Ce rêve élusif

Par Christophe Lachance-Tardif

Les rêves qui nous habitent sont parfois farfelus, quelques fois utopiques et parfois rationnels. Ils peuvent découler de nos valeurs et de nos principes, ou bien ils peuvent être un prolongement de nos passions. Pour ma part, j’ai toujours rêvé de travailler auprès d’une équipe de baseball professionnelle. Eh bien, au cours de l’été 2017, je peux affirmer que j’ai rayé un élément de ma liste d’objectifs à accomplir. En effet, j’ai occupé le poste de directeur adjoint aux communications pour l’équipe de baseball des Capitales de Québec!

Établir un plan et y rester fidèle

J’ai toujours été impliqué de près ou de loin dans le monde du sport depuis que je suis un jeune enfant. Ceux qui me connaissaient savent très bien que le sport est ancré dans ma vie depuis très longtemps. À travers les années, en plus de m’aligner avec une panoplie d’équipes sportives à titre de joueur, j’ai rempli plusieurs rôles et une multitude de fonctions dans le monde du sport. Que ce soit arbitre, marqueur, collaborateur, superviseur, entraineur ou directeur technique d’une association, mes étés ont toujours tourné autour du monde du baseball. Depuis ma tendre enfance, je savais que je voulais faire partie d’une organisation professionnelle. J’affectionnais ce désir et j’avais un plan concret pour y parvenir : avoir le plus d’expérience possible dans le monde du sport et des communications, ainsi que de mettre sur pied une banque chargée de contacts qui pourrait s’avérer utile autant à court qu’à long terme.

La crème de la crème

À titre de joueur, il est extrêmement difficile de percer dans le monde du sport professionnel. En effet, des quatre sports professionnels nord-américains (baseball, football, basketball et hockey), on estime que seulement cinq pour cent des joueurs collégiaux revêtiront un uniforme d’une équipe professionnelle selon une étude établie par la NCAA. Être en mesure d’obtenir un poste dans les bureaux administratifs d’une équipe n’est pas aussi inaccessible, mais il reste tout de même que les employeurs choisissent la crème de la crème pour pourvoir les postes disponibles, surtout dans le domaine des communications.

Les rigueurs d’une saison de baseball

Ce n’est pas un domaine parfait, loin de là. Après avoir obtenu mon contrat de travail auprès des Capitales de Québec, je savais dans quoi je m’embarquais. À titre d’information, le baseball est un sport qui se joue tous les jours de la saison régulière. Avec environ seulement deux à trois jours de congé par mois, contrairement au hockey, où deux ou trois joutes sont disputées de façon hebdomadaire. Les joueurs doivent voyager au travers et ce n’est pas toujours facile. Au cours du dernier mois de juin, nous avons eu une séquence de onze matchs en autant de jours à domicile. Pendant onze jours, il fallait être au Stade Canac à 9 h le matin, en vue d’effectuer les préparatifs d’avant-match, pour quitter l’enceinte quelques heures après la fin du match, soit à minuit, pour recommencer le lendemain, et ce, pendant onze jours de suite…

Je peux vous dire que tout le personnel administratif, de même que les employés du stade, les agents de sécurité et les joueurs étaient crevés à la fin de cette séquence. Le baseball est un véritable sport d’endurance physique et mentale autant pour les joueurs que pour le personnel administratif. C’est pour cette raison que j’éprouve du plaisir à débattre avec les gens qui ont toujours la même idée préconçue suivante : « Le baseball n’est pas un sport qui demande beaucoup d’effort physique. »

De plus, j’ai eu de la difficulté à concilier mon travail aux Capitales avec mes amis, ma famille et les loisirs. J’ai dû faire quelques sacrifices pour y arriver, mais toute l’expérience que j’ai acquise cet été ne peut être que bénéfique à long terme!

Des rencontres gravées à jamais dans ma mémoire

À travers les quarantaines de matchs disputées cet été au Stade Canac, j’ai eu la chance de rencontrer plusieurs joueurs et hommes d’affaires de l’industrie du baseball. Parmi eux, j’ai pu faire la connaissance de Christopher York, un des dirigeants de la chaine MLB Advanced Media, une firme de média qui est basée au centre-ville de New York. J’ai longuement discuté avec York de plein de sujets entourant le monde du baseball en plus de mettre en valeur mes connaissances de l’industrie. York m’a même proposé de collaborer avec lui pour un article à paraitre sur le prestigieux site fangraphs.com; un incontournable dans l’industrie du baseball aux États-Unis. J’ai eu également la chance de côtoyer Daniel Rockett, un ancien choix au repêchage des Royals de Kansas City. Le voltigeur originaire du Texas a passé un mois à Québec avant d’être échangé à un club situé au New Jersey. Grâce à lui, j’ai pu en apprendre plus sur l’envers du décor du baseball professionnel.

Et voilà, avec la saison de baseball qui tire à sa fin et qui coïncide avec la fin de la saison estivale, je fais le point sur mon été et j’affirme avec immense certitude que j’ai acquis un bagage inestimable, autant de façon professionnelle que personnelle.

Quel est mon prochain but? Avec l’expérience acquise cet été aux Capitales, j’espère être en mesure de me tailler un poste dans l’organisation des futurs Expos de Montréal. Le retour imminent des Expos créera quelques centaines d’emplois dans la région de Montréal, autant dans le domaine des communications qu’auprès du player personnel comme les opérations baseball. Tranquillement mais surement, j’arrive à mon but et je sais qu’un jour, j’aurai la chance de travailler pour une organisation de baseball des ligues majeures et d’y gagner ma vie! D’ici là, je vais rester fidèle à mon plan initial en vue d’une nouvelle chance cet automne dans la grande région montréalaise!


Crédit Photo © Christophe Lachance-Tardif

Partager cette publication