Amélie Augé : Entre chimie et athlétisme

Par Charles Ferron

L’athlète du Vert & Or s'est surpassée en pentathlon lors du dernier championnat canadien U SPORTS se déroulant du 8 au 10 mars à Windsor. Elle a récolté une médaille d’or en pentathlon, distançant sa coéquipière de Sherbrooke Maude Léveillé par seulement deux points, ainsi qu’une médaille de bronze en saut en longueur.

Ce doublé historique en pentathlon pour l’université a été enregistré à la suite d’une compétition ardemment disputée entre les deux représentantes du Vert & Or. Lors de la première épreuve, Maude Léveillé a établi son record personnel en battant Amélie par 12 centièmes au 60 m haies. Après quatre épreuves, les deux compétitrices étaient côte à côte au classement. Cependant, c’est la cinquième épreuve, le 800 m, qui allait déterminer la gagnante. Après une chaude lutte, Amélie remporta la course pendant que sa coéquipière Maude termina deuxième.

Les 4000 points en tête

Malgré son excellente performance, Amélie n’a pas obtenu tout ce qu’elle voulait. « J’ai deux objectifs principaux, avait-elle expliqué quelques semaines avant sa compétition. Je souhaite faire le doublé en pentathlon et en saut en longueur comme l’année dernière. Je n’avais pas gagné la médaille d’or dans ces deux épreuves, mais j’avais fait deux podiums. Mon second objectif serait de passer la barre des 4000 points au pentathlon. C’est un objectif un petit peu plus compliqué, mais pas impossible. »

Malheureusement pour Amélie, elle est passée tout près avec son pointage de 3803 points en pentathlon et sa troisième position en saut en longueur. Même si c’est légèrement à court de ses objectifs, elle peut toutefois se consoler puisqu’elle a décroché le titre d’athlète de la semaine pour le Vert & Or, mais surtout pour le RSEQ en raison de ses performances.

C’est quoi le pentathlon?

Le pentathlon est une compétition d’épreuves combinées en athlétisme. Les cinq épreuves sont disputées dans l’ordre suivant : le 60 m haies, le saut en hauteur, le lancer du poids, le saut en longueur et le 800 m. Les concurrents vont recevoir un certain nombre de points selon leur performance dans chaque épreuve. Une fois les cinq résultats additionnés, on a un total de points qui va déterminer le gagnant.

Présentement, le pentathlon est plutôt une épreuve féminine. « En salle, l’hiver, chez les femmes, il y a uniquement du pentathlon; l’heptathlon est réservé pour les hommes. Pour les femmes, cette épreuve est l’été », raconte Amélie. Pour l’heptathlon, on doit y rajouter le lancer de javelot ainsi que le 200 m comme épreuves à effectuer. Même si Amélie a déjà participé à un heptathlon, elle aime bien le format du pentathlon puisque les épreuves de lancer sont sa faiblesse. « J’excelle le plus dans les épreuves de sprint et de saut, particulièrement le 60 m haies et le saut en longueur. Pour les autres épreuves, je vais marquer des points, mais ce ne sont pas nécessairement mes forces. »

Une coéquipière qui la pousse à briller

Le Vert & Or est particulièrement choyé cette année avec deux des meilleures athlètes de pentathlon dans leur rang. Pour Amélie, la présence de Maude Léveillé l’aide beaucoup à connaitre d’aussi bons résultats. « On ne s’entraine pas ensemble au quotidien, mais on compétitionne régulièrement et c’est vraiment motivant d’avoir une personnalité familière dans les grands championnats. Je souhaite qu’on brille toutes les deux à Windsor, et ce, peu importe remporte la première place. », racontait-elle en février.

D’ailleurs, les deux membres du Vert & Or ont toutes les deux participé grandement à la performance de l’équipe féminine au championnat provincial d’athlétisme qui se déroulait à Sherbrooke le 23 et 24 février. Cependant, cette compétition était un peu différente des autres. « Lors de ce championnat, je participe à toutes les épreuves individuelles pour marquer le plus de points possible. Si je faisais uniquement du pentathlon, je remporterais seulement 10 points à mon équipe. Par contre, si l'on prend les cinq épreuves séparées, je pourrais faire 10 ou 8 points dans chacune de ses épreuves, ce qui donnerait beaucoup plus de points pour l’équipe », avait-elle expliqué. Grâce à leur polyvalence, Amélie et Maude ont récolté 26 et 30 points respectivement à Sherbrooke. Un total de 56 sur les 85 points récoltés par l’équipe féminine est donc attribuable à ce duo.

Un doctorat en chimie à temps partiel

Amélie excelle dans son sport, mais elle est aussi très performante à l'école. Arrivée de la France il y a deux ans et demi, Amélie est venue au Québec pour faire son doctorat. Elle se spécialise dans la chimie des polymères. « Je travaille particulièrement sur des polymères qui sont thermosensibles, c’est-à-dire qui sont capables de changer leurs formes sous l’influence de la température. Pour bien comprendre, on peut donner une des applications possibles. Il existe un textile développé récemment qui s’adapte à la chaleur du corps. Par exemple, quand on va transpirer, la porosité du textile va s’ouvrir et va permettre de faire passer l’air et donc d’aérer le corps. »

En ce moment, Amélie travaille sur des nanoparticules pour des applications en libération contrôlée de médicaments afin d’améliorer les chimiothérapies. Elle doit y consacrer de longues heures chaque soir au laboratoire. En raison de son horaire chargé, Amélie doit avoir une organisation hors du commun pour lui permettre de concilier son sport et ses études. « Un entraînement de niveau élevé demande déjà beaucoup de temps et d’investissement, mais ça demande aussi de la récupération. On doit avoir suffisamment de sommeil, bien manger et posséder une bonne hygiène de vie. Ce n’est pas toujours compatible avec les horaires au laboratoire. Je vais parfois avoir à travailler la nuit ou le soir tard, mais, avec une bonne gestion du temps, on y arrive », termine-t-elle.


Crédit Photo @ Vert & Or UdeS

Partager cette publication

Laisser une réponse