les taux d’occupation des salles de spectacles permis par la Santé publique au cours des prochains mois.

« Disons qu’on est dans une zone jaune, qui a droit à 250 personnes maximum, ça veut dire qu’on va rembourser 75 % de l’écart entre les revenus de l’année passée et les revenus des 250 personnes que la salle de spectacle peut accueillir. Si on est dans une zone rouge et que le nombre maximal est de zéro, on va rembourser 75 % des revenus qu’elle avait l’an dernier à pareille date, » a illustré M. Legault.

Notons que les fonds, alloués dans le cadre du Plan de relance économique du milieu culturel, seront administrés par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), deux sociétés d’État sous la responsabilité de la ministre de la Culture et des Communications.

Qu’en est-il des musées et des cinémas?

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, a annoncé, le 1er octobre dernier, une mesure d’aide financière en soutien aux entreprises à laquelle les cinémas et les institutions muséales privées seront admissibles.

Plus précisément, le gouvernement a bonifié le Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE) et le Programme d’aide d’urgence pour les petites et moyennes entreprises (PAUPME) en ajoutant un nouveau volet : l’Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (AERAM). Ce volet permettra aux entreprises visées par des ordres de fermeture qui subiront des pertes de revenus d’obtenir une aide non remboursable pour payer leurs frais fixes, apprend-on dans un communiqué du gouvernement du Québec.

Le pardon ne pourra toutefois pas excéder 80 % du montant du prêt ou 15 000 $.

« Pour les musées, nous verserons une aide supplémentaire de 5 M$ pour les accompagner. Cette aide est une augmentation de 23 % de leur soutien annuel accordé par le ministère de la Culture », a affirmé Nathalie Roy.

Rappelons qu’en juin dernier, le gouvernement québécois avait déployé son plan de relance en soutien au milieu culturel, doté d’une enveloppe de 400 M$. L’objectif était de stimuler la création artistique, de relancer la production de contenus culturels québécois et de permettre au milieu de s’adapter aux nouvelles façons d’aller à la rencontre du public, en contexte de pandémie.

Depuis le début de la pandémie, c’est donc près d’un demi-milliard de dollars qui ont été investis par le gouvernement du Québec pour la relance de secteur culturel.


Crédit Photo @ Simon RD

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *