11880169_10154186095719816_1723822151_n

La rentrée à l’université rime obligatoirement avec le mot « intégration ». Parfois très angoissantes, les intégrations sont un rite de passage bien ancré dans l’histoire du parcours universitaire. L’humiliation est bien souvent au rendez-vous, mais ceci est sans compter la fraternité, le plaisir et l’état d’ébriété qui se développent tout au long de cette expérience.

Elles ne datent pas d’hier…

Par Josianne Chapdelaine

Les initiations ont toujours été créées dans le but de tisser des liens avec ses semblables et aussi de se préparer mentalement aux épreuves qui se présenteront tout au long de notre route vers la vie d’adulte. Voici quelques témoignages cocasses d’élèves gradués depuis quelques années.

En 1979, Olivier, professeur d’éthique et de cultures religieuses depuis plus de 20 ans, a subi une initiation dans la Faculté d’administration de Sherbrooke. En 1980, il se tournait vers la Faculté de théologie : « Les gens qui ne coopéraient pas devaient obligatoirement payer pour leur rébellion! Je me souviens d’avoir vu des élèves s’asseoir sur des chaises et se faire lancer des œufs. » Il se rappelle aussi de cris d’animaux qu’il devait obligatoirement imiter en plein milieu de la cafétéria.

Steve, président de l’agence MXO, a subi des initiations en 1993 en amorçant un certificat en informatique. Dès l’arrivée des étudiants, un stratagème était mis en place afin de créer un état de panique chez tous les petits nouveaux : « Le comité organisateur avait inventé qu’il y avait beaucoup trop de nouveaux admis et qu’il devait alors retrancher certaines personnes. Je n’ai pas cru cela du tout et j’ai alors décidé d’inscrire quelques bêtises sur ma copie d’examen, soit le chiffre 69 à toutes les réponses. Pour cela, j’ai dû payer, bien évidemment. On m’a donc fait monter sur la scène, devant 299 futurs « nouveaux » étudiants pour que je démontre pourquoi j’avais une telle « fixation » avec ce chiffre… Un beau moment de ma vie! 

Dany, professeur de créativité publicitaire à l’Université de Sherbrooke, a vécu ses initiations en 1996. Les thèmes sont parfois très en lien avec le programme des nouveaux. Il commençait un baccalauréat en études françaises et devait se déguiser en grappe de raisin : « Il y en avait des rouges et des verts. Nous devions nous coller des ballons sur tout le corps. Les initiations se sont plutôt déroulées sous forme d’épreuves olympiques afin de découvrir le campus. Une chose est certaine, je ne suis pas sorti de là humilié ou catastrophé! »

Maggie, coordonnatrice multimédia et publicité dans le domaine pharmaceutique, a vécu ses initiations en 2005. Elle commençait un baccalauréat en communication, rédaction et multimédia. Elle se rappelle très bien des détails olfactifs : «Je me rappelle que ça m’a pris une méchante bonne douche pour me laver après. On avait reçu un genre de mélange guimauve, sauce soya, ketchup dans les cheveux et cette odeur, je l’ai sentie pendant une semaine. Belle journée où j’ai rencontré les gens qui sont devenus mes amis pour tout le reste du bac!

Marc-André, représentant publicitaire chez La Tribune, a étudié en administration, concentration marketing. En 2010, il a subi ses initiations. « Étant dans la blacklist, je devais me déguiser en cochon, tandis que mes confrères portaient plutôt des costumes de bûcherons et de chaperons rouges. J’ai voulu sortir de l’ordinaire pour me démarquer, alors j’ai ajouté une cape et un masque pour devenir un super-cochon. Je voulais que tout soit à mon avantage pour commencer le premier chapitre de ma légende! 

Marie-Claude, étudiante en communication, rédaction et multimédia, a été à son tour intégratrice suite à ses initiations. Malgré ses craintes, elle a su en profiter : « J’ai eu peur de mes propres initiations. J’avais une idée préfabriquée par les films et les histoires racontées. J’ai donc regardé mes propres initiations de loin en jugeant. Fait cocasse : l’été qui a suivi, j’étais celle qui criait et qui demandait aux nouveaux de faire le bacon en plein trafic de Montréal. J’ai été booster les trois années suivantes, même en n’étant plus étudiante. La morale? Laissez de côté votre peur et les tabous; les intégrations ont quelque chose de troublant, mais surtout de trippant. »


À l’approche des intégrations, il s’avère intéressant d’avoir un petit avant-goût des déguisements qui défileront sur le campus de l’Université de Sherbrooke

  • Faculté de droit : Seigneurs des anneaux, Marvel Universe, Harry Potter, Star Wars, Pirates des caraïbes
  • Faculté d’administration : Les filles seront des footballeurs, les gars seront des cheerleaders. Les blacklists se déguiseront en mascottes
  • Faculté de génie : Les 7 péchés capitaux
  • Faculté de science : Seigneurs des anneaux
  • Programme de physiothérapie et d’ergothérapie : Monster Inc.
  • Programme de communication appliquée : Les 7 péchés capitaux
  • Programme d’adaptation scolaire : Personnages animés de téléséries jeunesse
  • Programme en études littéraires et culturelles : Poudlard
Partager cette publication