Crocodile ou alligator? De toute façon, c’est caïman pareil!

Par Andrée-Anne Roy

Jusqu’à preuve du contraire, tout le monde semble avoir un bon sens de l’humour. Cela n’implique pas pour autant l’autodérision, au contraire. C’est à ce moment-là que ça se gâte! De mon côté, je crois avoir déshérité d’un gène assez spécial qui se passe d’une génération à l’autre dans ma famille et qui saute quelques fois des générations, comme dans mon cas; l’amour des jeux de mots.

De mon côté, il s’agit d’une haine incontrôlable et ce n’est pas une blague, loin de là. Je ne déprécie pas pour autant le principe du jeu de mots, mais je trouve souvent qu’on étire la sauce comme on dit, qu’on beurre épais avec ce type d’humour.

Pourtant, j’adore rire! Une manière aussi banale de faire des abdos mérite d’être exploitée de tous. J’ai le rire facile, mais j’ai aussi le regard tueur rangé pas très loin. Si tu oses ruiner un beau moment avec un jeu de mots louche, de mauvais goût ou mal placé, cette deuxième facette ressort. Le non-dit que laisse planer les jeux de mots, ce malaise, mais aussi leur côté hyper quétaine me laisse un sentiment mitigé. J’aimerais les aimer, les rire à tout coup, mais ils me rendent plus perplexe qu’autre chose! J’ai toujours cru que ce type d’humour suivait une époque, celle de mes parents, des baby-boomers, mais non, elle perdure! Il faut croire que les tripeux de Scrabbles et de Big Bang Theory y sont pour beaucoup (mais non, c’est une blague).

Cette forme de néologisme, de mot-valise, d’emprunt à la langue et de contournement de syllabes me met dans tous mes états, mais seuls les véritables experts de la langue peuvent se permettre de manier les mots comme le font certains.

L’humour, c’est de l’art; c’est l’art de jouer avec les mots, de les faire dire encore plus, de les rendre encore plus mémorables. Comme toute forme d’art, l’humour ne peut être exercé par tout le monde. Par exemple, j’ai moi-même de la difficulté à me souvenir d’une joke de blonde et de la conter sans faire d’erreur, tandis que d’autres, par leur simple mimique et leur intonation, nous feront larmoyer, et tout ça pour une simple anecdote.

Les goûts sont dans la nature et on a maintenant le luxe de choisir qui pourra nous faire rire. J’adore les shows d’humour. Il y a toujours une personne dans la salle qui rit trop fort ou pas tout à fait au bon moment. Non, je ne suis pas cette personne, mais elle rajoute au vibe de la soirée et il faudrait grandement la remercier. Même les humoristes ont leur style, ceux qui parlent vite, ceux qui font des faces pour exprimer leurs émotions, ceux qui utilisent toutes les parcelles de notre quotidien pour nous montrer soit à quel point nos vies sont hot ou pathétique; mais j’adore ça! Cette seule et unique personne sur scène devant tant de gens détient le pouvoir de nos émotions et réussit somme toute à s’associer à chacun d’entre nous d’une manière ou d’une autre et à nous faire rire de tout et de rien, mais aussi de nous-mêmes.

Le rire a ses bienfaits, tous le savent, mais pensez à tout ce qui entoure le rire; le moment cocasse, la niaiserie, le simple regard ou la grimace initiale, suivis d’un sourire, puis du véritable rire, silencieux au début, puis s’affirmant de plus en plus comme un acte bienfaisant. Le rire demeure un des meilleurs moyens de se vider l’esprit et le cœur et rien n’est plus honnête et plus spontané qu’un gloussement ou un fou rire. Si on mesure nos années de vie par l’expérience et le stress ou par les cheveux gris, je dis qu’on mesure le nombre de fous rires à l’aide de ces belles petites ridules qui façonnent nos traits.

Nos plus beaux souvenirs sont accompagnés de vives émotions et le rire en fait partie. Malgré ma haine pour les jeux de mots, je me vois entourée de gens qui, en partant d’une thématique, s’étendent de long en large sur son champ sémantique sans se lasser. C’est peut-être par saturation qu’est née cette haine et c’est peut-être par habitude que je glisse moi-même quelques mots truffés de non-sens lorsque ma tête se mêle au jeu.

Laissez-vous rire, sans gêne ni retenue, parce qu’après tout, vous êtes beaucoup plus beaux avec des sourires!


Partager cette publication