Aider l’environnement est également délicieux avec l’agriculture locale

Par Anthony Galvin-Bisson

Manger bio et encourager l’économie locale de la ville de Sherbrooke peut être facile, valorisant et délicieux. Pierre-Antoine Jacques, copropriétaire de la Joual Vert, nous explique les bienfaits d’acheter à proximité, tant pour la santé que pour la communauté.

En encourageant un producteur local, la fraîcheur et le goût sont les qualités qui ressortent immédiatement des produits achetés. Avec des récoltes qui proviennent de champs situés à quelques kilomètres de chez soi, pas étonnant que le résultat en bouche soit complètement différent d’un fruit ou d’un légume exporté. C’est également un sentiment de transparence entre le producteur et l’agriculteur qui émane de l’achat local. Alors que retracer un aliment produit pour vérifier l’éthique derrière peut être un défi, le contact humain et l’honnêteté vont de soi lorsque le producteur vend personnellement ses récoltes. Pierre-Antoine voit un impératif dans la communication directe avec les consommateurs. Ceux et celles qui désirent en apprendre plus sur les techniques utilisées aux champs, sur la philosophie derrière la ferme maraîchère et sur les avantages d’encourager ses voisins agriculteurs n’ont qu’à démarrer la conversation à un de ses kiosques de vente.

Acheter local est aussi une excellente manière d’aider l’environnement, comme l’explique le copropriétaire du marché. Alors que plusieurs mouvements sociaux luttent pour l’égalité des genres et des classes sociales, favoriser l’agriculture locale, éthique et écologique permet de faire front aux enjeux environnementaux de notre ère. En réduisant le transport nécessaire entre le producteur et l’acheteur, l’empreinte carbone de chaque fruit et légume est largement réduite. Les techniques employées pour travailler la terre se veulent les plus respectueuses possible de la nature. En favorisant une cultivation variée au même endroit, on évite les maladies et le sol reste riche en nutriments. Le résultat : une biodiversité d’insectes et de microorganismes bien active à même la terre, celle-ci favorisant davantage de meilleures récoltes. La Joual Vert exerce également un contrôle strict des outils utilisés pour travailler le sol, de sorte que l’impact soit le plus minime possible. Finalement, les fertilisants utilisés sont minutieusement choisis pour éviter toute sorte de toxicité avec l’environnement.

Plus qu’une simple passion pour l’agriculture, la Joual Vert émane d’un véritable mode de vie. L’étudiant en politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Pierre-Antoine, trouve que l’objectif derrière l’achat local est avant tout politique. Dans une ère où la surconsommation, les changements climatiques et la mondialisation font partie intégrante de nos vies, la Joual Vert propose un retour vers l’essentiel. On y trouve des fruits et légumes abordables avec une connexion particulière avec le sol et les membres de la communauté.

Bien sûr, porter une attention particulière à la terre vient avec son lot de défis. Être éthique en agriculture nécessite d’être persévérant. La terre, sans fertilisants ultras performants, va à son rythme. Heureusement, les récoltes en valent bien la peine. Comme l’explique Pierre-Antoine, il est également difficile de rivaliser avec les multinationales qui ont le monopole des grands marchés.  Alors que ces dernières sont souvent opérées à l’aide de machines, donc peu de main d’œuvre, et qu’elles utilisent des pesticides toxiques, les prix sont bien souvent difficiles à égaler sans vendre les récoltes à perte. De toute façon, le petit extra en vaut bien la peine : le goût et la valeur nutritive, le tout lié à un comportement socialement responsable, se comparent difficilement avec ce qu’on trouve ailleurs. Le secret, comme le dit Pierre-Antoine, est dans la proximité du maraîcher. N’hésitez pas à suivre la Joual Vert via leur page Facebook pour tout savoir sur leurs activités! Et pour ceux et celles qui désirent découvrir d’autres agriculteurs locaux, voici quelques mentions spéciales : Le Jardinier déchaîné, La Boîte à légumes et Racines & chlorophylle.


Crédit Photo @ La JoualVert

Partager cette publication