Courir en Estrie : Des nouveautés pour 2018

Par Léonie Faucher

Le 26 février à Magog se tenait une rencontre de presse pour la 8e année d’existence de Courir en Estrie qui souhaitait faire parvenir les changements apportés à son calendrier 2018. Notamment une nouvelle course ajoutée, le Défi des Collines en hiver (parcours enneigé qui avait lieu le 18 février), et des modifications au sein de courses connues : le Marathon de Magog et le Demi-marathon de la fête des Mères

Courir en Estrie, c’est quoi?

Tout d’abord, Courir en Estrie est un répertoire des courses de la région de l’Estrie. Durant l’année, l’organisme programme cinq courses entre mai et octobre : le Demi-marathon de la fête des Mères, le Demi-marathon de Coaticook, le Défi des Collines, le Défi adapte ta course et le Marathon de Magog. Chaque course aide une fondation différente selon l’édition. D’ailleurs, les distances varient entre 1 km et 42,2 km, selon l’événement. Des courses adaptées, puisque chaque course comporte plusieurs distances pour satisfaire chaque coureur et coureuse, c’est ce qu’offre Courir en Estrie.

Changements apportés pour le Marathon de Magog

En 2018, c’est une nouvelle mouture du célèbre Marathon de Magog qui sera offert aux adeptes de courses. À l’occasion du nouveau parcours, les marathoniens et marathoniennes longeront le lac Memphrémagog; de quoi profiter du panorama hallucinant de la région et de se défouler après une session mouvementée. D’ailleurs, le changement de date résulte de commentaires lancés au directeur qui permettra de profiter d’une température plus clémente en juillet : « plusieurs facteurs expliquent cette décision, dit Patrick Mahony, le directeur du circuit. Le premier, c'est la température. Le commentaire qui revenait souvent au Marathon de Magog, c'était la météo et le fait qu'il fait froid à la fin octobre. Même si nous conservons une moyenne de participation de plus de 2000 participants au cours des sept dernières années, je voulais organiser le marathon dans une température plus clémente. En tenant l'événement en début de soirée, on devrait éviter des températures caniculaires. »

North Hatley : une fête des Mères modifiée

Le nouveau parcours plat à 90 % correspond davantage aux débutants qu'aux expérimentés. D’ailleurs, la course aura lieu le samedi en remplacement du dimanche de la fête des Mères : « Le maire de North Hatley, Michael Page, me suggère depuis quelques années de tenir l'événement un samedi, puisqu'il ne peut se dégager le dimanche, explique Mahony. Plusieurs coureurs aussi hésitaient à venir courir le dimanche, puisque c'est la fête des Mères. Donc, on met ça le samedi pour accommoder tout le monde. Pour ce qui est du parcours, en plus d'être plat, il sera sublime. Les coureurs vont partir du Parc de la Famille et vont aller rejoindre la piste cyclable qui longe la rivière Massawippi. Ce sera un aller-retour simple et facile en plus d'être à l'abri des voitures. Parfait pour une course en début de saison et se faire les jambes pour le Marathon d'Ottawa. »

Un départ au sein de l’équipe

C’est le chemin de Thomas Daigneault-Desroches qui s’éloigne de l’organisme. Ce dernier, qui était directeur général adjoint de Courir en Estrie, sera absent de l’édition 2018, puisqu’il s’est porté acquéreur de l’entreprise de chronométrage d’événements sportifs Sport Chrono, anciennement dirigée par Patrick Mahony. Le directeur Mahony a connu la jeune recrue à la fin de son DEC, alors qu’il était en stage pour lui. Passionné, Thomas Daigneault-Desroches s’est fait engager après la course comme contractuel, puis permanent. En 2017, c’est lui qui dirigeait les opérations de Sport Chrono. Néanmoins, cette année, c’est à son tour de se démarquer, seulement deux ans après ses études.


Crédit Photo @ Courir en Estrie

Partager cette publication