Avocats Sans Frontière : de l’aide hors frontières

Par Andréanne Beaudry

Depuis 1992, l’organisation Avocats Sans Frontières (ASF) se donne comme mission d’outiller les populations vulnérables en ce qui a trait à la justice. L’ASF intervient dans les milieux où règnent violences politiques et conflits armés. Des pays dans lesquels certaines règles de droit ne sont appliquées. Née à Bruxelles, l’organisation parvient cependant à inspirer d’autres pays, dont le Canada, à instaurer de nouvelles antennes du mouvement Avocats Sans Frontières. Au Québec, l’ASF existe depuis septembre 2002 et le 26 octobre dernier, l’organisation fêtait ses 15 ans d’existence.

L’organisation : une approche bénéfique

Contrairement à d’autres organisations, Avocats Sans Frontières ne part pas seulement à l’étranger pour régler des conflits dans d’autres pays comme Haïti, le Guatemala ou la Colombie. En réalité, les équipes d’ASF vont aider les avocats et les avocates afin de leur transmettre plus d’outils et leur expliquer la situation conflictuelle au lieu de résoudre eux-mêmes le litige sur place. L’avantage de cette approche est que lorsque les équipes de terrains de l’organisation quitteront les lieux, les professionnels sur place seront dorénavant en mesure de régler efficacement des problématiques semblables. En plus de cela, l’organisation rencontre également des membres de la communauté. Ils sont alors amenés à apprendre comment le système de justice fonctionne de manière globale.

Néanmoins, l’organisation ne s’implique pas uniquement sur le terrain. En association avec l’École du Barreau, elle offre des stages rémunérés aux personnes étudiant en droit. Sinon, il existe quelques groupes universitaires à travers le Québec dont l’Université de Sherbrooke, l’Université Laval ou l’Université McGill qui sensibilisent leurs communautés étudiantes sur les nombreuses implications d’Avocats Sans Frontières.

La mission des groupes universitaires

Au Canada, on compte six universités participantes au sein de l’organisation : le projet se développe encore et gagne toujours à se faire connaître. En tant qu’ambassadeurs d’ASF Canada, les groupes universitaires se donnent comme mission de faire connaître l’organisation autour d’eux, en plus d’encourager leur communauté à participer aux différentes activités proposées : des 5 à 7, de nombreuses activités de financements ainsi que des rencontres avec différents professionnels du milieu, dont des juristes ou des défenseurs des droits humains dans le monde.

D’ailleurs, les personnes intéressées par les activités d’Avocats Sans Frontières sont aussi encouragées à contribuer à l’organisation de différentes façons : ils peuvent offrir leur service ou bien réaliser un don en argent à l’ASF. En service juridique, l’organisation peut compter sur Beauvais Truchon Avocats, CAIJ ou bien même Gowling WLG. En plus de cela, certaines entreprises offrent leurs services en ce qui a trait, par exemple, à la planification stratégique, aux relations publiques et gouvernementales et même au graphisme et au développement Web. Parmi ses donateurs, l’organisation compte sur le Barreau du Québec, McCarthy Tétrault ou bien la Banque Nationale.

Entre les universités qui appuient l’organisation, il existe une certaine collaboration. En effet, les universités s’entraident afin d’améliorer davantage leurs stratégies pour sensibiliser la communauté universitaire dans l’ensemble du Québec, et même du Canada. D’ailleurs, une rencontre mensuelle est organisée entre les présidents et présidentes de chaque groupe.

L’ASF à Sherbrooke : de nombreuses implications

La session dernière, l’équipe sherbrookoise a réalisé une vente de plantes à la Faculté de droit de l’Université, et ce, grâce à la collaboration des Serres St-Élie. Les membres de la communauté universitaire de Sherbrooke pouvaient alors se procurer différentes variétés de plantes à un coût variant entre cinq et huit dollars. D’ailleurs, à l’occasion du 15e anniversaire, chaque plante était accompagnée d’une petite note, soit une valeur partagée par les membres de l’ASF et la communauté juridique internationale. Une activité de financement annuelle bien populaire auprès de la communauté universitaire; la vente reviendra d’ailleurs à l’automne prochain.

D’ici la fin janvier, une activité sportive sera également organisée par le groupe. L’ASF de Sherbrooke hésite encore entre une séance de kick-boxing ou de yoga chaud, mais des détails suivront prochainement.

On peut aussi compter sur une autre activité, soit le Colloque : tous les avocats et avocates d’AFS de chacune des universités canadiennes se rassemblent afin d’offrir des conférences sur différents sujets juridiques. Le 3 mars prochain se tiendra le Colloque 2018 à l’Université McGill. L’événement est d’ailleurs ouvert au public.

En plus d’offrir de nombreuses activités de financement, l’ASF de Sherbrooke tente de sensibiliser la population sur différents enjeux. Pour ce faire, l’organisation publie sur leur page Facebook, entre autres, des conseils pour rappeler les différents droits des citoyens et citoyennes. Le 20 novembre dernier, le groupe a souligné la Journée mondiale de l’enfance en publiant des photos d’affiches colorées mentionnant certains droits visant les enfants. On pouvait y retrouver, par exemple, l’article 31 : « Chaque enfant a le droit de jouer et de se reposer ».

En bref, le groupe d’Avocats Sans Frontières de l’Université de Sherbrooke, comme l’ensemble des membres et bénévoles de l’organisation, multiplie les moyens pour sensibiliser leur communauté et financer les différents projets d’ASF.


Crédit Photo @Avocats Sans Frontières

Partager cette publication