Les crimes haineux à Sherbrooke

Par Sandrine Martineau-Pelletier

Sherbrooke, cette ville reconnue pour son Sherbylove, ne fait pas exception aux villes secouées par les crimes haineux. Selon les récentes données révélées par Statistique Canada, Sherbrooke aurait eu un taux de crimes haineux de 4 pour 100 000 habitants dans la dernière année.

Que sont les crimes haineux?

« Une infraction criminelle motivée ou soupçonnée d'être motivée par la haine de la race, l'origine nationale ou ethnique, la langue, la couleur, la religion, le sexe, l'âge, l'incapacité mentale ou physique, l'orientation sexuelle ou tout autre facteur similaire. »

  • Définition du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM)

Les crimes haineux ont été répertoriés au nombre de 1 362 au Canada en 2015. Ce chiffre a diminué en 2017, si bien que Sherbrooke se trouve maintenant dans la moyenne des taux de crimes haineux, qui est de 4 pour 100 000 habitants. La ville obtient cette année la 12e place au classement des villes canadiennes ayant le plus haut taux de ce type de crimes, juste derrière Montréal qui se trouve à la 11e place. Ceci représente une amélioration par rapport au taux sherbrookois de 2014, qui était de 6 pour 100 000.

En 2014, Sherbrooke était en tête du classement des taux de crimes haineux répertoriés au Québec pour une quatrième fois. Cependant, le système de classement régional de ces crimes expliquerait peut-être ce si grand taux. En effet, le système du Service de police de Sherbrooke (SPS) fonctionne différemment des autres régions : dès qu’il y a la possibilité de caractériser un crime comme étant haineux, il est automatiquement étiqueté comme tel, sans besoin de réelle confirmation.

Pour rassurer la population des implications de ce si grand taux, Tony Brien, un criminologue du Service de police de Sherbrooke, tient à rappeler que les crimes haineux dans l’environnement sherbrookois ne représentent que 1 % des délits commis dans la région. De plus, il est possible que la baisse de tolérance envers les crimes haineux augmente le taux de dénonciation de ceux-ci. Cela démontrerait que la population est plus tolérante envers la différence et donc moins encline à accepter les actes de violence liés à la discrimination.

Qui sont les victimes?

Les victimes les plus fréquentes des crimes haineux au Canada sont les personnes ayant la peau noire. En 2015, ces individus ont été victimes de 15 % des infractions de ce type commises dans le pays. Cependant, les personnes musulmanes sont maintenant de plus en plus visées par ces délits. Les crimes haineux les visant étaient en hausse de 61 % en 2015.

Et ailleurs dans le monde?

Les États-Unis, pour leur part, avaient un taux de crimes haineux en baisse jusqu’en 2016. Cependant, depuis 2016, et donc depuis l’élection de Donald Trump, le taux a haussé de 23 % dans neuf grandes métropoles du pays. Pour plusieurs, l’élection d’un président qui encourage les crimes haineux est une des causes incontournables de cette augmentation soudaine.


Crédit Photo © Wikimedia-Commons

Partager cette publication

Laisser une réponse