La collecte de sang pour Héma-Québec : une initiative de la FEUS

Par Charles-Antoine Séguin

Une collecte de sang se déroulait les 3 et 4 octobre à l’Université de Sherbrooke. Cet évènement, rendu possible grâce à une collaboration entre la FEUS et Héma-Québec, a connu un franc succès sur le Campus principal de l’Université de Sherbrooke.

Retour sur l’évènement

À la suite de la collecte de sang réalisée sur le Campus, il est juste de souligner cette réussite. « Je suis vraiment fière de cette collecte. La communauté étudiante est toujours au rendez-vous et très sensibilisée au don de sang, que ce soit en tant que donneur ou bénévole », déclare Manon Auger, directrice générale de la FEUS.

L’évènement était situé au Centre sportif de l’Université de Sherbrooke. Les donneurs n’avaient qu’à se présenter sur place, ils étaient aussitôt accueillis par les bénévoles. Les objectifs de cette collecte s’élevaient à 200 dons la première journée et à 230 la deuxième. Ces derniers ont été atteints, 188 donneurs se sont présentés le mardi et 248 le mercredi pour un total supérieur aux attentes.

Les étudiants semblaient satisfaits du déroulement, de l’organisation et du suivi par les responsables tout au long du processus. Comme en témoigne Fannie Astell, étudiante en économique : « Il y a toujours un responsable ou un bénévole lors de chaque étape du don pour te rassurer et pour répondre à tes questions, c’est vraiment super. »

Cet évènement reflète les valeurs de la FEUS et de ses membres. « C'est important pour moi de faire rayonner la FEUS, pas uniquement à travers certaines activités sociales, mais également dans des évènements, qui comme la collecte de sang sont proches de nos valeurs », confie Charles Laliberté, vice-président à l’engagement étudiant et bénévole lors de la collecte.

Pourquoi faire un don de sang ?

Les raisons de la participation à cet évènement en tant que donneur ou bénévole varient d’une personne à une autre. Certains le font par pur altruisme à la recherche d’une façon de propager le bien, d’autres le font en connaissance d’une expérience passée ou de quelqu’un dans le besoin.

« C'est un geste simple, peu couteux au niveau du temps et de l'argent, mais qui a un impact social incroyable. Je ressens toujours un sentiment de fierté après avoir fait un don, car mine de rien, en donnant aujourd’hui, j’ai sauvé quatre personnes », confie Amélie Paquette, une étudiante en communication à l'UdeS, qui en est à son 2e don de sang.

Sophie Asselin, bénévole aux chaises de repos, qui en est à son 5e don, témoigne de sa motivation. « Je trouve ça important de donner à cette cause qui peut sauver des vies. Les donneurs sont heureux d'être là et sont souriants. »

Selon Héma-Québec, seulement 3 % de la population québécoise admissible au don de sang pose ce geste solidaire. La durée du processus de don est d’environ une heure, soit dix minutes pour le prélèvement, et le reste du temps comporte l’inscription et la période de repos.

Les alternatives dans la région

Il est possible de faire un don tous les 56 jours, ce qui signifie six fois par année. Il est donc possible de faire des dons à Plasmavie à Sherbrooke. Cette entreprise se situe au 3200, rue King Ouest est une solution pour les gens qui auraient manqué la collecte de l’Université ou qui aimeraient faire des dons supplémentaires.

Le don de plasma est un autre type de don intéressant qui s’offre à cette clinique. Le plasma peut servir à la transfusion et à la fabrication de plusieurs produits qui serviront à sauver des vies.


Crédit Photo © Nathanaël Fleuriné

Laisser une réponse