Comprendre son corps, c’est accepter son métabolisme de base

Par Andréanne Beaudry

Avec l’arrivée du temps des fêtes, vous avez surement bien hâte de pouvoir déguster les nombreux plats qui seront servis devant vous. Considérant l’impressionnante quantité de nourriture, certaines personnes se préoccupent déjà des fameux buffets. Eh oui, même lors des festivités, on pense à notre poids : plusieurs personnes vont même commencer une diète quelques semaines avant Noël ou bien elles se limiteront dans leur portion. Malgré ces inquiétudes, il n’y a aucune recette magique. En réalité, il suffit de connaitre son corps pour adopter des choix efficaces et intelligents en fonction de ses besoins. Alors, qu’attendez-vous pour faire la rencontre de votre métabolisme de base?

Métabolisme de base : un système propre à chacun

On associe le métabolisme de base aux besoins énergétiques de l’organisme. En d’autres mots, il s’agit de la dépense énergétique minimum et quotidienne qui permet à l’organisme de survivre. Même au repos, celui-ci va consommer de l’énergie pour permettre au cœur et au cerveau de fonctionner, et va aussi réguler la respiration ainsi que la digestion, et va finalement maintenir l’homéostasie de la température corporelle de notre corps. Les réactions biochimiques provoquées par le métabolisme s’expriment en joules ou en calories par jour. À noter que la nourriture est le moyen de subvenir aux besoins mentionnés ci-dessus, et ce, en apportant les calories nécessaires.

Depuis quelques années, le conférencier Jimmy Sévigny affirme « qu’on explique à tort beaucoup de problèmes en jetant le blâme sur le métabolisme ». En effet, nous allons expliquer notre prise de poids ou bien notre incapacité à perdre du poids en excusant notre métabolisme. À vrai dire, le métabolisme de base va jouer un rôle sur le poids, mais ce n’est pas parce qu’il est « lent » ou « rapide ».

Pourquoi je ne perds pas de poids?

Souvent, la prise de poids en tant que telle peut survenir à la suite d’une mauvaise gestion de notre dépense énergétique. D’ailleurs, il est mieux d’éviter tout ce qui s’apparente aux régimes alimentaires : une personne qui se sous-alimente s’expose à la thermogénèse adaptative ou à l’effet yo-yo. En définition, le corps va réagir à la privation de nourriture que l’on s’inflige en accumulant des réserves de calories. En effet, la phase de perte de poids va succéder à une phase stable pour finalement revenir à une prise de poids. En ce qui concerne l’alimentation, le regain s’explique en raison d’une inéquation entre l’apport nutritif et la dépense énergétique nécessaire à chacun. Il n’est pas recommandé de suivre un régime. Cependant, si vous y tenez absolument, il serait préférable de prendre en considération les recommandations suivantes : adopter quelques restrictions, sans se priver; fractionner les repas et opter pour des aliments riches en protéines.

Une question de mathématique

Notre métabolisme de base dépend également de la taille, du poids, de l’âge, du sexe ainsi que de l’activité thyroïdienne pour déterminer notre dépense énergétique. C’est à ce niveau que chaque personne est différente. Pour maintenir un poids santé, il est important de bien s’alimenter, mais aussi d’adopter un mode de vie adéquat. Pour vous aider, il est possible de réaliser quelques tests en ligne pour vous donner « une idée » de ce qui serait approprié pour vous en fonction de votre mode de vie. Il existe également des tableaux estimant les besoins caloriques, en prenant en compte l’âge, le sexe et le poids. D’ailleurs on souligne, dans certains cas, une différence entre les personnes sédentaires ou actives. Évidemment, il ne faut pas suivre les statistiques au pied de la lettre, mais si cela peut vous donner une idée, tant mieux.

Qu’est-ce que tout cela signifie?

Même si les buffets de Noël vous terrifient, sachez que ce n’est pas en mangeant un petit peu trop, une seule fois, que vous risquez de prendre du poids. Ne vous privez pas de quoi que ce soit, puisque les répercussions ne seront probablement pas celles que vous pensez. Prenez le temps de connaitre votre corps et surtout d’accepter votre métabolisme de base, puisque les dépenses énergétiques de chacun ne sont pas les mêmes.


Crédit Photo ©  Gabrielle Gauthier

 

 

Partager cette publication

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.