Les cérémonies d’intégration sur le campus : une étape importante pour se familiariser à la vie universitaire

Par Dorian Paterne Mouketou

Les activités d’intégration à l’université sont pour certains un moment crucial et rempli de fébrilité, une étape afin de bien s’intégrer dans le nouvel établissement d’enseignement et de se familiariser à l’ambiance universitaire. Elles sont cependant pour d’autres un moment de stress. Mais en fait, ces activités « représentent la porte d’entrée à la vie universitaire pour les étudiantes et étudiants de première année ».

Les activités d’intégration : la première étape du puzzle

Le Collectif s’est entretenu avec les comités d’organisation des activités d’intégration des étudiantes et étudiants de l’École de gestion, de l’École de politique appliquée, de la Faculté de droit et du baccalauréat en communication. Soucieux du rôle et de l’importance des activités d’intégration, tous nous ont fait part de leur vision. « Pour le comité, et même pour les autres étudiants du bac, je dirais que cette journée est le fondement de la première impression que les gens de première année auront de leurs collègues et de l’établissement d’enseignement qu’est l’Université de Sherbrooke », nous répond Arielle Blais, étudiante en communication-marketing. Pour elle, les intégrations nourrissent le sentiment d’appartenance à la communauté universitaire. « Nous souhaitons justement les accueillir afin qu’ils se sentent à l’aise dans notre famille. » À l’École de gestion, Étienne Chartrand, directeur des intégrations, voit les activités d’intégration comme « le moment idéal pour faire découvrir non seulement le campus, mais également les gens avec qui [les nouveaux étudiants] vont passer leurs trois prochaines années ».

Des rencontres, une ambiance festive

S’il est question de favoriser l’intégration au nouvel établissement d’enseignement, il est également important de faciliter les rencontres à la Faculté de droit. « Le but de cette fin de semaine d’activités est alors de briser la glace, de permettre aux gens de se rencontrer dans un contexte informel et festif. Il s’agit d’une occasion de tisser des liens avec les personnes qui vont vous accompagner tout au long de vos études et de développer un sentiment d’appartenance envers l’Université de Sherbrooke », ajoute Audrey-Ann. Parallèlement, les activités d’intégration sont là pour donner le ton de la vie universitaire. « Selon moi, l’intégration est le point de départ et permet de donner le beat. Tu vois la place et le monde pour la première fois. Il faut que ce soit la meilleure. Donc il est primordial pour le comité d’organisation que tout se passe non seulement de la meilleure façon possible, mais aussi le plus le fun possible », ajoute quant à lui Sacha.

Intégrations et initiations : faut-il les distinguer?

Sacha Cuello-Lemyre de l’École de politique appliquée apporte une vision très intéressante. « Le terme initiation, stipule-t-il, n’est plus utilisé [au sein de] la vie étudiante compte tenu de sa connotation négative. » Il est donc question de privilégier l’intégration plutôt que l’initiation. « C’est exactement ce que nous visons : l’intégration des nouveaux étudiants dans la vie [universitaire] », renchérit-il. « C’est l’occasion parfaite pour les arrivants de découvrir le campus et les différents endroits d’intérêt, mais aussi leurs futurs collègues et, espérons-le, amis. »

Audrey-Ann Martin du comité d’intégration annuelle de la Faculté de droit va dans le même sens que Sacha sur le sens du mot « initiation », auquel elle voit une connotation négative – coïncidence? « Pour nous, il s’agit véritablement d’activités d’intégration plutôt que d’initiation. Le passage à la vie universitaire représente une étape importante et, parfois, stressante pour les nouveaux étudiants et nouvelles étudiantes. »

De la créativité, du plaisir et un peu d’imagination

La Faculté de droit s’illustre par son imagination, en s’imaginant un thème post-apocalyptique. C’est l’univers des survivants d’une Troisième Guerre mondiale – hypothétique, bien entendu! –  qui devront s’affronter tout au long de la première année pour mériter un prix. Les activités d’intégration ont lieu du 25 au 27 août et les survivants, séparés en cinq équipes identifiées chacune par des couleurs différentes, vont s’affronter « dans un contexte amical et léger ». Les gagnants remporteront à la fin de l’année la fameuse Coupe des Vétérans. Du côté des communications, le thème se veut guerrier : « Survivor, comme l’émission de télé-réalité », nous balance vivement Arielle. « Au menu, précise-t-elle, on s’attend à voir des jeux d’équipe, des obstacles, beaucoup de plaisir. Nous souhaitons créer une relation forte et de confiance entre les étudiants et étudiantes de première année ainsi qu’avec ceux de deuxième et de troisième année. » Le tout se tiendra le 31 août.

Qu’avons-nous au menu du côté de l’École de gestion?  De la compétition sportive, mesdames et messieurs! « Le but, nous répond Étienne, est de faire ressortir les leaders naturels dans chaque groupe, de créer un esprit d’équipe, ainsi que de faire connaitre l’implication étudiante en laissant quelques minutes à nos comités pour présenter ce qu’ils font et inviter les nouveaux étudiants à s’impliquer dans la vie étudiante à l’École de gestion. » Pour ce faire, le thème de l’année tourne autour de Noël. Au menu : des tenues vestimentaires de rennes au nez rouge, des Grinchs, des lutins, etc.

Du côté de l’École de politique appliquée, le thème rejoint le monde merveilleux : Disney amusera les futurs politologues. D’après Sacha, l’idée serait de laisser aux gens une marge de manœuvre sur les costumes. En Blanche Neige ou en Cendrillon, personne ne vous juge à l’Université de Sherbrooke! À l’École de gestion ou de politique appliquée, les rendez-vous avaient été donnés pour le 25 août dernier. Espérons que dans tous les cas, ces journées permettront de nouvelles rencontres et l'introduction à la vie universitaire à l’UdeS!


Crédit Photo © Voltaic Pierre Yves Laroche

Laisser une réponse

Recommandation