Dead Obies au Théâtre Granada : une performance explosive

Par Thomas Chenel

Il y a quelques jours avait lieu la prestation du fameux sextuor hip-hop montréalais Dead Obies au Théâtre Granada. À Sherbrooke pour la seconde fois depuis la tournée de son deuxième album, Gesamtkunstwerk, la formation a livré une performance électrisante devant un public déjà conquis.

Une première partie déjantée

Avant l’arrivée sur scène du groupe, le public a droit à KNLO, membre du presque aussi réputé collectif rap Alaclair Ensemble, qui entame la première tournée de sa naissante carrière solo. Il offre alors une série de chansons aux paroles loufoques et aux productions simplistes et rythmées. Il réussit sans effort son objectif de réchauffer la foule malgré ses chansons, encore peu connues à ce stade de sa carrière.

Une prestation énergique et sans failles

Les six gars, visiblement confiants et prêts à livrer leur performance, entrent sur scène sous un tonnerre d’exclamations. Le spectacle est introduit en douceur avec « Waiting », morceau au refrain fort accrocheur, que l’audience chante à l’unisson avec le groupe. Les Dead Obies enchaînent avec « Jelly », qui est beaucoup plus énergique que la chanson précédente. C’est à ce moment précis que le public s’embrase, pour ne s’éteindre qu’une fois le concert terminé. Tout au long de la soirée, la foule danse au rythme des productions soignées de VNCE, le beatmaker du collectif, et rappe sans faute les versets les plus mémorables des rappeurs. L’ambiance passe de la festivité à l’agressivité amicale lors de la dernière chanson, « Tony Hawk », conçue spécialement pour les moshpits à haute intensité. Cerise sur le gâteau, le rappeur Jo RCA surprend agréablement ses fans en livrant la toute première chanson de sa carrière solo, qui est en préparation depuis quelques mois.

Mis à part quelques problèmes sonores mineurs au niveau du volume des micros, le spectacle se déroule sans accrocs, mené par cinq rappeurs au sommet de leur forme. Seul bémol pour les fans de la vieille école, la setlist manque cruellement de morceaux de Montréal $ud, l’album précédent. Malgré cela, la soirée fut des plus mémorables, non seulement pour le public, mais également pour le groupe, qui semblait réellement surpris de voir une telle foule à Sherbrooke.


Crédit photo ©  Théâtre Granada

Partager cette publication