Chavirez pour Moby Dick

Par Marianne Blouin-Caron

 

Le 10 novembre prochain, la troupe de théâtre pour Moby Dick jette l’encre au Centre culturel de Sherbrooke. Cette pièce, dirigée par Dominic Champagne avec la plume de Bryan Perro, prouve que le théâtre est autant divertissant qu’un «blockbuster» américain.

Un soir de novembre, Ishmael (Steve Gagnon), dénué et à l’âme aventureuse, se jette à bord du Péquod. Attention! le prévient-on, le baleinier est dirigé par l’obsession du capitaine Achab (Normand D’Amour) qui a juré mort à cette maudite baleine blanche: Moby Dick.

Publiée en 1851, l’œuvre de Herman Melvin Moby Dick or The Whale est une critique sur la société de l’époque et l’exploitation excessive des ressources naturelles au profit des hommes. Dans ces années, l’huile de baleine était la principale source de combustible. Les cétacés étaient alors poussés près de l’extinction par l’activité humaine.

Un classique d’hier adapté à aujourd'hui

Dans son adaptation du classique américain, Dominic Champagne réussi à nous faire sentir cette ambiance barbare qui règne sur le Pequod. Il fait appel à son expérience dans le théâtre de cirque pour réaliser cette pièce épique. Le résultat est une harmonie entre les acrobaties, les effets spéciaux, la musique rock et un décor à couper le souffle.

Dominic Champagne a réalisé pour le Cirque du Soleil le spectacle hommage aux Beatles LOVE en 2006. Il est aussi reconnu pour L’Odysée (2000-2003) et Don Quichotte (1997-1998).

Une pièce forte en images

Lors de ma visite au TNM, la salle était bondée. Il y avait beaucoup de cheveux gris, mais il y avait aussi de jeunes adultes. Le rideau était levé sur les acteurs à nu devant public: ils n’avaient pas leur personnage pour les protéger de notre regard. Puis, silence. Le rideau tombe pour se relever doucement sur une scène transformée en quai de New Bedford, New York. Les vagues sont projetées à travers la gigantesque structure du Péquod.

Fidèle à la narration du livre, l’action est décrite par Ishmael. Ainsi, chaque détail ou état d’esprit est expliqué pour le spectateur, ce qui permet d’apprécier l’ensemble de la pièce.

Aucune chance de vous endormir, car vous serez rapidement replongés dans l’histoire dramatique de Moby Dick. La voix de la blancheur (Frédérike Bédard) résonne à travers la scène, pour rappeler les lamentations des baleines qu’on meurtrie.

Le texte captivant de Bryan Perro et de Dominic Champagne est agréable aux oreilles. Les mots s’accordent avec l’action et donnent un rythme juste et énergique à cette pièce de deux heures.

À ces textes, vient s’ajouter l’excellent jeu des acteurs. Entre autre, l’imposante figure de Normand D’Amour, qui incarne avec férocité le capitaine Achab.

Comment ne pas chavirer pour l’œuvre extraordinaire de Moby Dick?


© Jean-François Gratton

Partager cette publication