Corvée de plantation : une activité qui rassemble

Par Elena Naggiar

Le 2 octobre dernier avait lieu la deuxième corvée de plantation de la session, organisée par le Campus durable de l’Université de Sherbrooke. Plus de 1000 arbres ont été plantés sur le Campus principal de l’Université! Le Collectif s’est entretenu avec Alain Webster, vice-recteur au développement durable et aux relations gouvernementales et vice-recteur au Campus de Longueuil pour l’occasion.

C’est au printemps dernier que les corvées de plantation ont été lancées pour l’année 2016! La première s’est faite avec les étudiants en médecine près du CHUS, qui a rétrocédé un terrain au Campus durable : 11 places de stationnement ont été retirées pour permettre la plantation d’herbes et d’essences médicinales.

Depuis six ans déjà que le Campus organise des corvées de plantation un peu partout sur les campus de l’Université. Une activité qui a vu le jour d’abord avec les étudiants en écologie et en environnement pour qu’ils puissent appliquer ce qu’ils avaient vu dans leur cours Cartographie du Mont-Bellevue dans le but d’identifier l’ensemble des arbres qui s’y retrouvent et de recréer un écosystème qui ressemble à l’écosystème de référence. Les premiers endroits où différents types d’arbres ont été plantés se situent près des résidences où l’équipe du Campus durable a tenté de « renaturaliser » l’espace.

« Bien que ce soit le genre d’activité complexe à mettre en place, il ne faut pas arrêter, car c’est le genre de chose qui crée un enthousiasme intéressant pour lequel les gens participent volontairement », souligne Alain Webster. Ce type d’activité permet aux nouveaux étudiants de s’intégrer au monde universitaire en plus de donner une belle vitrine au Campus de développement durable. D’ailleurs, le vice-recteur affirme que : « Fondamentalement, les gens aiment ça parce qu’indépendamment des beaux et grands discours, ils peuvent concrètement modifier l’environnement dans lequel ils étudient ou travaillent, car oui, le personnel de l’Université participe également aux corvées de plantation. »

« L’idée, c’est de pouvoir modifier de façon tangible l’environnement et éviter d’avoir un campus qui a l’air d’un terrain de golf », lance monsieur Webster. C’est une activité qui vise l’atteinte d’un environnement plus naturel, qui s’avère évidemment une façon de compenser les gaz à effet de serre, de réduire les îlots de chaleur, mais aussi de donner à l’Université l’image d’un campus plus vert, plus innovant et plus participatif où les gens peuvent concrètement modifier leur environnement d’étude et de travail. D’ailleurs, Alain Webster estime que depuis le début des corvées, entre 3000 et 4000 arbres ont été plantés.

C’est aussi une activité fort intéressante pour le volet de l’appartenance universitaire : elle rehausse et enrichit le lien que les individus entretiennent avec leur établissement. Monsieur Webster est persuadé que ceux qui plantent des arbres aujourd’hui, s’ils reviennent à Sherbrooke dans 15 ans, feront forcément un détour pour voir ce à quoi ressemblera la plantation qu’ils auront faite jadis.

La troisième et dernière corvée de plantation s’est faite avec l’équipe de football du Vert & Or le lundi 17 octobre en fin de journée. Les athlètes ont planté un arbre par touché marqué, et ce, depuis les 13 dernières années d’existence de l’équipe. Les athlètes n’ont pas chômé, environ 200 arbres ont été plantés près du stade!


Crédit photo © Elena Naggiar

Partager cette publication