De retour aux sources

Par Christophe Lachance-Tardif

Même si on a tendance à penser que la simplicité est moins présente dans notre société contemporaine, on remarque que certains clubs professionnels effectuent un changement subtil vers la simplicité au détriment de systèmes de jeux et de stratégies plus sophistiqués. Est-ce que cette transition simpliste peut procurer de meilleurs résultats contrairement à un système raffiné et innovateur?

Une fondation solide

À la surface, on peut penser que le sport professionnel est d’une complexité surdimensionnée, muni de stratégies incompréhensibles et de systèmes de jeux abracadabrants. Ce n’est pas toujours le cas. Actuellement, plusieurs coaching staff effectuent un virage vers la simplicité dans l’optique d’inculquer une fondation équilibrée aux athlètes. Une affirmation qui semble évidente, mais qui n’est pas toujours appliquée par certains personnels d’entraîneurs. Vous voulez un exemple concret? Jetons un coup d’œil à l’édition 2015-2016 des Cavaliers de Cleveland (NBA). En janvier 2016, les Cavs ont congédié leur entraîneur-chef, David Blatt, pour le remplacer par Tyronn Lue. Blatt imposait un style plus sophistiqué tandis que Lue, un jeune entraîneur dynamique, priorisait un système de jeu simple et efficace mettant l’accent sur un schéma défensif singulier, un jeu de passe actif et une condition physique optimale de la part de ses joueurs. Finalement, Lue a créé une stratégie offensive et défensive accentuée sur les rebonds pour profiter de la robustesse physique de Lebron James, Timofey Mozgov et Tristan Thompson. Le résultat : les Cavaliers ont remporté les grands honneurs et possèdent une solide fondation pour répéter cette saison.

Du succès immédiat

C’est sans surprise que la plupart des équipes qui changent d’entraîneur à la mi-campagne connaissent un succès immédiat et une nette amélioration de leur niveau de jeu. La saison dernière, les Bills de Buffalo (NFL) ont congédié leur coordonnateur offensif Bill Roman après un début de saison insatisfaisant. Le résultat : les Bills ont remporté leurs quatre prochains matchs en produisant 124 points au total (31 par match en moyenne)! Un nouveau coordonnateur offensif qui entre en fonction à la mi-saison ne peut implanter un système offensif complexe composé de formations exotiques; il doit se concentrer sur une stratégie simple pour maximiser les compétences de son personnel.

C’est pourquoi je pense que les entraîneurs innovateurs, sophistiqués et qui désirent sortir des sentiers battus ne sont pas nécessairement meilleurs ou plus intelligents que ceux de la vieille école qui prônent les ajustements et des systèmes traditionnels. À la lumière du congédiement de Michel Therrien, est-ce que Claude Julien pourra effectuer un retour aux sources avec la formation montréalaise pour la reconduire sur la voie de la victoire?


Crédit photo © Gabrielle Gauthier

Laisser une réponse

Recommandation