Par Sarah Gendreau Simoneau  

Les prochains Jeux olympiques (JO) de Tokyo2020déplacés au 23juillet 2021 à cause de la crise sanitaire actuelle, font couler beaucoup d’encre cet hiver. À la suite de la polémique faisant état d’une possible annulation des Jeux, ce sont maintenant les propos sexistes prononcés par l’ex-président des Jeux de Tokyo qui retiennent l’attention médiatique. Une femme, Seiko Hashimoto, le remplacera.  

La tenue des JO, chaque deux ans, fait toujours abondamment parler. Certains critiquent ce genre d’événementd’autres encensent les prouesses sportives des athlètes. Il y a un peu plus de trois semaines, une nouvelle controverse faisait surface: de vives critiques ont été formulées à l’endroit du président du comité organisateur, Yoshiro Mori, à la suite des propos sexistes qu’il a tenus 

Des paroles qui passent mal 

Yoshiro Mori avait notamment dit que «les conseils d’administration avec beaucoup de femmes prennent plus de temps, car elles ont du mal à finir leurs interventions», affirme le journal nippon Asahi. Il a également mentionné qu’il était fier que les femmes membres du comité organisateur sachent «rester à leur place.» Selon Radio-Canada, il a fini par s’excuser. Toutefois, la ministre japonaise des JO, Seiko Hashimoto, a réitéré devant les médias japonais l’importance de l’égalité entre les hommes et les femmes, qui est un principe primordial de l’olympisme.  

Démissions 

Étant donné les paroles malhabiles et dénigrantes de M.Mori, plusieurs volontaires des Jeux olympiques et paralympiques ainsi que des bénévoles ont démissionné et des milliers de plaintes ont été formulées au comité organisateur, rappelle Radio-Canada Sport. Une semaine après avoir causé un tollé auprès du comité, du pays en entier et même autour du globeYoshiro Mori n’a pu que constater que ses paroles sont allées trop loin et que, même s’il s’était excusé, la chose à faire était de démissionner. Pour l’homme de 83ans, ce qui est important, relate La Pressec’est de tenir les Jeux en juillet; il ne veut pas que sa présence soit un obstacle.   

Succession 

Pour succéder à M.Mori, le 18février dernier, Seiko Hashimoto a été élue nouvelle présidente du comité organisateur des Jeux de Tokyo. C’est un grand pas vers la représentativité féminine dans les comités et les conseils d’administration des grandes entreprises au Japon. Cette ex-athlète olympique était aussi «responsable des dossiers de l’égalité des sexes et de l’épanouissement des femmes», selon La Presse 

Naomi Osaka, joueuse de tennis professionnelle japonaise, affirme qu’Hashimoto arrive à point et qu’il était temps de bousculer les traditions : «Nous avons livré tant de combats pour la parité homme-femme. Et encore aujourd’hui, bien des choses sont inégales.»  

Cette nomination est un plus pour les femmes dans un pays où l’égalité n’est pas chose faite, mais Seiko Hashimoto renversera peut-être la vapeur au niveau de l’équilibre dans les gouvernements et les grandes instances.

À lire aussi

Marion Thénault : de Sherbrooke à Pékin 2022

Tokyo 2021 : vacciner ou pas les athlètes en priorité

Partager cette publication