Par Virginie Roy

L’année 2020 se termine probablement différemment de ce que tout le monde envisageait en janvier dernier. Au revoir les multiples rassemblements qui en faisaient courir plusieurs d’un bord et de l’autre et les gros soupers où toute la parenté se rassemblait.

Si l’Abitibi, la Côte-Nord, le Nord-du-Québec et le Nunavik sont parmi les chanceux à pouvoir célébrer à six personnes, du 17 décembre au 10 janvier, les gens en zone rouge devront célébrer à moindre mesure.

Cependant, lors du point de presse du 15 décembre, le premier ministre François Legault a fait bien des heureux en annonçant la possibilité de pratiquer des activités sportives, culturelles et récréatives à l’extérieur en solo, en duo, en bulle familiale ou en groupe d’un maximum de huit personnes. Maintenir les deux mètres de distance est bien sûr obligatoire.

Simon RD, étudiant en communication, fait partie de ces heureux, lui qui pourra jouer en plein air avec ses enfants. Bonjour les bonhommes de neige, les descentes en traîneaux et les forts pour se protéger des attaques de boules de neige.

Il y a donc fort à parier que les sentiers de raquette et les pistes de ski seront populaires auprès du grand public, comme le confirme l’étudiant en génie informatique Tomy-Philip Houde. Ce dernier compte d’ailleurs bien respecter les consignes : sa famille et lui ont déjà prévu le souper traditionnel… sur Zoom !

Relaxer à la maison…

Pour d’autres, les Fêtes seront le moment parfait pour relaxer après cette année éprouvante. C’est du moins le cas de l’étudiante en orientation Roxanne Beaupré qui prévoit reprendre ses heures de sommeil, cuisiner et jouer à des jeux de société avec son amoureux.

Mireille Vachon va dans le même sens. « Au début, j’étais déçue lorsque les rassemblements ont été annulés, mais finalement, je suis certaine que ce sera un temps des Fêtes tout aussi plaisant, seulement un peu différent ! », constate-t-elle.

« Mon copain, en congé, il cuisine beaucoup. Je vais donc beaucoup manger malgré le confinement à deux », rigole Gabriel Jalbert, récemment finissant en administration des affaires.

 Tout au long de l’année, plusieurs se sont trouvé de nouvelles passions et, la session terminée, ils ont maintenant tout le loisir de s’y attarder. Hugues-Oliver Lalonde, futur psychoéducateur, compte se concentrer à l’apprentissage de la guitare et du ukulélé. « Et sans gym, je vais aussi faire de l’entraînement intérieur. »

… ou travailler dur

Les prochaines semaines seront aussi cruciales pour certains étudiants. « Je vais finir ma maîtrise », appréhende Julie Beaulieu, bientôt diplômée en microbiologie. Il faut ce qu’il faut, comme on dit.

Si les partys de bureau ont tous été interdits par le gouvernement caquiste, n’empêche que certains passeront tout de même beaucoup de temps avec leurs collègues. C’est le cas de Josiane Demers, employée à la centrale 911 de Sherbrooke. « Je vais en profiter pour aller travailler et avec mes collègues, on va tenter de veiller sur la ville à notre façon. C’est une chance de pouvoir être entourée de mes collègues que j’adore au lieu d’être seule chez moi », commente-t-elle, reconnaissante.


Crédit Photo @ Simon RD

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *