À Sherbrooke, on aime l’hiver : retour sur le Carnaval de la FEUS

Par Delphine Langevin

Du 18 au 26 janvier dernier, la FEUS offrait une panoplie d’activités aux étudiants afin de célébrer l’hiver sherbrookois. Du rallye photo au karaoké, tout y était pour faire de cette édition du carnaval un succès.

La frénésie de l’annuel Carnaval de la FEUS était palpable sur le campus au cours des deux dernières semaines. Les étudiants du campus principal, mais aussi ceux des campus de la santé et de Longueuil, étaient conviés à se joindre aux festivités.

Du plaisir sous toutes les formes

Dans le but d’accumuler le plus de points possible pour leur association membre et d’ainsi remporter le trophée du carnaval, les participants devaient se joindre à un maximum d’activités. Un jeu de « Capturez le drapeau » était en place dès la première journée, un rallye photo dès la deuxième et de nombreux autres événements étaient offerts par la FEUS au fil du carnaval.

La mezzanine du Centre sportif était bien remplie durant les deux jours de collecte de sang. Que ce soit pour faire une bonne action, pour partir à la chasse aux indices, pour montrer ses talents vocaux ou pour dépenser de l’énergie, chacun y trouvait son compte.

Jeudi dernier, après les 4 à 7, les groupes de musique des facultés d’éducation, de génie et de droit se sont retrouvés à la P’tite Grenouille pour participer au Battle of the bands, événement de clôture du Carnaval de la FEUS.

Deux semaines un peu moins festives pour certains

Comme plusieurs d’entre vous le savent, ce ne sont pas toutes les facultés de l’Université qui participent au Carnaval annuellement. La Faculté des lettres et sciences humaines (FLSH) est l’une de celles qui ne sont pas impliquées dans l’événement. De nombreux étudiants ne semblent d’ailleurs pas savoir pourquoi leur faculté n’y participe pas. C’est pourtant plus simple qu’on le croit.

En fait, lorsque j’ai communiqué avec l’association étudiante (AGEFLESH), on m’a répondu que « notre non-participation s’explique par le fait qu’aucun-e membre du conseil exécutif ni membre de l'Ageflesh n’a manifesté d’intérêt à participer au Carnaval ».

En d’autres mots, comme il s’agit d’un événement pour lequel les membres des diverses facultés de l’Université doivent se porter volontaires, les membres d’une association étudiante non participante, désireux de changer le statu quo, peuvent décider de former une équipe pour remédier à la situation. Ceci veut dire que si vous enviez les autres facultés et que vous êtes prêts à vous impliquer pour la vôtre, vous pouvez changer les choses pour les éditions du Carnaval de la FEUS à venir.


Crédit photo © Ian Baldwin

Partager cette publication