Date limite des transactions dans la LNH : le CH acheteur ou vendeur?

Par Timothy Gagnon

Après un début de saison qui a surpris plusieurs experts et amateurs avec 31 victoires, 18 défaites et 7 défaites en temps supplémentaire (en date du 13 février), les Canadiens de Montréal s’apprêtent à attaquer la fin de parcours. Une étape importante pour toutes les équipes arrive toutefois à grands pas : la date limite des transactions dans la LNH.

À compter de 15 h, le lundi 25 février, les équipes ne pourront plus transiger entre elles et devront avoir composé leur équipe finale en vue des séries éliminatoires. La position actuelle du Tricolore au classement fait en sorte que le directeur général, Marc Bergevin, se retrouve assis entre deux chaises.

D’un côté, puisque l’équipe n’est pas une sérieuse aspirante à la Coupe Stanley, il serait risqué de laisser partir un espoir ou un haut choix de repêchage pour de l’aide immédiate. Les Golden Knights de Vegas l’ont fait l’année dernière en donnant des choix de 1er, 2e et 3e tour aux Red Wings de Detroit en retour de Tomas Tatar. Le résultat n’a pas été celui escompté, et le Slovaque, qui évolue maintenant à Montréal, a même été laissé de côté à 12 reprises sur les 20 matchs disputés par Vegas en séries.

En revanche, si Bergevin ne veut pas améliorer l’équipe dès cette saison, il passe un message à ses joueurs comme quoi il ne croit pas en leurs chances. Ceci leur démontrerait que tous les efforts effectués depuis le début de la saison n’ont pas été suffisants pour mériter du renfort à l’aube du tournoi printanier. Cela fait quelques semaines que Claude Julien laisse sous-entendre qu’il aimerait posséder des éléments de meilleure qualité pour son quatrième trio et il a été entendu par son patron.

En effet, le CH a fait l’acquisition de Nate Thompson, un vétéran centre très efficace dans le cercle des mises en jeu et possédant un bon coup de patin malgré ses 34 ans. De plus, Dale Weise a été rapatrié pour assurer le flanc droit de la quatrième unité. Weise, un amoureux de la ville de Montréal, y a connu ses meilleurs moments en carrière, en plus d’avoir été un rouage important lors des séries 2014, où le Bleu-blanc-rouge avait atteint la finale d’association. Avec maintenant moins d’une semaine à écouler avant le 25 février, on se doute que Marc Bergevin ait terminé sa besogne en vue de la fin de saison et des éventuelles séries.

Peu importe les décisions prises par l’état-major du CH, force est d’admettre que l’édition 2018-2019 a su confondre plusieurs sceptiques et rallier des partisans qui ne semblaient pas très optimistes avant la campagne. Avec une banque d’espoirs bien garnie comportant des Ryan Poehling, Josh Brook, Alexander Romanov, Nick Suzuki et autres, on doit lever notre chapeau à Marc Bergevin, qui a su utiliser son flair et sa vision en déployant une équipe capable de gagner sans déroger au plan à long terme. Maintenant, place à une fin de saison excitante dans la LNH, durant laquelle la parité sera à son comble et où plusieurs revirements de situation viendront brouiller les cartes.

Partager cette publication

Laisser une réponse