Assis ou debout pour assister à un concert ?

Pour ceux qui fréquentent comme moi assidûment les salles de spectacles afin d’assister à des concerts de musique, peut-être certains se sont déjà questionnés sur l’opportunité de proposer des places assises en avant de la scène. En effet, au Québec, la norme tend à offrir aux spectateurs la forme cabaret, et ce, quel que soit le type de musique présenté. Évidemment, être assis devant un concert offre de nombreux avantages. Pourtant, est-il toujours pertinent de s’asseoir alors que devant vous un ou plusieurs artistes se déchaînent sur leur instrument, tentant vainement d’animer une foule affectée à une implication presque passive?

Benjamin Le Bonniec

Vendredi 13 février 2015, il est 20 h et je me dirige pour assister à la prestation d’Elliot Maginot au Théâtre Granada qui ouvre la soirée pour The Franklin Electric, ses compères d’Indica Records. Certes, le folk planant du petit gars de Saint-Hyacinthe n’est pas la musique la plus enivrante pour les jambes. Cependant, le son pop-folk de The Franklin Electric propose une partition bien plus énergique. Pourtant, en pénétrant dans la salle du Granada, force est de constater que tables et chaises ont été disposées jusqu’au pied de la scène. La modulation de la salle apparait en effet déconcertante au regard d’une programmation du jour censée accueillir un public plus jeune et plus insouciant que le théâtre du centre-ville reçoit habituellement. Et dès les premières notes entendues, on aurait presque envie de se dandiner et de pousser les chaises disposées dans la fosse. Dès lors, je terminai le concert aux abords de la régie où d’autres mélomanes avaient pris la même décision.

Il m’était arrivé la même déconvenue lors du passage dans la même salle de The Barr Brothers en novembre dernier. Friand de la musique des frères Barr, je garde un très mauvais souvenir de ce concert assis le cul sur ma chaise. Il y a quinze jours, ces mêmes frangins étaient de retour à Sherbrooke dans le cadre du Sherblues & Folk et ont offert une prestation nettement plus convaincante devant un public posté sur le devant de la scène de la Wellington, debout cette fois, à soutenir activement le groupe. Ce genre d’exemples arrivent fréquemment dans nos salles de spectacles, que l’on soit à Sherbrooke, à Montréal ou ailleurs. Je ne compte plus le nombre de concerts rock auxquels j’ai dû assister siégeant sur une chaise, même dans le cadre de festivals intérieurs comme Pop Montréal ou encore le Cabaret de la relève de Baie-Saint-Paul.

De mon constat, les ambiances sont presque tout le temps plus chaudes lorsque l’assistance se tient debout. Heureusement que parfois, certains irréductibles n’hésitent pas à pousser les meubles pour investir l’espace.

Il n’est pas fait ici le procès des salles de spectacles peu modulables, comme la salle Maurice-O’Bready du Centre culturel de l’Université, où des sièges sont installés de  façon quasi permanente. Il est question évidemment des espaces culturels auxquels on ajoute des tables et des chaises pour meubler l’espace. Évidemment, il s’agit là souvent d’une stratégie assumée par la majorité des responsables de salles pour diverses raisons comme le confort et surtout pour donner l’impression d’une salle plus remplie, tâche qui s’avère plutôt ardue. Souvent, je pense aux artistes et je me dis que ce doit être réellement difficile de motiver une salle assise alors que le public est positionné dans une posture passive. J’ai le souvenir d’un concert du groupe Le Trouble au Boquébière où le chanteur tentait inlassablement de lever l’auditoire. Hésitant, celui-ci a bien mis trois chansons avant de s’exécuter. Ce soir-là, le show était vraiment excellent et le public a finalement été conquis, alors que les chaises et tables furent laissées jusque devant la scène.

De mon constat, les ambiances sont presque tout le temps plus chaudes lorsque l’assistance se tient debout. Heureusement que parfois, certains irréductibles n’hésitent pas à pousser les meubles pour investir l’espace. Cet article n’y changera certainement rien, mais au regard des témoignages que j’entends souvent autour de moi, la question mérite d’être posée. Et vous, lorsque la salle peut techniquement être disposée à le faire, que préférez-vous? Assis ou debout pour assister aux prestations de vos artistes préférés?

Partager cette publication
Marqueursspectacle