À mes amis carnivores

Par Alexanne Laplante

Annoncer à tes proches que tu deviens végétarien, c’est un peu comme sortir du placard. Au début, les gens ne comprennent pas trop même si tu leur expliques que c’est une question de valeurs, de préférences et de choix personnels. Ils t’acceptent et continuent de t’aimer, mais l’incompréhension est au rendez-vous!

Un effet qui perdure probablement éternellement, c’est ce malaise palpable lorsque tu es invité à souper quelque part où les gens ne sont pas au courant de ton non-carnivorisme. Ils ont préparé un bon repas, disons des filets mignons marinés et tendres à souhait, et ils sont vraiment fiers de leur œuvre culinaire. C’est un des pires moments pour un végétarien de leur annoncer que tu ne manges pas de viande. On peut lire la culpabilité dans leurs yeux quand ils te regardent te servir une grosse portion de riz et une grosse portion de légumes, mais décliner l’offre de salade César à cause des petits morceaux de bacon. « On va te faire un œuf! » ou « J’dois avoir du tofu dans le frigidaire! » sont souvent deux réponses typiques. On va tout de suite mettre quelque chose au clair : ne faites pas d’exception pour nous, on aime ça le riz et les légumes et on se sent autant, sinon plus mal que vous de faire nos difficiles.

La société perçoit souvent les végétariens comme des militants extrêmes pour les droits des animaux qui détestent tous ceux qui osent manger de la chair en leur présence. On se calme s’il vous plait. Tous les végétariens ne sont pas extrémistes. En tant que personne morale qui a pris la décision de son plein gré de ne pas manger de chair animale, je n’ai pas envie d’arracher la tête d’une personne qui mange un gros steak juteux devant moi. C’est une question de goût et d’opinion personnelle. Je n’aime pas les radis non plus, et je n’ai jamais forcé personne à ma table à se priver. Même chose pour la viande.

« Tu vas manquer de protéines, ton corps a besoin de viande! » Faux faux faux! Le corps a besoin de protéines et de fer, pas de viande ! À la limite, c’est bon pour la santé, mais il existe tellement de substituts qui fournissent les mêmes nutriments qu’il est facile de vivre sans protéines animales. Je ne suis pas super callée en nutrition, mais je suis convaincue que les protéines présentes dans les légumineuses sont équivalentes. Personnellement, je n’ai remarqué aucun changement sur ma santé en plusieurs mois et je ne pense pas que mon organisme manque de vitamines essentielles.

Tout ça pour vous dire, amis carnivores, qu’une personne qui prend la décision de ne plus manger de viande reste quand même la même personne ! Et cessez de vous inquiéter, on se porte bien.


Crédit photo © visionboucherie.com

Partager cette publication