Par Sarah Gendreau Simoneau 

Les Jeux olympiques de Tokyo 2020 viennent tout juste de se terminer. Chaque deux ans, trois dans ce cas-ci, pandémie oblige, tous les pays sont figés devant leur écran pour regarder les exploits de leurs athlètes. Ces sportifs se donnent corps et âme pour dépasser leurs limites et essayer de réaliser des records olympiques. Le Canada n’est pas en reste et plusieurs athlètes canadiens ont brillé durant les deux dernières semaines.  

Que ce soient des médailles inattendues, des records personnels, des records olympiques, ou des médailles plus qu’attendues, plusieurs moments ont rendu les Canadiens et les Québécois fiers. 

La Canadienne la plus médaillée 

Penny Oleksiak, la nageuse, est devenue, durant ces jeux, l’athlète canadienne la plus décorée des Jeux olympiques, été et hiver confondus, avec sept médailles. Elle passe donc devant Cindy Klassen au patinage de vitesse sur longue piste et Clara Hughes au cyclisme et au patinage de vitesse sur longue piste. Après en avoir remporté quatre aux Jeux de Rio en 2016, elle en a rajouté trois à sa collection cet été. Une médaille d’argent au relais 4 x 100 mètres nage libre, une de bronze au relais 4 x 100 mètres quatre nages et une autre de bronze au 200 mètres nage libre. À seulement 21 ans et avec l’intention de participer aux Jeux de Paris en 2024, beaucoup d’autres beaux moments sont à venir pour elle.  

La réalisation d’un rêve en haltérophilie 

En compétition dans la catégorie des 64 kg, Maude Charron a levé 105 kg à l’arrachée et 131 kg à l’épaulé-jeté. Cette performance lui a valu la médaille d’or. La Québécoise de 28 ans, originaire du Bas Saint-Laurent, s’est entraînée dans un garage durant la dernière année. Elle appréhendait un peu ces jeux, particuliers à cause de la COVID-19, et en sort grandie et pleine d’espoir pour son sport et les jeunes qui veulent le pratiquer. Maude devient donc la deuxième Canadienne seulement à remporter une médaille en haltérophilie pour le Canada, après Christine Girard.  

Enfin l’or au sprint 200 mètres 

Andre De Grasse a triomphé lors de ces Jeux à Tokyo. Il est devenu le champion olympique, succédant ainsi à Usain Bolt qui raflait tout dans cette discipline. Il confirme sa place parmi les grands sprinteurs de l’histoire. Il a non seulement fracassé son record personnel, mais également un record olympique avec 19 secondes 62 centièmes. « C’était la course de ma vie », a-t-il affirmé par la suite. La dernière fois qu’un Canadien a gagné l’or au 200 mètres, c’était en 1928 avec Percy Williams. De Grasse avait déjà remporté une médaille de bronze plus tôt durant les jeux au 100 mètres. 

Une page d’histoire s’écrit en judo 

En judo, deux Canadiennes, dont une Québécoise, ont remporté chacune une médaille de bronze. Jessica Klimkait est devenue la première femme canadienne à remporter une médaille olympique dans cette discipline. Elle est arrivée à Tokyo avec la médaille d’or en tête, après avoir été sur la plus haute marche du podium aux Championnats du monde. Klimkait est tout de même satisfaite de son parcours olympique et de la médaille remportée. Catherine Beauchemin-Pinard l’a suivi avec le bronze également, grâce à une victoire par waza-ari en prolongation contre la Vénézuélienne Anriquelis Barrios à son dernier combat. C’est la première judoka québécoise à gagner une médaille olympique.  

Première présence aux JO, première médaille 

Lauriane Genest en était à ses premiers Jeux olympiques et elle a causé toute une surprise au Vélodrome d’Izu en décrochant la médaille de bronze au keirin. C’est encore une fois le premier podium canadien de l’histoire dans cette épreuve, qui a fait son entrée dans le programme olympique en 2012, aux Jeux de Londres. Seulement cinq ans après avoir commencé le cyclisme sur piste, Laurianne n’en revenait tout simplement pas de sa troisième place, bien méritée.  

Nouvelle discipline pour les femmes 

Les épreuves de canoë ont fait partie du programme olympique pour la toute première fois pour les femmes et une Québécoise a remporté l’argent lors de la première finale du C-1200 mètres. Laurence Vincent-Lapointe écrit elle aussi une page historique du sport olympique avec cette médaille. « Ça fait 11 ans que je suis sur la scène internationale, que je pousse et que je donne de mon mieux chaque année. Là, je l’ai! C’est fou », a-t-elle dit à sa sortie de la course.  

Un autre record battu 

Damian Warner détient maintenant le nouveau record olympique au décathlon. Il a décroché la médaille d’or grâce à une performance de 9018 points. Il devient, lui aussi, le premier athlète canadien de sa discipline à remporter aux Jeux olympiques. Il fait maintenant partie de la liste des meilleurs athlètes de l’histoire du sport en réalisant le cinquième meilleur pointage du décathlon. Tout au long de la compétition, Warner était en tête et ne cessait de se dépasser d’épreuve en épreuve.  

Il faut aussi mentionner tous les athlètes s’étant qualifiés pour ces Jeux dans une ambiance hors du commun et qui ont travaillé fort pendant cinq ans pour atteindre les sommets de leurs sports. Qu’ils aient terminé sur le podium ou au pied de celui-ci, qu’ils aient fracassé des records ou qu’ils n’aient pas réussi à sa qualifier pour les finales, ces 371 athlètes canadiens font partie des meilleurs au monde. Il ne faut pas oublier tous les efforts et les sacrifices que l’entraînement et les compétitions demandent, même si les athlètes ne se rendent pas tous à l’or.  

Partager cette publication