Défier les attentes une réussite à la fois

Par Maria Métivier

En 2018, l’Institut du Québec (IdQ) a publié un rapport nommé Décrochage scolaire au Québec : dix ans de surplace, malgré les efforts de financement. Ce dernier visait à présenter un portrait du décrochage scolaire et à proposer des pistes de solutions pour le système scolaire québécois. Afin de mieux comprendre la réalité d’un élève ayant quitté les bancs de l’école, Le Collectif s’est entretenu avec Paul Jr. Charron, un étudiant en communication à l’Université de Sherbrooke, qui a fait un retour aux études après avoir décroché des bancs de l’école.

Paul Jr. Charron est un étudiant en première année au baccalauréat en communication appliquée de l’UdeS. Comme la plupart de ses compères, Paul est passé par le cégep pour ensuite aboutir sur les bancs de l’université. Par contre, avant d’entrer au cégep, le parcours de Paul ne laissait pas présager que ce dernier allait poursuivre des études universitaires. En effet, Paul lui-même affirme qu’il ne répondait pas aux exigences scolaires du système québécois.

Un parcours tumultueux

Dès l’école primaire, Paul avait dû reprendre une année scolaire. Au secondaire, ce dernier a , une seconde fois, repris une année scolaire. Par contre, cette fois-ci, la reprise d’une année n’était pas suffisante : il a dû être transféré dans des classes d’appoint, puis dans une école pour adultes à l’âge de 16 ans. Malgré sa difficulté à s’adapter au système scolaire, Paul a toujours gardé son amour pour l’école et l’apprentissage de nouvelles connaissances.

Avec ses multiples va-et-vient à l’intérieur du système scolaire, le jeune homme a finalement décidé d’abandonner l’école pour travailler à plein temps. Sa décision ne s’est pas basée sur son intérêt pour l’école ou son amour pour l’apprentissage. Son ascension rapide à l’intérieur de la hiérarchie de son milieu de travail et son accoutumance à un rythme de vie plus aisé ont pesé dans la balance.  En raison de ses choix et de ses nouvelles habitudes de vie, Paul a pris la décision d’abandonner l’école et de travailler à temps plein.

Une pause mouvementée

Après un important changement dans sa vie professionnelle, Paul a décidé de faire un retour aux études. Il a d’abord décidé de terminer son secondaire cinq. Par contre, c’est avec le soutien, la passion et la dévotion des professeurs que Paul a décidé de s’inscrire au Cégep de Saint-Jérôme en Arts, lettres et communication, profil journalisme et communication. Pendant son passage au cégep, Paul s’est révélé être un ardent défenseur des études collégiales. Il s’est dit très inspiré par la communauté étudiante et le corps professoral. Tout au long de son parcours collégial, il est demeuré proche de tous les membres de la communauté collégiale.

Une réussite collective

Aujourd’hui, à 38 ans, Paul est un fier étudiant de l’UdeS. Il avoue que son retour aux études n’est pas toujours facile. Il a dû, en effet, faire plusieurs sacrifices et mettre de côté plusieurs aspects personnels de sa vie. Pour lui, l’accomplissement d’un tel parcours est une grande fierté. Il attribue sa réussite à l’ensemble de son entourage qui l’a aidé et encouragé tout au long de ses études. Lors de son baccalauréat, Paul souhaite davantage s’impliquer dans la vie étudiante. Il croit fervemment que l’implication étudiante joue une grande part dans la réussite scolaire. Pour Paul, la réussite collective de tous est à la fois une réussite personnelle.

Partager cette publication

Laisser une réponse