Par Emilie Pinard-Fontaine 

Pierre-Philippe Côté, plus communément appelé Pilou, s’est donné une mission : accélérer la transformation de la société. Pour ce faire, ce réalisateur, compositeurmusicien et vecteur de multiples projets souhaite développer un écosystème entrepreneurial en région basé sur l’industrie culturelle. Fédérateur, ce passionné vise à bâtir des modèles qui pourront proliférer dans toutes les communautés du Québec. 

C’est au retour d’un voyage en Chine pour l’Exposition universelle de 2010 à Shanghai que Pilou décide de se relocaliser. Il comprend que ce n’est pas à Montréal qu’il s’enracinera et se met à la recherche d’un espace à la campagne pour installer son studio. Tout ce dont il a besoin pour continuer à composer de la musique de film et à créer des albums, c’est une bonne connexion Internet.  

Il sait que ses partenaires parcourront la distance nécessaire pour travailler avec lui et que celle-ci leur assurera un temps de qualité, loin des distractions de la grande ville. Par un concours de circonstances, il s’installe avec sa conjointe à Saint-Adrien, un retour aux sources pour ce natif d’Asbestos, où commence le début d’une grande aventure! 

Coconstruire pour transformer la société 

Ce qui distingue Pilou de ces congénères est sa volonté farouche d’avoir un impact sur le monde qui l’entoure. Lucide quant à celui-ciPilou refuse toutefois d’accepter le statu quo. «On sait qu’on vit à crédit, que le système qu’on a mis en place, le capitalisme sauvage, ça ne fonctionne pas!»

Sa vision s’affine au fil des jours et des discussions. Il rêve de soigner le système qu’il considère comme malade : santé, éducation, agriculture, traitement des personnes aînées, tout y passe! Et, contrairement à bien des artistes, il ne fait pas que rêver d’un monde meilleur, il se met aussi en action. 

«Je pense que, comme société on doit toujours se dire qu’on peut faire mieux et qu’on doit faire mieux.»Pierre-Philippe Côté 

La culture comme moteur de revitalisation 

La culture fait partie de la vie de PilouCe musicien, aussi connu sous le nom de Peter Henry Phillips, a travaillé entre autres avec Ariane Moffatt, Champion et Jorane en plus de réaliser la musique de nombreux films tels que Le règne de la beauté et Les affamés. C’est pourquoi il commence par créer le studio Le Nid ainsi que le BEAM, un organisme à but non lucratif (OBNL) offrant la location d’équipement et de studios d’enregistrement ainsi que des services de soutien aux productions audiovisuelles nationales et internationales. 

Crédit photo : Maxime Aubert

Mais, afin de réaliser sa mission, il aspire à plus encore : mettre la créativité au service de la société! Il souhaite laisser en héritage l’imagination de nouvelles structures pour la sociétéPar la réflexion et la discussionil désire approfondir certains concepts afin de déterminer des futurs souhaitables et les faire advenir. 

Ce toucheàtout a des idées et des opinions sur de nombreux sujets, mais il insiste sur l’importance de rester ouvert aux opinions et aux visions des autres. «Moi je crois aux idées. Plus on partage les idées, plus on peut les faire avancer, plus on peut changer le monde dans lequel on vit.» 

Il utilise ainsi la culture comme moteur de revitalisation économique à Saint-Adrien en y attirant les gros joueurs de l’industrie cinématographique et musicale. 

Mobiliser les Forces Fraîches 

Rassembleur et visionnaire, Pilou fait aussi confiance à l’entrepreneuriat et à ceux qu’il appelle les Forces Fraîches pour accélérer la transition de la société. Ces Forces Fraîches, ce sont des personnes de tous âges qui participent activement à la transition, que ce soit en développant de nouveaux projets innovants ou encore en semant leurs légumes pour la première fois.  

Avec Mangrove et le BEAM, il a ainsi créé une page et un groupe Facebook afin de contribuer à l’intelligence collective et aussi favoriser l’entrepreneuriat en région. Son but consiste à réfléchir et à préciser des concepts, des expertises et des modèles qui pourront ensuite servir à toutes les communautés du Québec. 

Pour ce faire, il a transformé, à l’aide de ses fidèles collaborateurs et collaboratrices, le village de Saint-Adrien en laboratoire d’expérimentation d’innovations sociales. C’est ainsi qu’il a créé le Projet1606, une compagnie de développement immobilier à impact qui lui a permis d’acquérir et de revitaliser l’église du village, et qu’il est devenu copropriétaire de La Meunerieun OBNL proposant une salle de spectacle, une offre de restauration ainsi qu’un dortoir. 

Rien n’arrête Pilou. Mais il reconnait lui-même que, sans le soutien de ses cocréateurs allumés et motivés, il ne réaliserait qu’une infime partie de ses projets. Son entourage constitue la clé de son succès parce que ce sont les gens sur le terrain qui créent, une étape à la fois, le monde de demain.


Crédit photo @ Martin Savoie

À lire aussi

De nouvelles alternatives en ces temps de crise

Partager cette publication