52,50 $ pour financer l’austérité?

Par la Fédération étudiante de l'Université de Sherbrooke (FEUS)

Les frais institutionnels non obligatoires (FINO) composent une catégorie de frais imposée sur la facture des étudiantes et étudiants par l’Université, mais dont celles-ci et ceux-ci sont libres de retirer.

Depuis l’automne dernier, deux de ces frais sont apparus sur la facture étudiante. Les frais technologiques à la hauteur de 2,50 $ par crédit. Par exemple, pour un 15 crédits de cours, le montant s’élève à 37,50 $. Les frais de maintien à la communauté universitaire sont fixes pour l’ensemble des étudiantes et étudiants à 15 $. Bref, pour l’étudiante ou l’étudiant moyen, la facture a été augmentée de 52,50 $ par session.

La FEUS fait présentement campagne pour encourager les étudiantes et les étudiants à retirer ces frais qui sont apparus en conséquence directe au désinvestissement du gouvernement dans les universités québécoises. De plus, la FEUS considère que ce n’est pas aux étudiantes et étudiants de payer pour le manque de vision du gouvernement à l’égard du système d’éducation postsecondaire.

La facture étudiante

La facture étudiante est divisée en plusieurs catégories de frais chacune régie, ou presque, par des règles très strictes : les frais de scolarité, les frais institutionnels obligatoires, les frais des associations étudiantes et finalement les frais institutionnels non obligatoires.

Frais de scolarité : Frais fixes de 76,45 $ par crédit (pour les étudiantes québécoises et étudiants québécois) pour l’ensemble du système universitaire. Ils composent la majorité de la facture et leur augmentation est limitée à la variation connue du revenu disponible des ménages par habitant.

Frais des associations étudiantes : Frais composés des cotisations des associations étudiantes dont vous êtes membres et des frais liés aux services fournis par celles-ci. Par exemple, les frais d’assurance collective de la FEUS. Les modalités de ces frais sont votées par les membres des associations.

Frais institutionnels obligatoires (FIO) : Frais imposés par l’université qui sont, comme leur nom l’indique, obligatoires, et qui varient selon la situation de l’étudiante ou de l’étudiant, par exemple si elle ou s’il se trouve sur le Campus principal ou celui de la santé. Leur augmentation est limitée à la variation connue du revenu disponible des ménages par habitant. Cependant,  les associations étudiantes représentant les étudiantes et étudiants concernés peuvent autoriser une augmentation supérieure à ce chiffre.

Frais institutionnels non obligatoires (FINO) : Frais imposés par l’université dont l’étudiante ou l’étudiant peut se retirer. Il n’existe aucune réglementation sur les FINO.

Pourquoi les FINO?

Le gouvernement Couillard a démontré un grand manque de vision pour le système d’éducation depuis le début de son mandat. Ainsi, les coupures dans les universités se sont élevées à environ 203,6 M$. Les différentes institutions éducatives ont eu à trouver des solutions pour pallier le déséquilibre créé par le gouvernement. Il est à noter que la non-atteinte de l’équilibre budgétaire par les universités est lourde de conséquences pour celles-ci.

Pour l’année 2015-2016, à l’Université de Sherbrooke, le montant total des coupures a été estimé à environ 26 M$. Un déséquilibre budgétaire aurait entrainé une pénalité de 23 M$ pour l’Université de Sherbrooke sur l’enveloppe globale de son financement pour l’année 2016-2017.

Afin que les étudiantes et étudiants « fassent leur juste part », l’Université de Sherbrooke a mis en place les FINO. Or, la FEUS est d’avis que le rôle des étudiantes et étudiants est d’étudier et non d’éponger en partie le déficit créé par le gouvernement.

Pourquoi se retirer des FINO?

De nombreux arguments peuvent être donnés pour justifier le retrait des FINO par les membres de la communauté universitaire.

D’abord, il est possible de constater que les frais institutionnels non obligatoires sont en réalité une hausse des droits de scolarité cachée. En résumé, l’Université voulait imposer un FIO que la FEUS a demandé de soumettre à une consultation universelle pour que les étudiantes et étudiants puissent se prononcer sur la question. Or, l’Université à éviter cette démarche qui était nécessaire pour la mise en place d’un FIO, en instaurant cette nouvelle catégorie de frais, les FINO. Les étudiantes et étudiants de l’Université de Sherbrooke n’ont pas eu leur mot à dire quant à l’augmentation de leur facture étudiante instaurée unilatéralement, par l’Université.

Il est à noter que l’Université n’a pas accepté les suggestions de sorties médiatiques pour dénoncer l’austérité mises en place par les gouvernements des dernières années, aux côtés des étudiantes et étudiants. Elle a plutôt choisi de se taire et d’effectuer des coupures dans les conventions collectives des employés de l’Université, dans l’offre de cours ainsi que d’augmenter la facture étudiante. Un geste qui est considéré comme inacceptable par la FEUS.

Comment se retirer des FINO?

Avant le 15 juin 2016 :

  1. Allez sur www.usherbrooke.ca/renseignements/ et choisissez l’option Je suis étudiante ou étudiant à l’UdeS. J’ai un matricule et un CIP.
  2. Dans le champ intitulé Choisissez l’objet de votre question ou demande, choisissez l’option Désistement à des frais institutionnels non obligatoires (FINO) ou facultatifs. Cochez le ou les frais auxquels vous ne voulez plus contribuer.

Pour de plus amples renseignements, vous pouvez écrire à universitaires_recherches@feus.qc.ca ou passer au bureau de la FEUS E1-111.


Crédit photo © Austerite.org

Partager cette publication