Ah nos fameuses poubelles! {Chronique verte : 3}

Par Rachel Genest

 

Dites-moi ce qu’il y a dans vos poubelles et je vous dirai qui vous êtes. Bon, on s’entend que même la fameuse Béa Johnson, la reine du zéro déchet, n’a pas réussi à éliminer complètement ses déchets. Sa famille de 4 personnes en produit environ 1 kilo par an, ce qui est très louable. Le commun des mortels, vous, moi, nous ne pouvons pas y arriver non plus, car tout notre système de consommation est fait sur l’idée du prêt à jeter. Moins c’est solide, plus ça enrichit les grandes entreprises de ce monde. Nous pouvons tout de même améliorer nos habitudes face aux poubelles, ce qui contribue un peu plus chaque jour à faire partie de la solution.

L’utilisation de sacs biodégradables, compostables pour nos poubelles plutôt que les bons vieux sacs poubelle en plastique devrait faire partie de nos habitudes. Le mieux est encore de ne pas en mettre du tout et de verser directement le contenu de nos poubelles dans le bac noir pour les déchets. Quand vous jetez quelque chose aux poubelles, posez-vous la question: «Est-ce que j’aurais pu le composter ou le recycler, sinon, est-ce qu’il existe une alternative écologique à cette chose?»

Malheureusement, beaucoup de choses ne se recyclent pas ni ne se compostent. Mais, une fois de plus, notre pouvoir d’achat en tant que consommateur peut faire une différence. Béa Johnson privilégie les achats en vrac par exemple. Même s’il y a quelques magasins qui offrent des aliments ou produits en vrac, la ville de Sherbrooke n’est pas encore très développée sur ce point. Ça vaut tout de même la peine d’annoncer qu’au IGA King Ouest et au Silo on nous offre un grand choix d’aliments en vrac. Pour ma part, je dois avouer faire preuve d’initiative lorsque je fais mes courses. Si je vois des poivrons emballés individuellement au magasin, je déchire l’emballage et le laisse sur l’étal de légumes. Le plastique utilisé est toujours là certes, mais si tout le monde faisait cela, le marchand n’emballerait plus ses légumes et fruits de cette manière, car ce n’est pas ce que le client désire. De plus, de grâce, cessez de prendre des petits sacs en plastique à l’épicerie pour envelopper vos fruits et légumes le tout pour ensuite les jeter immédiatement une fois à la maison.


© Rodrigue Turgeon

Partager cette publication