Courir dehors ou sur le tapis?

Par Mariève Bégin

Bien que les deux possibilités puissent sembler similaires, plusieurs aspects les différencient et sont à considérer afin de faire un choix éclairé. Voici ce qu’il y a à savoir avant de te lancer.

Avec le beau temps des derniers jours, on voit de plus en plus de joggeurs parcourir les rues et les sentiers de la ville. Alors que la course extérieure n’est pas une option en hiver pour plusieurs, elle est facilement accessible à l’arrivée du printemps. Mais est-ce préférable de continuer ses entraînements au gym, sur le tapis roulant, ou de sortir prendre l’air? La réponse n’est pas si simple…

La différence majeure entre les deux options concerne les conditions extérieures auxquelles on est soumis lorsqu’on court dehors. En effet, la température, les vents et les obstacles qui peuvent se trouver sur le parcours rendent la course au grand air plus difficile et plus exigeante physiquement. Le vent, en particulier, exerce une résistance qui fait en sorte qu’à chaque pas, plus d’énergie doit être déployée pour avancer. Toutefois, afin d’avoir des conditions similaires, mais à l’intérieur, il est possible de régler l’inclinaison du tapis roulant à 1 ou 2 %. Il s’agit des paramètres recommandés pour remplacer la résistance de l’air sur un sol extérieur relativement plat.

Un avantage de s’entraîner à la course au gym est donc le contrôle de plusieurs variables. Le tapis permet de simuler les terrains inclinés, si désiré, et même de faire des entraînements à intervalles déjà programmés. Ainsi, nul besoin de se soucier du temps et des changements de vitesse, puisque l’appareil le fait automatiquement. De plus, il donne une foule de renseignements sur les performances, comme la durée, la vitesse, le kilométrage parcouru et la dépense énergétique (calories brulées). Bien sûr, plusieurs applications (RunKeeper Pro, AllSport GPS, iMapMy, etc.) sont aujourd’hui disponibles pour avoir les mêmes données pour un entraînement extérieur, mais celles-ci requièrent une connexion Internet, ce qui n’est pas l’idéal pour tout le monde.

Ensuite, le tapis a comme particularité d’engendrer un rythme de course parfaitement régulier. Lorsqu’on court de façon autonome, il est très difficile d’arriver à une telle régularité, en raison de la variation du terrain et de notre énergie. La cadence imposée par le tapis rend les foulées moins naturelles, ce qui modifie la façon dont le corps bouge à chaque pas. Puisque le sol est tiré sous les pieds par la machine, il n’y a pas de propulsion à faire, ce qui rend l’exercice plus facile physiquement. De plus, plusieurs tapis roulants sont rembourrés, ce qui réduit l’impact et constitue donc un bon choix pour les joggeurs en surpoids ou sujets à des blessures (par exemple en raison de problème de genou).

Par ailleurs, parler de sport n’implique pas seulement l’aspect physique, mais également l’aspect psychologique. En effet, les bénéfices sur la santé mentale ne sont pas à négliger lorsque vient le temps de décider si on court à l’intérieur ou dehors. Dans cet ordre d’idées, la course sur tapis est évidemment beaucoup plus monotone et moins motivante. Le fait de ne pas réellement avancer et d’être face à un paysage fixe (bien souvent peu attrayant) a un véritable impact sur le bien-être procuré par la course. Ainsi, le jogging en plein air s’avère plus zen et agréable, lorsque les conditions sont clémentes; d’autant plus qu’à Sherbrooke, plusieurs endroits magnifiques sont accessibles pour courir en nature!

Enfin, si tu t’entraînes pour une course extérieure en particulier (10 km, demi-marathon, etc.), il est recommandé de te pratiquer dehors. En effet, puisque le corps travaille de façon différente sur le sol par rapport à sur un appareil, l’entraînement le plus semblable possible à ta course est préférable afin d’éviter les difficultés musculaires et articulaires lors du jour J. Il faut tout de même avouer qu’avec les progrès technologiques, les tapis roulants de qualité peuvent de plus en plus de reproduire les conditions extérieures… mais ils ne remplaceront jamais une course au grand air et ses bienfaits thérapeutiques!

Voici quelques conseils pour optimiser ton entraînement :

  • Assure-toi de garder le buste bien droit. Cela permet de conserver le centre de gravité dans l’axe de la colonne vertébrale et d’avoir un meilleur équilibre.
  • Regarde droit devant toi. Regarder en bas ou tes pieds, risque de faire courber ton dos.
  • Maintiens tes bras à un angle de 90°. L’attitude des bras influence la foulée et du même coup, peut améliorer la performance.
  • Méfie-toi des pentes (nombreuses à Sherbrooke) et particulièrement des descentes, qui peuvent causer des blessures.
  • Échauffe-toi bien. Marche ou cours à un rythme facile pendant environ 10 minutes.
  • N’arrête jamais brusquement. Même si tu ne penses pas que ce soit nécessaire, il est important de marcher 5 à 10 minutes pour revenir au calme et reprendre ton souffle. Cela permet d’éviter la tête qui tourne, un malaise vagal ou des arythmies cardiaques.

Crédit Photo @ classical-music.com

Partager cette publication

Laisser une réponse