Départ canon pour le Phoenix

Par Alexandre Paquette

Pour sa troisième saison d’existence, le Phoenix de Sherbrooke devrait offrir un excellent spectacle à ses partisans si on peut se fier à ses deux premiers matchs locaux.

Aprèsdeux saisons difficiles où l’équipe n’aura décroché que 21 et 16 victoires en 68 matchs, la formation estrienne devrait obtenir sa part de victoires cette saison. Le Phoenix a d’ailleurs commencé la saison 2014-2015 sur les chapeaux de roue en venant successivement à bout des Remparts de Québec (6 à 1) et des Tigres de Victoriaville (5 à 4 en fusillade). En l’absence de Daniel Audette, le trio formé de Vincent Deslauriers (2-2-4), Kay Schweri (1-6-7) et Tim Wieser (3-3-6) s’est particulièrement distingué avec une récolte de 17 points.

Ce début de saison est le meilleur de la courte histoire du Phoenix, car l’équipe a dû attendre respectivement neuf et trois matchs avant de goûter à la victoire, remportée lors de leurs deux premières campagnes dans le Circuit Courteau.

Objectif : compétitivité

Les dirigeants du Phoenix ont profité de la période estivale pour bien préparer leur équipe. Ils ont adressé les lacunes qui avaient contribué à l’exclusion des séries éliminatoires l’an dernier. Une des lacunes ciblées était le « leadership ». Le directeur-général de l’équipe, Patrick Charbonneau, a profité de la saison morte pour faire l’acquisition de Raphael Lafontaine et de Liam O’Brien, capitaines respectifs du Titan d’Acadie-Bathust et des Huskies de Rouyn-Noranda, ainsi que d’Aaron Hoyles, assistant-capitaine de l’Armada de Blainville-Boisbriand. Ces trois joueurs de 20 ans remplissaient des rôles importants au sein de leurs équipes et ils seront appelés à encadrer les jeunes du Phoenix.

En plus de ces trois acquisitions, Patrick Charbonneau a également acquis le gardien Alex Bureau et l’attaquant David Storto. Si le premier a été acquis pour devenir le gardien numéro un de l’équipe, la présence du second représente une certaine surprise. En effet, Storto semblait se diriger vers les collèges américains après avoir disputé les deux dernières campagnes aux États-Unis. En venant à Sherbrooke, il aura la chance de retrouver ses anciens coéquipiers Daniel Audette et Vincent Deslauriers avec qui il a évolué dans le «midget» AAA avec le Phénix du Collège Esther-Blondin.

Le visage de l’équipe semble également se préciser, car elle compte maintenant sur des joueurs de talent à chaque position. Daniel Audette disputera sa troisième campagne en Estrie tandis que Jérémy Roy entamera sa deuxième saison. Ce dernier pourrait être sélectionné en première ronde du prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey. Le Phoenix comptera aussi sur deux joueurs de 16 ans, soit le gardien Evan Fitzpatrick, repêché quatrième lors du repêchage de 2014, et le défenseur Thomas Grégoire, repêché au seizième rang lors du même encan. Grégoire fera partie d’une très jeune défensive qui devrait être très redoutable dans les prochaines années. Sur les sept défenseurs de l’équipe, cinq sont âgés de 18 ans ou moins. C’est donc dire que l’équipe pourrait conserver sensiblement le même noyau pour les deux prochaines années.

Une division prenable

Si l’an dernier le Phoenix évoluait dans la division la plus relevée, ça ne devrait pas être le cas cette saison. En effet, les Foreurs de Val-d’Or, dernier champion de la Coupe du Président, ont perdu plusieurs éléments importants de leur équipe. Parmi ses joueurs, la perte d’Anthony Mantha est certainement la plus significative, mais celles de Guillaume Gélinas et d’Antoine Bibeau se feront également sentir. Pour leur part, les équipes de Blainville-Boisbriand, de Rouyn-Noranda et de Gatineau connaitront une période de transition qui frappe cycliquement les équipes juniors.

Le Phoenix pourra donc affronter les meilleures équipes de sa division et atteindre de nouveaux sommets. C’est du hockey enlevant qui sera offert au Palais des Sports cet hiver. L’époque où le Phoenix se faisait déclasser est derrière nous.

Partager cette publication