Des descentes vers l’or

Par Vincent Lambert

L’équipe canadienne de ski acrobatique en bosse tentera, dans le cadre des Jeux olympiques de Sotchi, de décrocher l’or. Pour y parvenir, le Canada pourra compter sur les performances d’Alexandre Bilodeau, de Marc-Antoine Gagnon, de Mikaël Kingsbury, des sœurs Dufour-Lapointe (Maxime, Justine et Chloé) ainsi que celles d’Audrey Robichaud.

La présence du ski acrobatique dans les différentes compétitions ne date pas d’hier. En effet, cette discipline a d’abord été reconnue en 1972 par la Fédération internationale de ski (FIS) et par la suite, elle est entrée officiellement en vigueur en 1986 lors des premiers Championnats du monde de ski acrobatique. De plus, en 1992, la FIS a décidé de présenter les épreuves de bosses aux Jeux olympiques d’hiver d’Albertville : une première à l’époque. Depuis, ces mêmes épreuves retiennent amplement l’attention lors des compétitions.

Cette année encore, le Canada pourrait remporter bon nombre de médailles aux Jeux olympiques de Sotchi. Après tout, dans le passé, plusieurs athlètes canadiens et canadiennes ont atteint les différentes marches du podium. Parmi ceux-ci, il est possible de retrouver, lors des Jeux de Lillehammer en 1994, Jean- Luc Brassard, lequel avait remporté la médaille d’or. Ensuite, en 2006, à Turin, Jennifer Heil avait livré la marchandise et elle avait ainsi mis la main sur l’or également. Toutefois, l’année la plus glorieuse du Canada aux Jeux olympiques fut celle de 2010, à Vancouver. L’équipe canadienne de ski acrobatique en bosse avait offert de solides performances devant leurs partisans. D’ailleurs, le Canada avait remporté trois médailles à ce moment. Alexandre Bilodeau (médaille d’or), Ashleigh Mclvor (médaille d’or) et Jennifer Heil (médaille d’argent) avaient tous monté sur le podium.

Une formation féminine prometteuse

Le Canada pourra compter sur des athlètes prometteuses pour les Jeux olympiques de Sotchi au mois de février. En effet, les sœurs Dufour-Lapointe pourraient offrir de solides performances tout comme Audrey Robichaud.

Justine Dufour-Lapointe

D’abord, dans le cas des sœurs Dufour-Lapointe, l’une d’entre elles qui sera intéressante à observer est Justine, la benjamine. Depuis son entrée dans le ski de bosse, cette dernière possède un très bon palmarès. En 2010-2011, Justine est devenue la plus jeune femme à remporter une compétition en plus d’être nommée recrue de l’année. Présentement, elle cumule 16 podiums en 35 départs, dont trois victoires. Un des éléments à surveiller du côté de Sotchi pour Justine sera de voir si elle pourra devenir la deuxième skieuse de bosses à gagner une médaille olympique, exploit auparavant réalisé par Jennifer Heil en 2006 et 2010.

Chloé Dufour-Lapointe

Ensuite, en ce qui concerne Chloé, elle voudra sans aucun doute améliorer sa cinquième position de 2010 pour monter sur le podium et devenir elle aussi, la deuxième skieuse de bosses à remporter une médaille olympique. À noter qu’en 65 départs en Coupe du monde, cette athlète a grimpé sur le podium à huit reprises. De plus, Chloé a également remporté des honneurs à deux reprises en six participations à des Championnats du monde. Parmi les trois sœurs, c’est sans aucun doute Chloé qui possède le plus d’expérience. Elle pourra donc guider ses sœurs à Sotchi.

Maxime Dufour-Lapointe

En vain, l’ainée des Dufour-Lapointe, Maxime, voudra certainement, elle aussi, décrocher une médaille. Cependant, certains pourraient donner avantage à ses deux sœurs, car elles ont connu beaucoup plus de succès. En effet, Maxime a cumulé un seul podium en 61 départs en Coupe du monde. Toutefois, cette dernière pourrait probablement causer des surprises.

Audrey Robichaud

Finalement, la dernière candidate pour l’équipe féminine canadienne des épreuves de ski de bosses est Audrey Robichaud. Celle-ci a souvent été touchée par les blessures. En 2010, elle n’était pas des Jeux, car elle n’était pas prête et en pleine forme. Cette année, elle a subi une déchirure au ligament collatéral du genou le 4 janvier dernier. Cependant, elle a tout de même été retenue au sein de l’équipe canadienne. Il sera donc intéressant de voir ce qu’elle pourra accomplir à Sotchi.

Une équipe masculine expérimentée

L’équipe masculine canadienne de ski de bosses sera bien représentée à Sotchi. En effet, elle compte des athlètes qui ont beaucoup de bagage dansals discipline en question.

Alexandre Bilodeau

D’abord, les yeux seront probablement tous tournés vers Alexandre Bilodeau qui tentera de défendre son triomphe doré des Jeux olympiques de Vancouver. Il pourra ainsi devenir le premier skieur en bosse à le réussir. En 2012-2013, Bilodeau avait cumulé 15 victoires en Coupe du monde et 39 podiums. Sans aucun doute, Bilodeau est en bonne posture pour remporter la médaille d’or à Sotchi. Son expérience lui sera d’une grande utilité pour vaincre ses adversaires. Il est déjà sur une bonne voie en raison de ses quatre dernières victoires en 2012-2013.

Mikaël Kingsbury

De plus, un des rivaux mais à la fois coéquipiers d’Alexandre Bilodeau, Mikaël Kingsbury, sera également de la formation canadienne. Tout comme Bilodeau, Kingsbury est l’un des favoris pour remporter les épreuves à Sotchi. À son palmarès, il compte deux globes de cristal pour les saisons 2010-2011 et 2012- 2013. Surtout, cet athlète a réussi à gagner 16 victoires en Coupe du monde. Il sera intéressant de voir s’il pourra décrocher une marche plus haute au podium que celle de Bilodeau.

Marc-Antoine Gagnon

Finalement, le dernier athlète à être de l’équipe masculine est Marc-Antoine Gagnon. Celui-ci aura sans doute moins de projecteurs tournés vers lui que ses deux homologues. Avant que sa participation à Sotchi soit confirmée, Gagnon avait terminé troisième à l’épreuve de la Coupe du monde de Deer Valley. Qui sait, Marc-Antoine Gagnon pourra peut-être en surprendre plus d’un aux Jeux olympiques de Sotchi.

Une chose est certaine, lorsque les Jeux commenceront, l’attention sera portée sur les sœurs Dufour-Lapointe ainsi que sur Alexandre Bilodeau et Mikaël Kingsbury. Cependant, Audrey Robichaud et Marc-Antoine Gagnon pourraient livrer de bonnes performances et en surprendre plus d’un. En bref, ce qui est presque assuré, c’est de voir des athlètes de ski acrobatique en bosse revenir avec des médailles. Certains ne se contenteront pas de la deuxième ou de la troisième position, ils voudront sans doute faire des descentes olympiques vers l’or.


Crédit photo © freestyleski.com

Partager cette publication