Pourquoi celui-ci plutôt qu’un autre?

Par Andréanne Beaudry

Par moment, j’ai l’impression que la vie humaine se résume quasiment, ou bien constamment à prendre des décisions. On se retrouve soit vis-à-vis des dilemmes bien simples, soit devant de très complexes. Si vous êtes comme moi, vous pouvez rendre la problématique considérée simple comme étant littéralement compliquée à résoudre. En réalité, ce n’est pas le fait de devoir prendre des décisions qui me dérange, mais l’obsession omniprésente d’effectuer les bons choix.

« Qu’est-ce que je vais dont faire plus tard? » Pour plusieurs, cette question est une source d’anxiété absolue. On ne se cachera pas que réfléchir à son choix de carrière n’est guère facile à accomplir. En quoi je souhaite m’engager corps et âme, et ce, pour plusieurs années? De plus, on espère ne pas se tromper. Alors c’est pourquoi je peux comprendre à quel point cette décision mérite une attention inestimable. Mis à part le choix de carrière, nous sommes d’abord confrontés, dès notre jeune âge, à découvrir une multitude d’activités pour ainsi choisir ce en quoi on veut réellement s’épanouir en même temps que les études. Quelle activité me permettra de pigmenter mon quotidien? Est-ce un dilemme banal? Je n’en suis pas si certaine. Surtout si une remise en question, en cours de route, se met de la partie!

Savoir expérimenter

En ce qui concerne le sport, choisir une discipline peut s’avérer aussi tordu que le choix d’un futur emploi. Ai-je de l’avenir dans ce sport? Du plaisir? De la motivation? J’encourage les futurs parents à faciliter cette quête auprès de leur enfant, en leur permettant d’expérimenter diverses activités. La plupart du temps, ce processus facilite la détermination rapidement ce qui nous rend le plus heureux. En tant qu’entraineuse en athlétisme, je comprends de plus en plus l’importance de découvrir plus d’une chose. À l’occasion, il est possible de vouloir orienter un jeune dans tel sport ou telle discipline, en raison de ses aptitudes ou de son physique. Cependant, rien n’est plus bénéfique que de laisser le jeune expérimenter par lui-même, car lui seul est en mesure de savoir ce qui l’intéresse ou pas. Pour ma part, on me dit souvent que j’ai le physique d’une marathonienne, puisque je suis très élancée et mes jambes sont d’une longueur interminable, comme on dit. Par contre, je n’ai pas dédié mon temps à ce type d’épreuves. En effet, j’ai des aptitudes pour tout ce qui touche l’endurance, mais ce que je préfère avant tout, c’est la puissance. Les courtes distances m’attirent davantage et c’est ce qui me permet de me sentir vivante.

Choisir un sport, c’est comme une carrière

Choisir un sport pour lequel je souhaite m’investir chaque semaine tout en ayant du plaisir malgré les difficultés qu’engendre la vie de sportif n’est pas une mince tâche. Pour certains, le sport n’occupera pas une place aussi importante et ils se tourneront plutôt vers un autre type d’activité, mais ça reste tout de même une tâche assez ardue. Contrairement à ce qui précède, lorsqu’on trouve enfin sa voie, le reste devient absolument merveilleux. C’est ce qui arrive après avoir déniché ce qui nous rend heureux et nous allume jour après jour. Quant à moi, c’est l’athlétisme qui a amené cette petite étincelle de bonheur à ma vie. Ce sport me permet de me sentir vivante, et j’aime ce que ce monde m’apporte.

Ne pas avoir peur de se remettre en question

Eh oui, même avec les nombreuses années d’entrainement, un athlète peut finir par se remettre en question. En d’autres mots, on peut ne plus être certain d’avoir pris, auparavant, la bonne décision. Une blessure, une perte de motivation, un conflit de personnalités ou une diminution du plaisir peut engendrer ce type de réflexions. Parfois, on se demande pourquoi on s’entraine, on souffre ou on s’inflige un tel stress. Dernièrement, je me suis posé la question et au début, ce n’est pas facile à accepter. On se demande si l'on aime encore le sport qu’on chérit tant et en même temps, on se sent terriblement mal de devoir se poser la question. Est-ce que cette remise en question est nécessaire dans le parcours d’un athlète? Pour moi, elle l’a été, même s’il est difficile d’admettre que finalement on s’est peut-être trompé. J’ai été obligée de me connaitre davantage et cela m’a permis de trouver des solutions et de renouer ainsi avec ma passion.

Au final, il y a des décisions qui méritent d’être modifiées, même si ce changement peut sembler terrifiant. Parfois, il faut savoir prendre des risques. Le plus important est de vous écouter, puisque c’est la clé du succès et surtout du bonheur.


Crédit Photo © marshallsportsmedecine.org

Laisser une réponse