Des étudiantes et étudiants en génie de l’UdeS gagnent une subvention de l’Agence spatiale canadienne

Par Jordane Boisvert

Les étudiantes et étudiants de la Faculté de génie doivent réaliser un projet de fin de baccalauréat, afin d’obtenir leur diplôme. Au cours de l’automne 2017, certains d’entre eux ont entamé des démarches, afin de réaliser leur projet en fonction d’une demande faite aux établissements postsecondaires provenant de l’Agence spatiale canadienne (ASC).

L’Agence spatiale canadienne

L’Agence a publié un communiqué de presse le 27 avril 2017 pour annoncer le lancement d’un concours, l’Initiative canadienne CubeSats, mettant au défi les étudiantes et étudiants canadiens. Ces derniers devaient proposer un projet de construction d’un satellite. Ceux qui se démarquaient et qui répondaient aux exigences de l’Agence avaient la chance de se voir remettre l’une des subventions offertes, soit une par province et par territoire.

L’Agence avait deux mandats auxquels elle cherchait à répondre avec la réalisation de ces projets. Il s’agissait de former les ingénieurs de demain dans le domaine de l’aérospatiale.  En plus de faire la promotion de l’aérospatiale, un domaine peu connu auprès du grand public.

Le projet QMSat plus en détails

QMSat, nom de l’équipe de l’UdeS, est l’acronyme pour Quantum Magneto Satellite. Ce projet de fin de baccalauréat a débuté avec une équipe officielle de 17 membres en janvier dernier. Elle en compte maintenant 27 avec l’ajout d’un petit groupe d’étudiants qui seront responsables du volet mécanique. Le projet comprend également un volet satellite et un volet payload (pour la charge utile du satellite, soit, le magnétomètre).

Les membres du groupe ont choisi de faire appel à des étudiantes et étudiants d’autres facultés, afin de les soutenir. Par exemple, depuis janvier, une étudiante de communication appliquée s’est jointe au groupe et a, entre autres, pris en charge la gestion des médias sociaux et la rédaction de l’infolettre mensuelle. Éventuellement, l’équipe souhaite intégrer un ou une étudiante en éducation, afin de combler les besoins pédagogiques lors des visites dans les milieux scolaires.

Les membres de QMSat ont parfaitement conscience de l’ampleur du projet et de son impact sur une petite communauté comme l’Estrie. Cela montre à quel point, même si l’Estrie n’est pas un grand centre urbain, il est tout de même possible de s’investir dans des projets d’envergure!

Ce n’est pas fini

Comme un projet de fin de baccalauréat dure en moyenne un an, et que le lancement du satellite aura lieu en 2021, cela signifie que ce sont trois cohortes et environ 150 étudiantes et étudiants qui vont s’impliquer avec QMSat d’ici le lancement.

Également, l’équipe a été choisie pour participer au 69e Congrès international d’astronautique (IAC) organisé par la Fédération internationale d’astronautique (IAF) qui aura lieu en Allemagne du 1er au 5 octobre 2018. Ce sera l’occasion de présenter l’un de leur projet de promotion, soit celui de la fabrication d’antennes maison faite à partir de tubes de PVC et de rubans à mesurer.

Une grande annonce!

L’équipe QMSat est fière d’annoncer qu’elle a obtenu l’une des 15 subventions d’une valeur de 200 000 $, et cela, sans compter le lancement qui est également d’une valeur de 200 000 $!

Partager cette publication

Laisser une réponse