Coupe du monde de cyclisme sur piste : les athlètes canadiens en action en sol canadien !

Par Maude Ranger

Les athlètes féminins et masculins de l’équipe canadienne coursaient à Milton, à Toronto, pour la première Coupe du monde de cyclisme sur piste de 2018. Ce sport peu discuté regroupe plusieurs disciplines et gagne à être connu !

Nos athlètes canadiens à la coupe du monde à Milton

La coupe du monde de cyclisme sur piste est organisée par l’Union cycliste internationale (UCI). Cette organisation a créé cet événement en réponse à la baisse de popularité de cette discipline. Les 26, 27 et 28 octobre dernier, au Centre national de cyclisme Mattanmy, avait lieu la première coupe du monde de cyclisme sur piste 2018. Les athlètes canadiens étaient donc sous la loupe puisqu’ils et qu’elles étaient en action devant leur famille, leurs proches et leurs partisans et partisanes. C’était un événement excitant et fort en émotion pour ces athlètes. Au total, selon cyclisme Canada, 22 athlètes représentaient le Canada dont 13 au sein d’Équipe Canada et 9 coureurs de développement dans l’équipe « Pedal 2 the Medal » étaient à l’œuvre.

La compétition était une importante course dans la période de qualification des Jeux olympiques de Tokyo 2020. La performance d’Hugo Barrette, champion panaméricain au Keirin, était très attendue. Il a remporté la médaille d’argent à cette épreuve face au champion olympique britannique de cette discipline, Jason Kenny.

Les Canadiennes Allison Beveridge et Stéphanie Roorda ont conquis la médaille à l’épreuve du Madison en accumulant 13 points lors des 80 tours.

Les équipes féminine et masculine canadiennes qui œuvraient chacune à l’épreuve de poursuite ont toutes les deux terminé au 5e rang. L’équipe féminine était composée d’Ariane Bonhomme (Québécoise), Annie Foreman-Mackey, Kinley Gibson et Stephanie Roorda. L’équipe des hommes regroupait Adam Jamieson, Dereck Gee, Jay Lamoureux et Micheal Foley.

Le cyclisme sur piste

Le cyclisme sur piste est un sport spectaculaire qui se déroule sur un vélodrome. Aux Jeux olympiques, il y a cinq épreuves masculines et féminines : le Sprint, le Sprint par équipe, le Keirin, la Poursuite par équipes et l’Omnium. Aux événements de Coupe du monde, on y retrouve en plus une course de vitesse de type kilomètre, la poursuite individuelle, la course aux points et le scratch. Voici une description du déroulement de trois de ces disciplines.

Épreuve du Keirin

L’épreuve du Keirin est très stratégique et seuls les hommes y participent. Cyclisme Canada présente le Keirin comme l’un des événements le plus combatifs et physiques. Les participants doivent compléter au total 8 tours de piste. Une moto donne la cadence aux huit coureurs qui sont placés derrière lui, en augmentant toujours la vitesse. Ensuite, lorsqu’il reste deux tours et demi de piste, la moto s’efface pour laisser aux participants la liberté de sprinter jusqu’à la ligne d’arrivée.

Épreuve du Madison

Le Madison demande un effort de concentration considérable aux athlètes. Pour une période de 30 minutes ou 1 heure, plusieurs équipes composées de deux participants coursent sur la piste en même temps. Le but principal est d’obtenir des tours d’avance sur les autres concurrents. La complexité de cette discipline est que seulement un coureur à la fois, par équipe, peut prendre part à la course. Entre temps, son coéquipier est en période de repos en haut de la piste. Généralement, après un tour et demi, le coureur en repos rejoint son coéquipier où celui-ci le projette, par la main, avec une poussée sur le siège, dans la trajectoire. Des points sont distribués à chaque 5 kilomètres aux quatre premières équipes.

Épreuve de la poursuite

En équipe de quatre et sur quatre kilomètres, les coureurs ou coureuses sont alignés les uns derrière les autres de manière très serrée (quelques centimètres de distance) et prennent chacun leur tour la tête de la formation. Le temps du troisième coureur est chronométré à chaque tour de piste jusqu’à la fin de la course.

Rendez-vous sur le site de cyclisme Canada pour découvrir davantage sur toutes les disciplines du cyclisme sur piste.

Un vélodrome olympique ici même en Estrie !

En août dernier, la Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC) a déclaré avec enthousiasme la construction d’un toit pour le vélodrome olympique de Bromont. Cette annonce permettra aux athlètes canadiens de s’entraîner ici même en Estrie à longueur d’année. Un tel investissement permettra à ce sport de se développer dans la province. Des athlètes olympiens tels qu’Hugo Barrette, originaire des Îles-de-la-Madeleine, pourront éventuellement s’entraîner à Bromont, l’endroit où il a fait ses débuts. Depuis déjà neuf ans, il s’expatrie pour pratiquer son sport dans l’objectif de devenir champion du monde. À 27 ans, Hugo souhaite être proche des siens. L’annonce de la construction d’un toit pour le vélodrome lui permettra de combiner sport et famille !  

Nous entendons souvent parler du cyclisme sur route avec le célèbre Tour de France. Pourtant, le cyclisme sur piste est tout aussi impressionnant. Les vélos utilisés ne possèdent pas de freins, ils sont très légers et l’entraînement des athlètes est particulièrement concentré sur le développement musculaire et l’endurance des jambes. Réunissant plusieurs disciplines qui possèdent chacune des particularités propres à elles, le cyclisme sur piste est un sport tout autant stratégique que physique à découvrir !

Partager cette publication

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.