« Ce n’est pas de détruire le Canada, c’est de construire le Québec. » Caroline Bouchard, candidate pour le Bloc québécois dans Sherbrooke

Par Rosanne Bourque

À toutes les élections, c’est pareil. On dirait le concours du parti qui met le plus d’affiches électorales dans les rues de la ville. Les candidats juchés sur leur poteau affichent tous leur plus beau sourire et leurs messages persuasifs. Certains nous laissent indifférents et d’autres réussissent à nous accrocher.

 

 

Fierté québécoise

Justement! « Qui prend pays, prend parti », un slogan fort et fier du Bloc québécois qui a retenu mon attention. Le slogan, on l’aime ou on ne l’aime pas, mais le parti ne cachera certainement pas son amour du Québec et son désir d’en faire une nation plus forte.

Ce texte-là, je le dédis justement à vous, les amoureux de notre culture, les défenseurs de notre langue et les ambitieux qui font avancer le Québec. Parce que non, la fierté d’être Québécois ne se résume pas nécessairement à une nostalgie démesurée de nos traditions ancestrales. Être fier du Québec, c’est aussi valoriser notre identité et notre culture. C’est de créer, innover et faire des projets ici et pour nous, tout en étant ouvert au reste du monde, sans méfiances. Ici, je ne vous parle pas de souveraineté, je vous parle de fierté québécoise.

Un Québec mobilisé

Vous sentez-vous Québécois ? J’ose espérer que nous sommes plusieurs à répondre oui, mais l’identité d’un peuple passe essentiellement par sa culture. Il est désolant d’assister aux coupures sanglantes dans le domaine culturel, ainsi que dans l’éducation. Sommes-nous bien représentés? Pourquoi sommes-nous obligés de descendre dans les rues pour défendre nos valeurs? Le fameux printemps érable nous a d’ailleurs révélé un beau mouvement collectif. Il est impossible de nier la beauté de cette vague de solidarité qu’a vécu le Québec en 2012. Que l’on soit d’accord ou pas avec la grève, ça fait du bien de voir les gens se tenir debout et d’avoir la preuve que nous pouvons encore faire des projets de société. « Place à la magie! » puisque « les frontières de nos rêves ne sont plus les mêmes » (Refus global, 1948). Nous sommes capables de grandes choses et nous avons de nouvelles possibilités. Le Québec a toujours su braver les intempéries et défendre ses valeurs, c’est à notre tour. Servons-nous des héritages qui nous ont été confiés pour construire un Québec à notre image. Arrêtons de voter en procédant par élimination; voter pour le parti le moins pire n’est peut-être pas la meilleure solution. Ne serait-il pas mieux de voter pour le parti coïncidant le plus avec nos valeurs? Ne serait-il pas mieux de voter pour un parti qui défend notre langue et notre culture?

Gaston Miron, Simone Monet-Chartrand et Pierre Falardeau de notre ère, ma gang de malades, vous êtes dont où?

Un énorme merci à Caroline Bouchard qui a accepté de nous rencontrer et qui a été si inspirante. Diplômée de l’Université de Sherbrooke en communication et en politique, elle garde de très bons souvenirs de son passage l’université. Elle soutient que les étudiants d’aujourd’hui sont l’élite de demain et qu’il ne faut pas négliger les investissements, pour leur permettre d’avoir des études universitaires de la plus haute qualité possible.


© Cathie Lacasse Pelletier

Partager cette publication