De navettes à doubleurs : projet-pilote pour le transport du jeudi soir

Par Charles Allard Martin

Suite aux débats entourant le financement des navettes entre les associations étudiantes et la Fédération étudiante de l’Université de Sherbrooke, un projet-pilote a vu le jour pour faciliter le transport sécuritaire des étudiants participant aux activités sociales du jeudi soir.

Plan d’action entre la STS et la FEUS

Au début du mois de février, la FEUS a présenté un plan d’action à la STS pour trouver un terrain d’entente qui permettait à l’association étudiante de se départir des frais des navettes de raccompagnement (qu’elle assumait en grande partie) tout en s’assurant que ses membres allaient tout de même disposer d’un moyen de transport sécuritaire pour le retour à la maison.

Pour ce faire, la STS a instauré un doubleur au débarcadère principal, s’adaptant aux lignes de transport en commun qui semblent les plus engorgées, lors des activités sociales du jeudi soir. C’est à partir des conseils d’un superviseur de la STS se trouvant sur place et analysant le nombre d’étudiants devant être desservis par le transport en commun que la ligne à prioriser par le doubleur en question est déterminée.

La sécurité des passagers

Il s’agissait là d’un des points centraux des débats des dernières années entre la communauté étudiante et la STS. Rappelons que l’inversement du débarcadère, qui a été effectué suite à une rencontre initiée par la FEUS entre cette dernière, Jocelyne Faucher (secrétaire générale, vice-rectrice aux relations internationales et vice-rectrice à la vie étudiante de l’UdeS), Jacques Girard (directeur de division et coordonnateur des mesures d'urgence), Lise Grenier (directrice générale à la vie étudiante) et Patrick Dobson (directeur des opérations et de la livraison du service client), avait été réalisé justement pour assurer la sécurité des étudiants. Le fait d’utiliser le trottoir extérieur et non la pastille centrale pour l’embarquement permet, essentiellement, d’éviter les débordements aux heures de pointe et, dans le cas qui nous intéresse, lors des activités sociales du jeudi soir.

Toujours pour assurer la sécurité des étudiants, deux agents de la sécurité (un de l’UdeS et un externe) sont présents au débarcadère principal, aux périodes d’achalandages mentionnées ci-haut, pour contrôler les engorgements d’étudiants aux différents arrêts. De plus, l’agent externe est sur place pour accompagner les étudiants à l’intérieur du doubleur flexible, pour s’assurer que le transport s’effectue de façon responsable et sécuritaire.

Enfin, la STS demande en retour une supervision accrue des bénévoles étudiants présents au débarcadère principal. Actuellement, il est demandé aux associations étudiantes qui organisent des activités sociales de fournir deux bénévoles pour aider la sécurité au débarcadère. En plus de ces bénévoles, la STS avançait qu’il était nécessaire de fournir un responsable des bénévoles. Ce poste est présentement comblé par un membre de la FEUS.

Les navettes : toujours présentes pour les 5 à 11?

Malgré la fin des navettes pour les activités sociales du jeudi soir, elles restent toujours actives pour les soirs de 5 à 11. La sécurité de l’UdeS demande la disponibilité de deux navettes pour assurer le transport des étudiants lors de ces soirées ponctuelles. Toutefois, une certaine latitude est permise, laissant à la FEUS le jugement final quant au nombre de navettes nécessaires au transport de ses membres. Il est à noter que, selon le plan d’action actuel, le doubleur « flexible » ne serait pas disponible pour les soirs de 5 à 11, considérant la présence des navettes. Retenons aussi que le Conseil des membres devra statuer sur la question du financement de ces navettes, pour éviter des situations conflictuelles entre la FEUS et les associations étudiantes concernées par le dossier.

La suite des choses

Le plan d’action instauré par la FEUS et la STS est en période d’essai jusqu’à la fin de la session d’hiver. Suite aux résultats qui auront été constatés dans ces quelques semaines d’implantation, ce plan d’action devra être réévalué et, peut-être, instauré de façon permanente.

Le dossier des navettes reste donc ouvert pour l’instant. Une rencontre avec les associations membres de la FEUS, par l’entremise d’un comité d’études spécial, avait été demandée pour discuter de la question, mais puisque le quorum n’était pas atteint, aucune décision n’a pu être considérée. Le tout sera donc discuté dans une future rencontre du comité d’études spécial, ou en Conseil des membres, qui aura lieu les 25 et 26 mars 2017.


Crédit photo © La Presse

Laisser une réponse

Recommandation