À toi, cher journal étudiant

Par Sofie Lafrance

Cher journal,

C’est avec la gorge serrée par la nostalgie et le cœur gros que je te rédige mes derniers mots aujourd’hui. Non pas parce que mon amour pour toi s’effrite, mais parce que le temps est venu pour moi de te quitter, de te laisser entre les mains bienveillantes de ceux et celles qui me suivront. Ton héritage, comme nous avons eu la chance de le constater cette année à l’occasion de ton quarantième anniversaire, est empreint de la vitalité, des convictions et des valeurs de chacun et chacune des étudiants et des étudiantes qui ont eu l’occasion de coucher quelques lignes sur ton papier.

Travailler et écrire pour le journal étudiant, que ce soit au secondaire, au collège ou à l’université, est une expérience qui lie intimement une personne à son milieu scolaire. Inconsciemment, tout ce qui est vu, entendu, découvert ou soulevé devient matière à la rédaction. Rapidement, l’esprit d’analyse se développe quotidiennement, et les angles à attaquer pour couvrir différents sujets se dessinent entre nos deux oreilles.

Être journaliste en herbe, c’est apprendre à s’approprier les problématiques les plus taboues pour les rendre abordables, c’est se remettre en question pendant de longues heures, c’est apprendre à connaître ce qui nous anime réellement, c’est risquer, choquer et s’exposer dans notre vulnérabilité. Mais d’abord et avant tout, c’est une gymnastique constructive qui mène à apprendre les rudiments d’un métier des plus difficiles et précaires.

Comme plusieurs autres journaux étudiants, Le Collectif se retrouve constamment à la croisée des chemins, son destin pouvant chavirer d’un moment à l’autre. Quel avenir pour les journaux papier? Quelle est la pertinence de cotiser et de persister à la tenue d’un journal étudiant? Est-ce nécessaire à l’apprentissage de la communauté étudiante? Tant de questions qu’on martèle incessamment et sur lesquelles on n’ose étaler que l’arrière de nos pensées.

La vérité, c’est que liés au web, les journaux papier savent trouver un large lectorat. Ils assurent la proximité que recherchent plusieurs envers leur journal étudiant. En ce qui concerne sa pertinence, le journal étudiant représente un moyen accessible et rassurant pour l’ensemble des étudiants et étudiantes afin de dénoncer, raconter, exposer et éduquer. Grâce à son indépendance, Le Collectif est en mesure d’être diversifié, d’étaler toutes les opinions et de mettre en lumière ce que d’autres voudraient éviter d’ébruiter. Le journal étudiant est également un outil formateur des plus enrichissants pour la rédaction, passage obligé dans le monde universitaire.

Ainsi, ce que je te souhaite pour les années à venir, cher Collectif, c’est de fleurir comme tu as si bien su le faire à travers ton passé.


Crédit photo © Accounting.edu_.uci_

Laisser une réponse

Recommandation