Bye bye l’été, c’est la rentrée!

campus- edito

Elle a travaillé à la sueur de son front sur une terrasse de Montréal tout l’été. Il a créché chez sa mère à Rimouski. Elles ont vécu leur premier stage à Nice, le rêve! Lui, il est parti en sac à dos dans l’Ouest. On a mangé des cornets, fait des balades en vélo, on s’est promené en montagne, on a fait des BBQ, prit des verres sur des terrasses, on a été libre comme l’air tout l’été : la saison estivale a été formidable, chaude et remplie de moments magiques. Et là, l’automne se pointe, bang! Les cours recommencent et on reprend ou entreprend notre vie d’étudiant.

Par Alexandra Basque

Il y a quelques semaines, quelques jours peut-être même, certains ont emménagé dans leur tout premier logement, ont fait leur toute première épicerie (en laissant un bras pis une jambe à la caisse!) et ont vécu leur toute première journée à l’Université, sans oublier les fameuses intégrations, bien sûr. Ces nouveaux étudiants se sont installés dans un Sherbrooke étranger, se sont rendus sur un campus inexploré et ont rencontré des centaines d’inconnus. Toute cette nouveauté, ce changement, est inconfortable et excitant à la fois!

Les autres, la plupart, sont retournés en terrain connu. Ils ont réintégré leur appart étroit, là où il fait chaud y vivre par les dernières chaleurs d’août. Ils ont retrouvé leurs colocs, le voisin d’en haut qui marche trop fort, leur quartier pauvre, leur faculté, leurs classes, leur cohorte, leurs habitudes… Pour ces étudiants, il n’y a rien de nouveau en soit dans la rentrée, mais une parcelle d’excitation parvient quand même à les atteindre. Peut-être provient-elle de la satisfaction d’entamer une nouvelle année qui se conclura bien assez vite, les rapprochant de l’éminente fin du parcours universitaire. Ou tout simplement du fait qu’ils aiment étudier. On est là pour ça après tout, non?

Bref, qu’on soit un petit nouveau ou pas, la rentrée c’est excitant. Pour tout le monde, c’est une étape qui commence. Une page de plus qui s’écrit dans notre parcours universitaire. Un pas de plus dans notre quête de connaissances. L’effervescence de la rentrée réside dans le fait que nous sommes des milliers à amorcer cette étape en même temps! Il fait encore beau et tout le monde, les étudiants, les enseignants et le personnel, semble heureux de se retrouver et de commencer l’année.

Cette agitation vous paraît banale ou superflue? Ne soyez pas cynique, voyons! Elle vous sert à commencer l’université du bon pied ou à vous motiver à la poursuivre de bon train. Même TVA fait une rentrée télé!

Imprégnez-vous de cette effervescence, parce que tristement, elle ne dure pas. Demain, les feuilles seront rouges; il fera plus froid. La session sera vraiment entamée, la routine prendra le dessus : études, épicerie, lavage, ménage, travail, sorties, dodo. Votre vie se résumera plutôt à cette séquence, qui se répètera des centaines de fois. Le tout parsemé de moments de folie avec les potes, de déprimes saisonnières, de maux de tête les vendredis matins, de périodes de procrastination improductives (oui, oui)…

De la même façon, les saisons s’enchaîneront. En octobre, on tiendra encore nos bonnes résolutions fixées à la rentrée : on ira courir, on mangera des fruits et des légumes et on fera nos devoirs. Durant le gris mois de novembre, on se laissera mourir sur notre divan devant nos téléséries préférées alors que les choses à faire s’empileront. En décembre, ce sera déjà la fin de la session, on procrastinera, mais pas trop, parce que les fêtes arriveront et que, ça aussi, c’est excitant! À peine deux semaines pour se remettre de cette fin de session effrénée qu’on s’attaquera déjà à la deuxième moitié de l’année. Janvier, la neige. Février, la fête des amoureux. Mars, la semaine de relâche. Avril, le printemps et... déjà la fin de la session! L’été se montrera le bout du nez et nous pourrons souffler à nouveau.

Vous voyez comme ça passe vite! Prenez ça à coup de quinze semaines, une étape à la fois. Dans quinze semaines, certains finissent leur bac. Dans quinze semaines, d’autres partent en stage. Vous êtes nouveaux aujourd’hui, et bien, dans quinze semaines, au terme de cette première session, vous ne le serez plus!

Partager cette publication