Par Abdennour Edjekouane 

Alors que plusieurs secteurs économiques ont été mis à l’arrêt cette année, les activités extérieures ainsi que les activités hivernales, notamment de raquettes et les sports de glisse, ont connu un engouement sans précèdent en raison de la pandémie. 

En pleine pandémie, au printemps2020, les consommateurs ont pris d’assaut les magasins à la recherche de kayaks, de paddleboard et de vélos pour les activités de plein airTout indique que cette tendance s’est maintenue avec une forte demande pour de l’équipement de sport d’hiver, comme lepatins et les fatbikes.  

Certains commerçants, comme Francis Dupuis, propriétaire des boutiques Sport Radical et Bosk Vélo Café à Québec, étaient déjà en rupture de stock au moment des précommandes. «Les clients ont de la misère à nous croire. Ils se demandent si ce n’est pas une tactique de vente, mais c’est vraiment un engouement juste démesuré», a-til avoué dans un article de Radio-Canada en octobre dernier.  

Le directeur adjoint de Mathieu Performance, Olivier Rousseau, a lui aussi confirmé cette tendancedans le même média, pour le vélo d’hiver. «Les gens se présentent ici pour magasiner et se faire une idée, mais à cause de la disponibilité, certains se retrouvent à acheter plus vite que prévu» 

L’enthousiasme pour les patins à glace s’est également fait sentir dès le mois de novembre, avec l’explosion des ventes sur internet. De plus, la même ferveur touche les skis de fond et les raquettes qui semblent revenir à la mode cette année«Il va y avoir une pénurie là-dedans c’est sûr, on a essayé d’en recommander et il y’en a déjà plus», a affirmé le gérant de Ekkip boutique sport dans un reportage à la télé de Radio-Canada fin octobre dernier 

Apprécier l’hiver de nouveau  

En raison des différentes restrictions liées à la COVID-19 et au confinement, les Québécois n’ont eu d’autres choix que de se tourner vers les activités extérieures pour oublier un peu la crise sanitaire. Par exemple, les patinoires sherbrookoises sont devenues plus populaires que jamais. 

Une importante augmentation des inscriptions a été constatée dans les différents clubs de ski de fond à travers la province. L’engouement pour ce sport et l’accroissement de l’achalandage dans les bases de plein air locales ont incité la ville de Sherbrooke à s’arrimer avec d’autres municipalités afin de créer et d’entretenir une nouvelle piste qui s’étend de la halte Massawippi jusqu’à l’ancienne mine de Capelton, comme l’explique un article d’Isabelle Pion dans La Tribune. 

Toujours populaires en hiver, les stations de ski alpin ont également connu une croissance fulgurante cette année, à l’image de la station de SaintBruno, où on a enregistré en décembre une progression de 17% par rapport à la même date l’an dernier. Dans un article paru en décembre dans La Presse, lassociation des stations de ski du Québec (ASSQ), qui avait confirmé l’an dernier une hausse de 4,5% de l’achalandage dans les stations, a affirmé que la tendance s’est maintenue cette année avec une hausse importante des ventes d’abonnements de saison et des leçons privées.


Crédit photo @ Josiane Demers

À lire aussi 

Virée hivernale en Estrie ? Voici quatre activités incontournables

Partager cette publication