Source: Archives

Savais-tu que le journal étudiant de l’Université de Sherbrooke (UdeS)Le Collectif, est le plus vieux journal étudiant au QuébecEn effet, il a été fondé dans les années70 par un groupe de cinq étudiantssoit Daniel Nadeau, Guy Larochelle, Marc Berthiaume, Johanne Fluet et Claude Guay. La première édition a officiellement été publiée le mercredi5 octobre 1977. Lumière sur l’évolution de ce journal qui informe la communauté étudiante sherbrookoise depuis près de 50ans 

Par Mireille Vachon

Quatre ans après sa fondation, Le Collectif est finalement devenu une personne morale le 13novembre 1981, et il compte désormais parmi les médias reconnus par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ). 

À l’époque, la plupart des articles publiés étaient teintés de militantisme. Par exemple, les journalistes appelaient les lecteurs et lectrices à boycotter le paiement des droits de scolarité pour contester une hausse de 10 $. 

«On était jeunes, idéalistes, on aimait les débats d’idées, et tout le monde voulait du changement», indique Daniel Nadeau, cofondateur du journal Le Collectif. «L’orientation du journal était très de gaucheOn traitait des sujets diversifiés, mais on était très ouverts aux différents enjeux», ajoute-t-il, comme le féminisme, la laïcité et l’homosexualité.  

Le ton du journal a toutefois beaucoup changé avec les années. Le Collectif est devenu un média d’information qui vise à «former et informer» le lectorat, composé principalement des membres de la communauté étudiante.  

Le visuel du journal a également évolué au fil des années. D’abord plutôt chargé, il a subi une métamorphose à l’été2005 : le graphisme a été épuré, l’espace photo a pris de l’ampleur et les articles ont été regroupés par sujets, question de rendre la lecture plus cohérente et de mieux identifier les sections.  

En mars 2007, Le Collectif a reçu un prix dhonneur lors de la remise des prix du Défi étudiant, décerné par les Services à la vie étudiante de lUdeS. 

Jusqu’en 2009, les collaborateurs et collaboratrices du journal s’impliquaient de manière complètement bénévole, mais l’équipe du Collectif compte à ce jour huit personnes salariées pour assurer le bon fonctionnement des activités : Martine Dallaire à la direction, Mireille Vachon à la rédaction en chef, Myriam Baulne-Goulet, Josiane Demers, Simon RD et Virginie Roy comme chefs de pupitre, Myriam Baulne-Goulet à la correctionBéatrice Palin à l’infographie et la mise en ligne et Alex Valcourt-Caron à la programmation Web lorsque nécessaire.  

Le journal bimensuel est financé principalement avec les cotisations étudiantes, mais aussi par la vente de publicités. Il est l’un des rares journaux étudiants à disposer d’une version papier. Tiré à 4000exemplaires, Le Collectif est distribué dans environ 75 points de distribution sur les différents campus de l’Université et à travers la ville de Sherbrooke.  

Toutefois, avec la COVID-19, il n’y aura pas de version papier cet automne. Seule la version électronique sera disponible au lecollectif.ca et sur la page Facebook du journal.  

Une expérience marquante 

Collaborer au journal Le Collectif est une expérience formatrice et enrichissante aux dires de plusieurs anciens collaborateurs et collaboratrices, même que plusieurs ont travaillé par la suite dans le domaine des médias, indique M.Nadeau, cofondateur, qui écrit lui-même des chroniques hebdomadaires dans le journal internet EstriePlus 

C’est le cas de certains anciens collègues de Daniel Nadeau, notamment Pierre Asselin, qui est actuellement journaliste pour Le Soleilet Marc Berthiaume, qui a travaillé entre autres pour Radio-Canada et Télé-Québec. 

«Ça m’a formé, ça m’a permis de connaître plein de nouvelles choses et d’être débrouillard», soutient-il, ajoutant que se rappeler ses vieux souvenirs l’a fait «replonger dans les plus belles années de sa vie.»   

«Je suis très heureux de voir que Le Collectif existe depuis autant d’années, car la plus grande fierté que l’on peut avoir quand on met sur pied un projet, c’est de le voir voler de ses propres ailes», avoue le cofondateur et doctorant en histoire.  

Martine Dallaire, directrice du journal depuis mai 2018, occupe ce poste par passion. «Même si je complète une formation en administration des affaires, ma passion pour l’écriture est toujours restée et je trouvais que travailler au Collectif était une bonne façon de marier les deux. J’ai aussi l’UdeS tatouée sur le cœur», confie celle qui en est à sa troisième formation à l’Université de Sherbrooke.  

Même si son rôle concerne principalement les tâches administratives et la gestion des différentes ressources (humaines, financières, matérielles), Martine Dallaire ne peut s’empêcher de s’improviser collaboratrice à l’occasion, une façon de «continuer l’œuvre de son défunt père», qui a été journaliste à La Tribune pendant plus de 40ans.  

Le Collectif Monde 

Le Collectif Monde est un programme de subvention mis sur pied pour donner l’opportunité aux collaborateurs et collaboratrices du journal Le Collectif de réaliser leur projet d’aller étudier ou faire un stage à l’étranger. 

Pour bénéficier de la bourse de 500 $, les personnes participantes doivent rédiger plusieurs articles sous différentes formes (compte-rendu, enquête, reportage, etc.) qui se verront publier dans les pages du journal.  

Les textes doivent traiter de leur expérience à l’étranger dans le but de faire découvrir à la communauté universitaire des sujets inédits et intéressants en lien avec la réalité d’autres pays. 

Pour en savoir plus : lecollectif.ca/collectif-monde/ 

Implique-toi! 

Le Collectif permet à plusieurs collaborateurs et collaboratrices issus de divers programmes d’études d’exercer leur plume sur différents sujets, divisés en quatre sections, soit campus, culture, société et sports.  

Si l’un ou plusieurs de ces sujets vous allumentque le métier de journaliste pique votre curiosité ou que vous souhaitez améliorer vos techniques d’écriture, joignez-vous à notre équipe pour la session d’automneLe Collectif est toujours à la recherche de nouveaux talents! 

Pour toutes questions, contactez-moi au Mireille.Vachon@USherbrooke.ca ou directement sur notre page Facebook, et ça me fera plaisir dvous répondre. 

Bonne session à tous et à toutes, et au plaisir de vous lire 

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *