Des poètes se font compétition

Le 7 mai dernier se tenait la première demi-finale de slam dans le cadre des soirées Slam du Tremplin. Huit des seize meilleurs slameurs de la saison tentaient d’assurer leur place à la grande finale, qui aura lieu le 5 août 2015 dans le cadre des Concerts de la Cité. La seconde demi-finale se tiendra le jeudi 4 juin prochain, dès 20 h, à la salle Le Tremplin, au 95, rue Wellington Sud.

Par Charles-Éric Vaillancourt

Slam de poésie

Né à Chicago il y a plus de 25 ans, le slam de poésie est un mouvement artistique dont l’objectif est de présenter la poésie sous sa forme oratoire et performative dans le cadre de compétitions amicales. « L’interrelation entre les poètes et le public est au cœur de l’exercice », explique Frank Poule, cofondateur du Slam du Tremplin et maître de cérémonie. « Au Tremplin, on est d’abord un spectacle avant d’être une véritable compétition », ajoute-t-il, car l’organisme vise d’abord à susciter l’intérêt du public pour la poésie, et en second lieu à procurer un cadre de performance aux poètes puisqu’ils sont jugés par des membres du public, contrairement aux soirées de lectures de poésie. Au cours des joutes, l’accent est mis sur l’aspect ludique et les poètes rivalisent d’adresse pour conquérir le public. Ce dernier agit donc comme vecteur de l’activité poétique.

Format de la compétition

Hautement dynamiques, interactives et se déroulant dans une ambiance conviviale, les soirées du Slam du Tremplin commencent toujours par une première partie où des artistes invités viennent réchauffer l’audience et ouvrir les esprits. Lors du dernier événement, la première partie présentait le poète estrien Étienne Provencher-Rousseau, et l’animation musicale était assurée par le folkloriste régional Jesse Ens.

Après la première partie (aussi appelée micro-ouvert), un poète « sacrifié » ouvre la première ronde avec une performance jugée par un panel de cinq juges. Toutefois, ce poète ne participe pas à la compétition, car sa prestation ne sert qu’à baliser les juges afin que ceux-ci puissent prendre le pouls de la soirée. Par la suite, la première ronde commence, suivie d’une deuxième ronde dans laquelle les participants ont chacun trois minutes pour réciter leurs textes et mettre le public dans leur poche.

À l’issue d’une chaude lutte, ce fut Mathieu Proulx qui remporta les honneurs, suivi de Kim Beaudoin, Sarah Farah Badkoube et Anthony Lacroix. Tous les quatre accéderont à la finale. Notez que lors de la prochaine demi-finale, le romancier, poète, parolier et champion du monde de slam en 2011 David Goudreault sera de la partie.

Lors de la finale, le format est le même, mais l’enjeu est plus important : les quatre meilleurs slameurs seront appelés à former une équipe pour représenter la région de Sherbrooke au Grand Slam de Montréal en septembre prochain. Lors de cet événement, les participants se disputent les titres d’Équipe gagnante de l’année et de Slameur de l’année. Ce dernier est remporté par le poète ayant récolté le meilleur pointage individuel lors de la compétition solo. Le slameur qui raflera cet honneur sera automatiquement choisi pour représenter le Québec à la Coupe du monde de slam en France, où plus d’une vingtaine de pays seront représentés.

Rayonnement de la culture

Véritable mouvement d’expression populaire, le slam fait voyager l’art de la parole au-delà de toutes les frontières. Il transporte et partage des valeurs telles que l’ouverture d’esprit, la liberté d’expression et le dépassement des barrières sociales, tout ça pour rendre l’art de la parole accessible au plus grand nombre.

 

 

Partager cette publication