Miroir, dis-moi que l’humain est beau

Par Ariane Gauthier

La société moderne met de l’avant le corps idéal de la femme et de l’homme : le premier pas trop courbé, bien proportionné et aux atouts attrayants, le second bien musclé, viril et assez grand. Il est vrai qu’un certain avancement a été fait du côté de la diversité corporelle depuis les années 2000, mais pourquoi, encore aujourd’hui, beaucoup sont insatisfaits par rapport à leur apparence physique? Et pourquoi certains sont-ils obnubilés par leur corps et font tout en leur pouvoir pour le transformer à la lumière des normes projetées par les médias?

Malgré les différentes avancées concernant la diversité corporelle des dernières années, l’ensemble des médias continuent de nous inculquer des réflexes quant aux standards de beauté. En effet, les modèles et les vedettes de ce monde passent une grande partie de leur temps à s’adonner à des activités dans le but de modifier ou de façonner leur corps. En prime, l’utilisation de différents logiciels de retouche rend cette institution encore moins authentique. Les images projetées nous montrent que pour réussir dans la vie, pour avoir l’approbation de nos pairs, pour être attirants, nous devons avoir le ventre plat, des abdominaux biens définis, des fesses dures et assez bombées, et la cellulite est à proscrire! La forte pression sociale que constituent les médias ou les représentations collectives par rapport aux critères de beauté fait en sorte de renforcer la difficulté à accepter les différences corporelles. Et encore, cela affecte la santé de plusieurs : baisse de l’estime de soi, mal d’être et comportements à risque.

Un like pour la cause

Avec Internet et les très populaires médias sociaux, la représentation du corps est d’autant plus à l’honneur. Sur les réseaux sociaux, l’évaluation ainsi que l’observation des corps sont monnaie courante, provoquant une augmentation de l’insatisfaction corporelle chez plusieurs. Quel outil est utilisé pour évaluer cette beauté qui abonde sur Internet? Les likes, évidemment. N’avez-vous jamais souhaité avoir plus d’appréciations sur une de vos publications, voire aller jusqu’à la supprimer définitivement parce qu’elle ne semblait pas avoir l’approbation de votre public? L’ensemble des institutions médiatiques présentent le corps comme modulable, mais certains postulats mettent sur la table le fait que les médias sociaux augmentent les préoccupations autour de l’image corporelle et du poids. Plusieurs sites ou blogues sont consacrés exclusivement à la promotion du corps parfait. La tendance pour les selfies et les photos de profil retouchées n’est qu’une démonstration du narcissisme et du culte à la beauté en ligne. Qu’on le veuille ou non, notre rapport au corps et à l’image est modifié depuis l’avènement des réseaux sociaux. Que dire de l’idéalisation du corps de la femme dû à la pornographie sur Internet? N’est-ce pas un autre aspect qui témoigne de la représentation irréaliste des corps dans notre société?

Défier les conventions

Conventions ou pas, il manque de diversité corporelle dans les grands médias. Avec les tendances pour la santé, pour bien manger et pour bien vivre, le corps plus rond est moins à l’honneur. Cependant, santé et minceur, voire maigreur, ne sont pas synonymes, loin de là! Manger équilibré et faire suffisamment d’exercice physique est important, mais affirmer le corps qu’on vous a donné l’est tout autant! Pour avancer vers l’avenir, ne faut-il pas reformuler les conventions? Si cette cause vous intéresse, allez jeter un coup d’œil aux récentes publicités australiennes de Target et de Lush; elles mettent réellement en application les principes de la diversité corporelle.

Source de l'image ©


Partager cette publication