Par Jessica Samario

Demain est un documentaire de Cyril Dion et de Mélanie Laurent, sorti le 2 décembre 2015 en France, qui a pour but de sensibiliser son public au respect de l’environnement. Ils ont voyagé afin de nous présenter des solutions déjà pratiquées dans d’autres pays.

Souvent, l’environnement est négligé pour des raisons économiques. Le 21e siècle se voit comme l’ère de la surconsommation où il est important d’obtenir tout ce dont on a besoin tout de suite! La définition du mot besoin dépasse maintenant la nécessité aux yeux d’un grand nombre de personnes dans les pays développés tel que le nôtre. Cependant, plusieurs façons de contrer la crise économique seraient tout autant profitables pour l’environnement, mais rares sont ceux qui les appliquent.

L’approche du film, qui tente d’encourager le spectateur plutôt que de l’apeurer face aux changements climatiques, est fort intéressante. La bande sonore bien adaptée à la thématique nous amène dans une ambiance plutôt optimiste et pleine d’espoir. Fredrika Stahl, chanteuse suédoise, a composé et interprété la plupart des chansons du film.

La majeure partie du documentaire cible les solutions agricoles, car l’agriculture demeure l’une des causes principales de la pollution dans le monde. On apprend que dans l’industrie alimentaire populaire actuelle, les machines font tout le travail et les forêts sont détruites pour créer des champs aspergés de pesticides et d’OGM qui servent à nourrir les animaux se retrouvant alors à l’abattoir. Ces animaux peuvent facilement tomber malades suite à tous les produits chimiques ingérés, tout autant que nous qui consommons leur viande.

À Détroit, aux États-Unis, 1400 fermes et jardins biologiques ont été établis pour nourrir la population. À Todmorden, en Angleterre, des jardins communautaires publics se trouvent un peu partout dans la ville, même près des routes ou dans les endroits passants. Une très grande variété de fruits, de légumes et d’épices y sont plantés.

Charles Hervé-Gruyer, maraîcher bio en Normandie, nous explique qu’il est possible pour une petite ferme d’être tout aussi productive que sur un terrain plus large en utilisant des outils innovants pour travailler la terre ainsi qu’en répartissant les semences de façon stratégique. Par exemple, les vignes sont placées tout en haut des serres afin de propager de l’humidité partout dans le jardin. De plus, ces techniques agricoles ne contiennent aucun pétrole. Si cette technique était répandue, elle permettrait une bonne quantité d’emplois partout sur le globe étant donné que les machines ne seraient plus nécessaires, la nourriture serait meilleure pour la santé et l’environnement serait mieux protégé.

À Copenhague, au Danemark, les usines de charbon sont remplacées par l’énergie de la combustion de matières végétales afin d’éviter les émissions de gaz à effet de serre. Par ailleurs, le pays calcule que 67 % des habitants utilisent un autre moyen de transport que la voiture. L’objectif de la ville de Copenhague est d’instaurer un projet de voitures électriques fonctionnelles à l’énergie solaire et éolienne, à l’aide de leur batterie, d’ici l’année 2040.

À San Francisco, la gestion des déchets favorise le compost. D’ailleurs, les habitants risquent de recevoir des amendes s’ils n’y participent pas. Le compost recueilli est utilisé pour l’agriculture. Cette initiative créerait aussi beaucoup d’emplois si elle était reprise partout dans le monde.

Plusieurs autres villes et pays, tels que Reykjavik en Islande, l’Île de La Réunion et Paris en France, Espoo en Finlande ainsi qu’Oakland aux États-Unis, ont lancé des résolutions exemplaires. Le message d’espoir véhiculé par Cyril, Mélanie et tous les gens rencontrés lors de leur voyage vous charmera. Ici aussi, il est temps d’agir!


Crédit photo © AlloCine.fr

Partager cette publication