Cinéma québécois - Guibord s’en va-t-en guerre

 

Par Lydia Santos

Bien que le film Guibord s’en va-t-en guerre soit sorti en pleine campagne électorale, le réalisateur Philippe Falardeau affirme à l’émission Tout le monde en parle que cela n’était pas voulu. En tout cas, le thème de cette comédie intelligente s’avère actuel plus que jamais.

En résumé, Guibord s’en va-t-en guerre est une satire politique scénarisée et dirigée par le cinéaste québécois Philippe Falardeau. Patrick Huard y incarne Steve Guibord, le personnage principal. Il est député fédéral indépendant pour Prescott-Makadew à Rapides-aux-Outardes. Lors d’une visite dans le bureau du premier ministre à Ottawa, ce dernier tente de conclure un accord avec le député. S’il vote pour que le Canada parte en guerre, il aura un poste. Alors, Guibord se voit responsable de déterminer si le Canada partira en guerre ou non. Chose qu’il ne fera pas grâce à l’aide de son stagiaire haïtien, Souverain Pascal (Irdens Exantus), et ses tendances idéalistes. Guibord parcourt donc son comté afin d’écouter ses futurs électeurs. Au fur et à mesure, d’autres personnages colorés, dont sa femme Suzanne (Suzanne Clément) et sa fille Lune (Clémence Dufresne-Deslières), influencent ses choix. L’une veut qu’il ne s’en tienne qu’à son bien-être, et l’autre à sa conscience, à ses valeurs et à sa morale.

 

Bref, si la politique fédérale n’est pas votre tasse de thé, pas de panique! La mise en scène permet de s’y intéresser au moins le temps d’un film. On y démontre les tâches et le déroulement des évènements auxquels un député doit faire face. Les références politiques sont surtout exprimées par les recherches didactiques de Souverain et de ses conversations avec sa famille, par exemple. Le réalisateur sait peindre les failles d’un système politique avec un humour simple, mais intelligent.

 

 

Guibord s’en va-t-en guerre est à l’affiche à La Maison du Cinéma de Sherbrooke.

 

 4 étoiles 1/2MédiaFilm (Louis-Paul Rioux)
3 étoiles 1/2La Presse (Marc-André Lussier)
3 étoiles 1/2Le Soleil (Éric Moreault)
3 étoiles 1/2Canoë (Isabelle Hontebeyrie)

Partager cette publication