À vos marques, prêts… déménagez! Quelques trucs et astuces pour éviter le pire lors de ton déménagement

Par Mariève Bégin

Déménager est un sport en soi : cardio, muscles et agilité sont requis. Par contre, ce ne sont pas tous les athlètes qui arrivent au fil d’arrivée en pleine forme; d’après l’Association des chiropraticiens du Québec, près d'un Québécois sur cinq s’est déjà blessé lors d'un déménagement! Alors que la saison des boîtes de carton bat son plein, Le Collectif s’est entretenu avec Lorie Comtois, physiothérapeute et ancienne étudiante de l’Université de Sherbrooke, afin de te conseiller sur les précautions à prendre lors de cette épreuve physique, qui n’est pas sans danger.

L’exercice peut sembler banal, mais les risques de blessures sont nombreux. Même les déménageurs professionnels seraient en moyenne 126 à se blesser chaque année au travail. Bref, avant de se lancer, il faut savoir quelles précautions prendre avant, pendant et après le grand jour, question que tout se déroule pour le mieux et que tu arrives en pleine forme dans ton nouveau chez toi!

Avant l’épreuve : la préparation

Étudiants champions en procrastination, prenez garde! Bien qu’on puisse avoir tendance à repousser les préparatifs et se dire qu’on terminera le jour même, ce n’est pas une option à privilégier. La préparation permet un bien meilleur fonctionnement et une diminution des risques de blessures.

Lors de l’emballage des objets, il est préférable de s’en tenir à des boîtes de petit et moyen formats. De plus, contrairement à ce qu’on a l’habitude de faire, on devrait mélanger les objets lourds et légers afin de répartir la charge. Ainsi, il faut éviter de mettre tous ses manuels dans le même carton!

Si tu décides de ne pas faire appel à des professionnels, il faut également penser à l’achat de sangles, rappelle Lorie Comtois : « Elles permettent d’éviter de se pencher pour soulever des charges lourdes, comme des meubles. » Il est possible d’en trouver facilement dans les magasins à grande surface pour environ 25 $. Il serait également pratique d’emprunter un diable ou d’un chariot à quatre roues, si quelqu’un dans ton entourage dispose de l’un de ces outils, puisqu’ils permettent de minimiser les efforts à fournir.

Dans le cas où tu aurais des antécédents de maux de dos ou de blessures quelconques, la physiothérapeute recommande fortement de s’abstenir de participer au déménagement, puisqu’il est probable que l’exercice réactive des douleurs. Demande à tes proches de t’aider, ils comprendront certainement (surtout si tu leur offres la pizza par la suite)!

C’est le grand jour!

Le dicton du jour : « Ça prendra le temps que ça prendra! »

L’étape du déménagement n’est pas la plus agréable, et il est certain qu’on a hâte que ce soit terminé pour être confortablement installé. Toutefois, se dépêcher peut mener à des erreurs qui auraient facilement pu être évitées, ou à des faux mouvements lourds en conséquence. « Tu n’as pas réellement sauvé de temps si, après ton déménagement, tu dois faire 2 mois de physio », remarque Lorie Comtois. De toute façon, on ne déménage pas toutes les semaines, alors mieux vaut prendre le temps de le faire convenablement.
Avant de te lancer dans le déplacement de la laveuse, comme pour n’importe quelle activité physique, il faut s’échauffer. Cela peut simplement consister à débuter en chargeant les boîtes les plus légères dans le camion. Les allers-retours avec de petites charges permettront d’activer tes muscles et ton système cardiovasculaire.

Quand vient le temps de s’attaquer aux poids lourds, avant de soulever la charge, il importe de s’organiser avec l’autre personne impliquée pour déterminer par où passer et s’il faut prendre une pause en chemin. D’ailleurs, on a souvent le réflexe de se mettre à deux pour déplacer un meuble, mais Comtois précise qu’il ne faut pas hésiter à impliquer plus de personnes, si possible. Ainsi, chacun aura une moins grande charge à assumer.
Chaque fois qu’il faut soulever un objet sans les sangles, il est essentiel de penser à plier les genoux et à impliquer tout son corps dans le mouvement, plutôt que de forcer du dos. Ce sont de simples gestes et déplacements maladroits qui font en sorte qu’autant de gens souffrent d’entorses lombaires, de hernies discales, de lombalgies, d’étirements musculaires ou de courbatures à la suite de leur déménagement.

Enfin, sois à l’écoute de ton corps. Dès que tu en ressens le besoin, après un effort demandant, prends le temps de faire une pause de 5 à 10 minutes. Et n’oublie pas,  tout athlète doit s’hydrater régulièrement pour bien performer!

Au fil d’arrivée…

Enfin dans ton nouveau nid douillet, il sera certainement tentant de t’écraser sur le sofa avec bonne bière, question de te récompenser après ce marathon de boîtes. Attends quelques minutes! Plusieurs l’oublient, et ce, dans toutes les disciplines sportives, mais il est capital de s’étirer après l’effort. Il s’agit d’une autre façon de minimiser le risque de blessures.

La physiothérapeute propose, à titre d’exemple, l’étirement « du chat ». Celui-ci consiste à se mettre à quatre pattes et à courber le dos le plus possible. Pour une efficacité optimale, il est recommandé de maintenir l’étirement pendant 30 secondes, puis de le répéter à 3 reprises.

Si de la douleur se fait déjà sentir, la glace constitue la meilleure solution à court terme. Par contre, la durée normale pour être raqué à la suite d’une activité physique est de 48 à 72 heures. Ainsi, dans le cas où la douleur persiste après 3 jours, il serait préférable de consulter un professionnel de la santé pour déterminer la gravité de la blessure.
Et voilà : après cette lecture, tu es outillé pour changer de logis le plus intelligemment possible. N’oublie pas : déménager, c’est tout un sport. Le jour de l’épreuve, il faut arriver bien préparé et écouter son corps pour éviter de se blesser.

Bon déménagement!


Crédit Photo @ Wikipédia, Claude Boucher

Partager cette publication

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.