Une date limite des transactions qui a perdu de son lustre

Par Mathieu Rousseau

Le sport professionnel est en constante évolution, et ce n’est un secret pour personne. L’amélioration de l’équipement, l’intégration de la technologie ou encore l’émergence des statistiques avancées ne sont que quelques exemples de cette réalité. Nous avons eu le droit à un autre exemple d’un bouleversement dans le monde du sport professionnel lors de la date limite des transactions dans la LNH le 1er mars dernier.

Lors de cette journée, les directeurs généraux à travers la ligue procèdent aux dernières transactions pour la saison en cours pour par la suite entamer le dernier droit de la saison et la course aux séries éliminatoires. Ce qui était autrefois l’équivalent en excitation du matin de Noël pour les amateurs de hockey n’est aujourd’hui plus qu’une journée parmi les autres qui nous laisse un goût amer, sachant l’engouement qu’elle générait par les années passées.

Le monde à l’envers

Autrefois, lors de cette journée, nous nous réveillions toujours le plus tôt possible, syntonisions notre téléviseur sur n’importe quelle chaîne sportive et laissions les analystes sportifs nous parler des rumeurs de transactions pour nous annoncer les échanges en primeur. On commentait les transactions, et après 15 h (heure limite pour procéder à une transaction), on déterminait quelles équipes sortaient gagnantes et perdantes de cette folle journée. En termes d’exemples concrets, notons l’arrivée de Marian Hossa et Pascal Dupuis à Pittsburgh en provenance d’Atlanta en 2008. Le jeune attaquant prometteur Filip Forsberg a également fait ses valises en direction de Nashville lors de la date limite des transactions en 2013. C’est également lors de cette date fatidique en 2014 que le gardien Roberto Luongo est revenu avec son ancienne équipe, les Panthers de la Floride.

Le bon coup du CH

Le Canadien de Montréal a également connu des moments intéressants lors de cette journée. En 2007, Bob Gainey a réalisé un de ses meilleurs, sinon le meilleur coup de sa carrière de directeur général à Montréal lorsqu’en retour du vieillissant défenseur Craig Rivet et d’un choix de 5e ronde au prochain repêchage, il a acquis le jeune Josh Gorges et un choix de première ronde. Gorges a livré de fiers services au Canadien pendant plusieurs années alors que le choix de première ronde s’est transformé en un certain Max Pacioretty, capitaine de la formation montréalaise et 3e meilleur marqueur de la LNH au moment d’écrire ces lignes. Un vol!

Si la quantité d’échanges et le nombre de joueurs impliqués continuent de diminuer année après année, c’est surtout l’importance des transactions qui laisse les amateurs sur leur appétit. Des 33 joueurs qui ont changé d’adresse le 1er mars dernier, 17 d’entre eux évoluent dans l’AHL. Le seul gros nom à avoir fait ses valises fut le défenseur Kevin Shattenkirk qui, à quelques jours de la date limite des transactions, s’est retrouvé à Washington. Le Canadien, pour sa part, a acquis les services du discret mais efficace défenseur Jordie Benn des Stars de Dallas avant la journée fatidique.

Pourquoi cette journée fut si décevante?

Selon les directeurs généraux à travers la ligue, plusieurs facteurs sont responsables de cette situation. Le repêchage d’expansion qui aura lieu cet été et qui permettra l’arrivée de la nouvelle équipe de Las Vegas est l’une d’elles. La course aux séries plus serrée que jamais explique également la réticence des directeurs généraux à transiger. Finalement, le plafond salarial qui risque de stagner l’an prochain est un autre frein aux transactions d’importance.

Alors, à nous, amateurs de hockey et de transactions majeures, de passer à autre chose. La date limite des transactions n’est plus qu’un vague souvenir. Je vous invite toutefois à bien vous installer devant votre téléviseur lors du repêchage qui aura lieu le 23 juin à Chicago. Nous devrions avoir droit à quelques rebondissements intéressants. Matt Duchene à Montréal? Qui sait?


Crédit photo © gohabsgo

Laisser une réponse

Recommandation